Lisée accuse Couillard d'intolérance

Jean-François Lisée... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Jean-François Lisée

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le péquiste Jean-François Lisée retourne l'accusation d'«intolérance» contre Philippe Couillard.

«Il a décidé non seulement de défendre sa position à lui, ce qui est son droit, mais de dénigrer celle des autres en disant qu'elle représentait une dérive néfaste et qu'elle pouvait normaliser les discours xénophobes. Ne se rend-il pas compte que, par ses paroles, il fait preuve lui-même d'intolérance?»

Le premier ministre a failli en rajouter en répondant au chef de l'opposition officielle, mercredi. Il a été rappelé à l'ordre par le leader parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé.

«Je ne voudrais pas revenir sur les événements malheureux dont ce parti a été l'auteur, qui ont mené effectivement à une augmentation...» a commencé M. Couillard, suscitant un tollé dans les rangs péquistes.

«Accuser le Parti québécois d'être à la source de cette intolérance, c'est impardonnable. Je lui demande de changer de ton, comme il l'a demandé à l'ensemble des Québécois», a répliqué M. Bérubé.

Sur le fond, M. Couillard a réitéré qu'«on a le choix de l'exclusion et on a le choix de l'inclusion. On a un modèle qui dit : il faut que le Québec devienne la seule société nord-américaine à pratiquer la discrimination à l'emploi pour des raisons vestimentaires. Ça, c'est une option».

«Ce n'est pas la nôtre. Nous disons que l'identité québécoise est très forte. Elle n'a pas besoin de béquilles. Il n'est pas question pour nous d'aller dans la direction de la discrimination basée sur les vêtements.»

Le projet de loi sur la neutralité religieuse ne sera pas adopté d'ici peu, comprend-on maintenant.

Il le sera d'ici la fin de l'année, a indiqué le leader parlementaire libéral, Jean-Marc Fournier. Le projet stipule que les services de l'État devront être fournis et reçus à «visage découvert».

Mesures d'intégration

Jean-François Lisée a demandé au gouvernement de s'inspirer des 20 mesures qu'il a présentées la semaine dernière visant à favoriser l'intégration des personnes immigrantes et réfugiées, et ayant l'ambition de lutter contre le racisme et la discrimination (notons, parmi celles-ci, l'instauration d'un «guichet unique de reconnaissance des acquis», l'idée «d'interdire comme en Ontario l'exigence d'une "première expérience canadienne de travail"», le projet de créer «des projets pilotes de CV anonymes»; celui d'établir un régime d'inspection sanctionnant la discrimination à l'embauche et celui de sanctionner par des amendes substantielles les propriétaires pris en flagrant délit de discrimination).

Philippe Couillard a annoncé mardi vouloir «prioriser» le projet de loi 98 sur les ordres professionnels; projet qui doit créer la fonction de «Commissaire à l'admission aux professions».

Il compte de plus sur le Rendez-vous national de la main-d'oeuvre, qui s'ouvre jeudi à Québec. Il y sera notamment question de «l'intégration des nouveaux arrivants au marché du travail».

Le gouvernement annoncera par ailleurs sous peu les détails des consultations publiques qui seront menées sur le «racisme et la discrimination systémiques».

Un exercice qui déplaît d'avance à M. Lisée. «Je suis contre le fait qu'on passe un an à s'autoflageller, à faire le procès des Québécois, alors que ce qui est important, c'est d'agir résolument, immédiatement, pour améliorer les choses sur le terrain.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer