«Travail transparlementaire»: le cas Ouellet étudié à l'Assemblée nationale

En pleine période de questions, Martine Ouellet, candidate... (La Presse canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

En pleine période de questions, Martine Ouellet, candidate à la direction du Bloc québécois, a été interpellée par Jean-Marc Fournier qui a remis en cause sa légitimité de siéger au provincial.

La Presse canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'Assemblée nationale vérifie si Martine Ouellet, députée indépendante à Québec et candidate à la chefferie du Bloc québécois, peut utiliser ses ressources pour du «travail transparlementaire».

La tenue d'un point de presse de la députée de Vachon, jeudi, au parlement, a indisposé le whip libéral Stéphane Billette. Elle y faisait la promotion de la souveraineté comme outil pour freiner «l'exode des sièges sociaux». 

«Est-ce qu'on utilise l'Assemblée nationale pour promouvoir une course à la chefferie d'un parti fédéral?» s'est interrogé M. Billette, jeudi, lors d'une réunion du Bureau de l'Assemblée nationale. 

Mme Ouellet a envoyé un communiqué portant les logos de l'Assemblée nationale et celui de la Chambre des communes. Un député bloquiste qui l'appuie dans la course y est cité. «C'est la première fois que je voyais un communiqué comme ça à l'Assemblée nationale», a dit M. Billette. «Il faut voir si c'est conforme au règlement, il y a des gens qui sont là pour s'assurer de la bonne utilisation [des ressources].» 

De son côté, Mme Ouellet estime qu'elle ne fait que son travail de députée québécoise. «On démontre par des dossiers comme ceux-là l'importance du travail transparlementaire, a-t-elle justifié. Savoir ce qui se passe à Ottawa, c'est essentiel pour être capable de faire des demandes ici, au Québec.»

Elle a rejeté l'idée que l'utilisation d'une salle de presse du parlement lui confère un avantage sur un éventuel autre candidat à la chefferie. 

Le PQ a préféré ne pas commenter l'affaire. 

En Chambre, la semaine dernière, le leader parlementaire libéral Jean-Marc Fournier a rechigné à répondre à une question de la députée indépendante sur le libre-échange. «C'est une première au Québec que les fonds de l'Assemblée nationale sont dévolus à financer une charge fédérale», a-t-il lancé.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer