Les critiques «trop dures» nuisent à Bombardier, dit Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard... (La Presse, François Roy)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard

La Presse, François Roy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La tempête de critiques que traverse l'avionneur Bombardier sert bien les intérêts de ses compétiteurs sur la scène internationale, a affirmé le premier ministre Philippe Couillard, lundi.

Après avoir été «heurté» et «déçu» par la hausse de rémunération aux dirigeants, M. Couillard s'est dit satisfait des modifications annoncées dimanche. Le report d'un an de 50% de la bonification liée à l'atteinte d'objectifs de performance est un «geste important», a jugé le premier ministre. 

Il a souligné à grands traits que Bombardier est un fleuron québécois. «On n'a pas beaucoup d'entreprises comme ça au Québec, a dit le premier ministre. Je comprends qu'il y a de l'insatisfaction, un peu de frustration, mais gardons le contact avec la réalité de cette entreprise et son importance pour le Québec.» 

Le chef du gouvernement ne s'ingérera pas dans la politique de rémunération d'une entreprise. Il s'agirait, selon lui, du pire signal à envoyer aux investisseurs qui songent à faire des affaires au Québec. Pas question de rouvrir l'entente avec l'avionneur non plus. 

L'image de l'avionneur n'en sort pas indemne. «C'est certain que ça a eu un impact, a analysé le premier ministre. Ça a débordé le Québec, cette nouvelle-là. Les critiques trop dures sur Bombardier font beaucoup plaisir à ses concurrents et aux gens qui en veulent à Bombardier, incluant au Canada.»

Le chef péquiste Jean-François Lisée considère que son adversaire libéral ne s'intéresse qu'à la défense des 1% les plus riches. Selon lui, les dirigeants de Bombardier ne devraient toucher aucun boni tant que l'entreprise ne générera pas de profit et que les employés mis à pied n'auront pas été réembauchés. «Ils doivent se rendre compte qu'ils sont redevables à une société qui considère que ces augmentations sont indécentes», a déclaré M. Lisée. Le PQ déposera mardi une motion qui demande que les patrons de Bombardier renoncent à l'augmentation pour 2016. 

L'ensemble de la rémunération des dirigeants de l'entreprise devrait être revu, juge pour sa part le chef caquiste François Legault. «Je ne peux pas croire que Philippe Couillard trouve ça acceptable», a-t-il indiqué. 

Québec solidaire demande plus de garanties de l'avionneur pour le maintien des emplois aux Québec. «Ces hauts dirigeants ont été pris la main dans le sac et ont finalement cédé à la pression devant l'indignation suscitée par leur décision indécente et incompétente», a déclaré le solidaire Amir Khadir.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer