Neutralité religieuse: les élus libéraux derrière Couillard

Jeudi, la motion déposée par la CAQ a... (La Presse canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Jeudi, la motion déposée par la CAQ a été battue par 59 voix contre 46, les élus libéraux présents ayant tous voté derrière leur chef Philippe Couillard.

La Presse canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Coalition avenir Québec a échoué dans sa tentative d'identifier des députés libéraux qui estimeraient que le gouvernement est beaucoup trop timide avec son projet de loi sur la neutralité religieuse.

La députée caquiste Nathalie Roy a fait soumettre au vote de l'Assemblée nationale, jeudi, un texte réclamant que les recommandations du rapport Bouchard-Taylor sur l'interdiction du port de signes religieux chez les personnes exerçant des fonctions de coercition figurent dans le projet de loi 62 sur la neutralité religieuse. Les députés de la Coalition avenir Québec, du Parti québécois et de Québec solidaire ont voté pour.

Tous les libéraux présents ont voté contre. Sans surprise, pourraient dire plusieurs. Mais certains se souviennent que c'est lors d'un vote du genre, lancé par la CAQ, que la députée Martine Ouellet, alors au Parti québécois, s'était désolidarisée de son groupe parlementaire.

Le 17 février 2016, il y a tout juste un an, les élus du Parti québécois avaient soutenu une motion caquiste demandant au gouvernement Couillard de respecter ses engagements concernant l'exploration gazière et pétrolière sur l'île d'Anticosti. La députée de Vachon, aujourd'hui indépendante, brillait par son absence lors du vote.

Le lendemain, elle avait reconnu que son absence était motivée par le fait qu'elle n'épousait pas la position de son parti sur cette question.

La «ligne de parti»

Jeudi, la motion demandant au gouvernement d'inclure dans son projet de loi sur la neutralité religieuse l'interdiction du «port de signes religieux aux magistrats et procureurs de la Couronne, aux policiers, aux gardiens de prison, ainsi qu'au président et au vice-président de l'Assemblée nationale» a été battue par les élus libéraux. Elle a été défaite par 59 voix contre 46.

Des députés libéraux étaient absents lors du vote. Ils sont 69 en tout à l'Assemblée nationale.

Le whip en chef du gouvernement, Stéphane Billette, qui tient en quelque sorte l'agenda de ses collègues, a coupé court aux rumeurs ou aux interprétations qui pourraient naître de ces absences.

Toutes étaient justifiées, a-t-il assuré au Soleil en prenant soin de préciser les raisons, parfois personnelles, parfois professionnelles, pour lesquelles certains de ses collègues étaient à l'extérieur du parlement.

Régulièrement, le péquiste Jean-François Lisée et le caquiste François Legault suggèrent que des députés libéraux pensent, sans le dire ouvertement, que leur gouvernement devrait se rendre aux recommandations de la commission Bouchard-Taylor en ce qui a trait aux agents de coercition.

Des péquistes et des caquistes laissent maintenant entendre que la «ligne de parti» a prévalu du côté gouvernemental.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer