QS misera sur la consultation pour «dénouer l'impasse politique»

Manon Massé a pris le soin de préciser... (Photo Archives La Presse)

Agrandir

Manon Massé a pris le soin de préciser que personnellement, elle ne connaît pas de panacée pour redresser la barre et que les membres de Québec solidaire ne veulent pas se contenter de se lancer en quête de solutions potentielles en vase clos.

Photo Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Québec solidaire (QS) ne déterminera pas avant son congrès du mois de mai devant avoir lieu à Montréal s'il y a lieu ou non de tisser des alliances avec le Parti québécois (PQ) et avec Option nationale (ON) en prévision des prochaines élections.

D'ici là, la formation, qui est représentée à l'Assemblée nationale, par les députés Amir Khadir et Manon Massé, amorcera un large processus de consultation publique baptisé le «Chantier du renouveau politique 2018» dont l'objectif sera de rallier les forces progressistes et souverainistes.

Cet exercice, qui se poursuivra jusqu'au prochain scrutin général, prendra la forme d'une série de rencontres orchestrées par les associations locales de QS aux quatre coins de la province visant à écouter les opinions de différents acteurs de la société civile.

Cette démarche comprendra également une grande réunion nationale qui se tiendra dans la Vieille Capitale en avril.

Selon Mme Massé, les membres des groupes syndicaux, des organisations communautaires et des comités de citoyens seront notamment invités à profiter de ces tribunes pour s'exprimer.

Bien commun

La députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques a ajouté qu'il y a bien des femmes et des hommes qui aspirent «à pousser les différents gouvernements successifs à aller dans le sens du bien commun ainsi qu'à adopter des mesures qui servent au monde ordinaire».

Interviewée par La Presse canadienne, dimanche, elle a spécifié que ce sont leurs voix que son parti souhaite entendre.

«L'idée, c'est de rentrer en dialogue avec ces gens-là pour voir avec eux comment dénouer l'impasse politique au Québec parce que présentement, c'est bloqué et que les institutions ne vont pas bien», a-t-elle lancé.

Manon Massé a pris le soin de préciser que personnellement, elle ne connaît pas de panacée pour redresser la barre et que les membres de Québec solidaire ne veulent pas se contenter de se lancer en quête de solutions potentielles en vase clos.

«On veut les chercher avec des gens de la société civile et se laisser influencer par eux», a-t-elle reconnu, bien humblement.

Dans la foulée du lancement de cette opération de concertation, le chef péquiste, Jean-François Lisée, n'a pas tardé à faire valoir qu'à son avis, il n'y avait pas 56 façons de changer le paysage politique au Québec.

Il a réitéré que pour y arriver, les formations indépendantistes doivent s'unir.

«Si on veut faire en sorte que le règne libéral s'arrête le 1er octobre 2018, il faut se rassembler», a-t-il martelé alors qu'il répondait aux questions des journalistes au congrès des jeunes du Parti québécois, à Victoriaville.

Pour éviter sans doute de se faire reprocher d'adopter un ton trop pressant, M. Lisée a ensuite rappelé en parlant des membres de Québec solidaire qu'ils ne détermineront pas avant le mois de mai s'ils souhaitent se rapprocher ou non du PQ et d'ON.

«Ils sont dans un processus de discussion, de pacte possible. Ils décideront à leur congrès de leur ligne de conduite. C'est très bien», a-t-il mentionné.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer