Lutte contre les violences sexuelles: David veut que le Québec devienne un exemple

La ministre de l'Enseignement supérieur Hélène David était... (Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

La ministre de l'Enseignement supérieur Hélène David était au Musée national des beaux-arts du Québec, jeudi, pour la troisième journée de consultation sur les violences sexuelles.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Des applications mobiles qui permettent de signaler une agression de façon anonyme. Des profs qui s'affichent comme étant ouverts aux confidences à l'université. Des serveurs formés pour prévenir le harcèlement dans les bars entourant les cégeps.

La ministre de l'Enseignement supérieur Hélène David est sortie enthousiasmée par ces idées avancées lors de la troisième journée de consultation sur la lutte contre les violences sexuelles. 

Une centaine d'étudiants, de professeurs, de psychologues et même de policiers de Québec et de tout l'Est-du-Québec étaient réunis au Musée national des beaux-arts du Québec jeudi pour faire le point sur le sujet.

Le souhait de la ministre, c'est que les meilleures pratiques en matière de prévention et d'intervention soient partagées par tous les cégeps et universités, afin que le Québec devienne «un exemple» en la matière. «C'est inégal d'une institution à l'autre et on veut monter tout le monde au même niveau», a-t-elle lancé. 

Une première victoire pour la ministre serait de ne pas avoir à dénoncer publiquement à la prochaine rentrée des dérapages autour de certaines initiations, comme elle a eu à le faire l'automne dernier. «Ça voudra dire qu'il y aura eu une prise de conscience collective.»

Selon elle, il faut porter une attention très particulière à l'entrée des étudiants au cégep ou à l'université. Car selon la recherche, ce sont dans les huit premières semaines de leur toute première session que les étudiants ou étudiantes sont le plus à risque d'être agressés sexuellement.

Associations étudiantes interpellées

La ministre David a également interpellé les associations étudiantes, leur demandant de choisir les bars qui étaient sensibles à la prévention du harcèlement sexuel pour tenir leurs partys. «Vous avez beaucoup de pouvoir : vous en achetez, de la bière!» leur a-t-elle lancé.

Pour Jean-François Roberge, de la Coalition avenir Québec (CAQ), il faudra que la ministre joigne le geste à la parole en réservant des sommes dans le prochain budget pour la prévention des violences sexuelles sur les campus. Ce à quoi la ministre ne s'est pas engagée, jeudi. 

La ministre David poursuivra sa tournée de consultation à Gatineau et à Montréal en mars. Elle souhaite déposer une loi-cadre qui exigerait certaines pratiques dans toutes les institutions postsecondaires en juin ou en septembre prochain.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer