Couillard «fait le lit de l'extrême droite»

Pour le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée,... (La Presse, Robert Skinner)

Agrandir

Pour le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, «le bilan libéral depuis 15 ans, c'est la montée de la frustration de la majorité et la montée du chômage» chez les immigrants.

La Presse, Robert Skinner

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gouvernement Couillard fait le «lit de l'extrême droite», affirme le chef péquiste Jean-François Lisée. Il fait fausse route en voulant tenir une consultation sur le racisme et la discrimination au Québec, selon lui.

«Le gouvernement a décidé d'aller de l'avant avec ce qu'il ne faut pas faire, c'est-à-dire mettre du sel sur la plaie en faisant une commission qui va dire à la majorité 'vous êtes des racistes systémiques' et qui va dire à la minorité 'vous êtes des victimes systémiques'», a déclaré M. Lisée en entrevue avec Le Soleil, lundi.

«Quand on n'agit pas sur le terrain, quand on n'écoute pas les craintes légitimes des Québécois sur la laïcité et qu'ensuite on fait un exercice de culpabilisation, on augmente le niveau de frustration et on fait le lit de l'extrême droite.»

«Le bilan libéral depuis 15 ans, poursuit le péquiste, c'est la montée de la frustration de la majorité et la montée du chômage» chez les immigrants.

La semaine dernière, la ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Kathleen Weil, a annoncé la formation d'un comité-conseil pour préparer «une consultation sur le racisme et la discrimination systémique».

Il en était question depuis plusieurs mois. Jean-François Lisée avait déjà durement critiqué cette intention le 15 février. Il avait parlé d'un exercice d'autoflagellation.

M. Lisée presse le gouvernement de s'inspirer de mesures qu'il a présentées début février. Parmi celles-ci, l'idée «d'interdire comme en Ontario l'exigence d'une 'première expérience canadienne de travail'», le projet de créer «des projets pilotes de CV anonymes»; celui d'établir un régime d'inspection sanctionnant la discrimination à l'embauche et celui de sanctionner par des amendes les propriétaires pris en flagrant délit de discrimination.

La consultation à venir ne trouve pas grâce non plus à la Coalition avenir Québec, où l'on insiste pour dire qu'il n'existe pas de «racisme érigé en système au Québec».

Le comité-conseil créé par Kathleen Weil sera présidé par Maryse Alcindor, première femme noire à occuper un poste de sous-ministre au Québec. On est en quête de «solutions durables et efficaces».

En confiant à ce comité le mandat de déterminer «la nature de la consultation à mener et les sujets qui y seront abordés» - plutôt que de le faire lui-même - le gouvernement a estimé qu'il ferait taire les critiques d'adversaires politiques et l'incompréhension chez plusieurs Québécois.

Relevons que le libellé de l'annonce parle d'ailleurs non pas de racisme systémique, mais de discrimination systémique. Ce n'est pas le racisme qui serait systémique, mais la discrimination, selon cette annonce. Les angles ont été arrondis. On sait le sujet délicat.

Au sein du gouvernement, plusieurs souhaitent que la consultation repose sur la prémisse selon laquelle la société québécoise n'est pas raciste, bien que des individus puissent avoir des comportements qui le sont.

Autre discours

Chez Québec solidaire, on craint que le gouvernement ait déjà capitulé. On le croit capable de «vider de son contenu ou d'étouffer» la consultation à venir de peur qu'elle suscite trop de vagues. «Il faudra que les gens qui vivent de la discrimination soient entendus pour connaître leurs solutions, mais aussi pour rendre visibles certains angles morts», pense le député Amir Khadir.

Pour Jonathan Marleau, de la Commission-Jeunesse du Parti libéral du Québec, M. Lisée vient de «dévoiler son vrai visage: celui du ministre qui appuyait la charte des malheurs de Bernard Drainville et du candidat à la chefferie qui s'est fait élire en brandissant l'étendard de la peur». L'été dernier, les jeunes libéraux avaient réclamé une commission d'enquête sur le racisme systémique. Le gouvernement ne veut pas aller si loin.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer