Le PQ plaide pour un soutien aux médias régionaux

La décision de publier les avis publics exclusivement... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La décision de publier les avis publics exclusivement sur Internet priverait les journaux régionaux d'une somme annuelle de 10 millions $. Ce montant ne représente que 0,05% dans le budget des municipalités.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Inquiet de l'avenir de la presse écrite en régions, le Parti québécois réclame le maintien de l'obligation pour les municipalités de publier les avis publics dans les journaux papier et la mise en vigueur d'un «fonds de transition» afin de permettre aux médias régionaux de prendre le virage numérique.

Lors d'un point de presse, mardi, à l'Assemblée nationale, Martin Ouellet et Sylvain Gaudreault, respectivement porte-parole du PQ en matière d'affaires municipales et en développement des régions, se sont rangés aux arguments de la Coalition pour la pérennité de la presse d'information au Québec en soulevant la menace que laisse planer certains pans du projet de loi 122 qui vise à donner davantage d'autonomie aux municipalités. Parmi eux, la mise au rancart de l'obligation d'avoir à publier les avis publics dans les médias écrits pour le faire plutôt sur Internet.

Selon le député Ouellet, ce transfert constitue une entrave à l'accès à l'information, d'autant plus que les services du Web ne sont pas gratuits. «On fait payer les gens pour avoir accès à la démocratie», dénonce le député Ouellet, soulignant que 20 % des moins fortunés n'ont pas accès à Internet et que seulement 12 % des 55 ans et plus ont le web comme source d'information.

Sylvain Gaudreault, porte-parole du PQ en matière de... (Photothèque Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Sylvain Gaudreault, porte-parole du PQ en matière de développement des régions, a mentionné que petit à petit, les mesures du projet de loi 122 vont affecter les revenus des médias locaux, la presse écrite en particulier, et leur capacité à bien couvrir l'information en région.

Photothèque Le Soleil

Sous pression

La décision de publier les avis publics exclusivement sur Internet priverait les journaux régionaux d'une somme annuelle de 10 millions $. Ce montant ne représente que 0,05 % dans le budget des municipalités.

«L'avenir des médias locaux, de la presse écrite en particulier, est constamment sous pression. On s'aperçoit que, petit à petit, les mesures du projet de loi 122 vont affecter leurs revenus et leur capacité à bien couvrir l'information en régions», déplore Sylvain Gaudreault. À la lumière de ce qu'il a pu entendre en commission parlementaire, il croit que le gouvernement libéral estime que cette obligation de publication dans les journaux papier représente «une dépense que les municipalités ne devraient plus avoir».

Pour les deux députés péquistes, plusieurs journaux régionaux risquent  de signer leur «arrêt de mort» s'ils n'ont plus accès aux revenus découlant de la publication des avis municipaux.

La Coalition pour la pérennité de la pression d'information au Québec est formée du journal Le Devoir, le Groupe Capitales Médias (propriétaire de sept journaux régionaux, dont Le Soleil), d'Hebdos Québec, de la Community Newspapers Association et de TC Transcontinental.

Le regroupement publie 178 journaux qui rejoignent 6,5 millions de personnes chaque semaine, soit 80 % de la population.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer