Premier tête-à-tête sans anicroche

  • Justin Trudeau et Donald Trump dans le Bureau ovale, à Washington, lundi (AP, Evan Vucci)

    Plein écran

    Justin Trudeau et Donald Trump dans le Bureau ovale, à Washington, lundi

    AP, Evan Vucci

  • 1 / 10
  • Justin Trudeau et Ivanka Trump, à la Maison-Blanche (La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick)

    Plein écran

    Justin Trudeau et Ivanka Trump, à la Maison-Blanche

    La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick

  • 2 / 10
  • Au terme d'une rencontre qui a duré quelques heures, lundi, à Washington, le premier ministre canadien Justin Trudeau et le président américain Donald Trump se sont félicités de la bonne entente régnant entre les deux voisins nord-américains.  (AP, Evan Vucci)

    Plein écran

    Au terme d'une rencontre qui a duré quelques heures, lundi, à Washington, le premier ministre canadien Justin Trudeau et le président américain Donald Trump se sont félicités de la bonne entente régnant entre les deux voisins nord-américains. 

    AP, Evan Vucci

  • 3 / 10
  • Donald Trump accompagne Justin Trudeau alors que ce dernier signe le registre des invités dans la Chambre Roosevelt Room, à la Maison-Blanche. (La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick)

    Plein écran

    Donald Trump accompagne Justin Trudeau alors que ce dernier signe le registre des invités dans la Chambre Roosevelt Room, à la Maison-Blanche.

    La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick

  • 4 / 10
  • Rencontre entre Donald Trump et Justin Trudeau, à la Maison-Blanche (AP, Evan Vucci)

    Plein écran

    Rencontre entre Donald Trump et Justin Trudeau, à la Maison-Blanche

    AP, Evan Vucci

  • 5 / 10
  • Donald Trump accueille Justin Trudeau à la Maison-Blanche. (AP, Andrew Harnik)

    Plein écran

    Donald Trump accueille Justin Trudeau à la Maison-Blanche.

    AP, Andrew Harnik

  • 6 / 10
  • Donald Trump et Justin Trudeau à Washington (AFP,  MANDEL NGAN)

    Plein écran

    Donald Trump et Justin Trudeau à Washington

    AFP, MANDEL NGAN

  • 7 / 10
  • Justin Trudeau et Donald Trump dans le Bureau ovale, à Washington, lundi (La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick)

    Plein écran

    Justin Trudeau et Donald Trump dans le Bureau ovale, à Washington, lundi

    La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick

  • 8 / 10
  • Donald Trump accueille Justin Trudeau à la Maison-Blanche. (AP, Andrew Harnik)

    Plein écran

    Donald Trump accueille Justin Trudeau à la Maison-Blanche.

    AP, Andrew Harnik

  • 9 / 10
  • Justin Trudeau à son arrivée à Washington (La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick)

    Plein écran

    Justin Trudeau à son arrivée à Washington

    La Presse Canadienne, Sean Kilpatrick

  • 10 / 10

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Washington

Le premier ministre canadien Justin Trudeau et le président américain Donald Trump ont insisté sur la «relation exceptionnelle» qui unit les deux pays, lors d'un point de presse commun à Washington, lundi, rappelant l'importance de leur relation commerciale, qui est bénéfique d'un côté comme de l'autre de la frontière.

Peu avant leur point de presse, les deux parties avaient transmis une déclaration soulignant leurs priorités communes et suggérant que la première rencontre bilatérale entre les deux politiciens s'était bien déroulée.

«Les États-Unis sont très chanceux d'avoir un voisin comme le Canada», a déclaré M. Trump.

«Nous partageons les mêmes valeurs, nous partageons l'amour - un véritable amour - de la liberté (...) Les troupes américaines et canadiennes sont allées au combat ensemble, elles ont fait la guerre ensemble et ont forgé ce lien spécial qui unit deux nations ayant versé leur sang ensemble.»

La longue déclaration commune indique que les deux parties se sont entendues pour travailler sur l'amélioration de la mobilité de la main-d'oeuvre, le commerce, l'élargissement des ententes de précontrôle aux frontières - qui couvrira maintenant le fret - et sur les travaux d'infrastructures dans les deux pays.

Ces priorités communes reflètent «l'unique» partenariat et l'engagement du Canada et des États-Unis à approfondir leurs relations au bénéfice des deux pays, est-il écrit.

«Il n'y a pas d'autres voisins dans le monde entier qui sont aussi fondamentalement liés que nous le sommes», a déclaré M. Trudeau.

«Nous avons combattu dans des zones de conflit ensemble, négocié des traités environnementaux ensemble (...) et nous avons conclu des partenariats économiques novateurs qui ont créé de bons emplois pour nos deux populations.»

La déclaration mentionne que le Canada est un marché étranger essentiel pour quelque 35 États américains, alors que des biens d'une valeur de plus de 2 milliards $ passent à travers la frontière chaque jour.

Elle reconnaît aussi l'objectif commun d'aller de l'avant avec des «projets d'infrastructures énergétiques qui créeront des emplois tout en respectant l'environnement».

Elle indique aussi que les deux pays ont aussi l'intention d'approfondir leur collaboration dans plusieurs secteurs, dont la coopération environnementale, particulièrement le long de la frontière et dans la région des Grands Lacs.

Renégociation de l'ALENA

Justin Trudeau et son équipe s'étaient rendus à cette rencontre avec un objectif précis : s'assurer que le Canada ne fasse pas les frais des mesures protectionnistes du nouveau président des États-Unis, qui a souvent manifesté son désir de renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Interrogé à ce sujet lors du point de presse, M. Trump a semblé indiquer vouloir apporter quelques modifications à l'ALENA, mais a surtout parlé des relations commerciales entre les États-Unis et le Mexique, qu'il juge inéquitables.

La question de l'immigration et de la sécurité à la frontière a également été soulevée, les deux leaders n'ayant pas caché que leurs points de vue différaient à ce sujet.

Justin Trudeau a rappelé que les Canadiens et les Américains ont longtemps collaboré et travaillé ensemble, en plus de lutter côte à côte dans certains conflits mondiaux, mais qu'il y a également eu des moments où ils ont adopté des approches différentes, toujours «de façon ferme et respectueuse».

Plus tôt dans la journée, MM. Trudeau et Trump avaient souri devant les caméras, puis échangé une poignée de main avant d'entrer dans la Maison-Blanche. Le scénario s'était ensuite répété à l'intérieur du bureau ovale.

«Je suis très honoré d'être ici avec le premier ministre Trudeau», avait déclaré M. Trump pendant une brève séance de photos avant le début des tables rondes prévues au courant de la journée.

«Son père, je le connaissais et le respectais grandement. Et il m'a donné une photo de moi et de votre père (Pierre Trudeau).»

La photo a été prise en 1981 lors d'une cérémonie à New York, où M. Trudeau père avait été honoré en tant qu'«exemple d'excellence dans la société», selon la Maison-Blanche.

MM. Trudeau et Trump ont aussi assisté à des rencontres privées et un dîner d'affaires avant la conférence de presse commune.

Le premier ministre canadien était accompagné à Washington de plusieurs membres de son cabinet, notamment les ministres des Affaires étrangères Chrystia Freeland, de la Défense Harjit Sajjan, de la Sécurité publique Ralph Goodale et des Finances Bill Morneau.

Immigration

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, avait pour sa part critiqué M. Trudeau, qu'il aurait souhaité voir dénoncer certains discours de M. Trump.

Ian Lee, professeur de l'École de commerce Sprott de l'Université Carleton, à Ottawa, estimait cependant qu'il aurait été «enfantin, juvénile et irresponsable» de croire qu'il était du devoir de M. Trudeau de se rendre à Washington pour défendre les valeurs canadiennes auprès de M. Trump.

«C'est une profonde incompréhension de l'histoire, une profonde incompréhension du rôle du premier ministre du Canada», avait-il jugé.

Lundi, Justin Trudeau a semblé d'accord avec lui.

«La dernière chose à laquelle s'attendent les Canadiens est de voir leur premier ministre se rendre dans un autre pays pour lui faire la leçon sur la façon de se gouverner», a-t-il soutenu lorsqu'on lui a demandé son opinion sur les politiques anti-immigration de l'administration Trump.

«Mon rôle, ma responsabilité, est de continuer de gouverner d'une façon qui reflète l'approche canadienne et qui est un bon exemple dans le monde.»

«Qui ne dit mot consent», dit le NPD

Les néo-démocrates fustigent Justin Trudeau pour son mutisme sur le décret entourant l'interdiction d'entrée aux États-Unis des ressortissants de sept pays à majorité musulmane.

Le premier ministre du Canada avait le devoir de soulever cet épineux dossier lors de sa rencontre avec le président des États-Unis lundi à Washington, a insisté la députée Hélène Laverdière.

«Qui ne dit mot consent», a lâché la porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) en matière d'affaires étrangères. La députée Laverdière a ajouté que «ne rien dire ne fait qu'encourager», et qu'il n'aurait par ailleurs «pas été très compliqué», pour Justin Trudeau, de faire état des préoccupations du gouvernement canadien à ce chapitre.

«Vous ne pouvez pas en même temps dire que vous allez vous battre pour défendre les droits de la personne à travers le monde et refuser d'en parler quand vous allez à l'étranger et qu'il y a un enjeu quand même assez fondamental des droits de la personne», a-t-elle critiqué.

À l'issue de son tête-à-tête avec Donald Trump à la Maison-Blanche, lundi, le premier ministre Trudeau a plaidé que les Canadiens ne s'attendaient pas à ce que leur leader fasse la morale au voisin du sud.

Le NPD est d'avis que les Canadiens s'attendent, au contraire, à ce que leur premier ministre se fasse le porte-parole de leurs valeurs en matière de droits de la personne, a fait valoir la députée Jenny Kwan.

Et il apparaît, selon ce qui a transpiré de la rencontre entre les deux hommes et les propos tenus lors de leur conférence de presse, que M. Trudeau n'a pas soulevé cet enjeu, «qu'il ne s'est pas tenu debout pour les droits de la personne au nom des Canadiens», a regretté Mme Kwan.

Pour le chef intérimaire du Bloc québécois, Rhéal Fortin, le premier ministre, sans pour autant sermonner le nouveau locataire de la Maison-Blanche, aurait «certainement» pu «assumer et défendre» les valeurs canadiennes en ce qui a trait aux droits de la personne.

Il n'est pas dit qu'en privé, derrière des portes closes, les deux hommes n'ont pas discuté du décret, des cas de Canadiens qui ont été refoulés à la frontière ou encore de ces immigrants qui ont traversé à pied, souvent par un froid sibérien, la frontière canado-américaine.

Le bureau du premier ministre n'a pas voulu fournir de détails sur la teneur de la discussion privée entre MM. Trudeau et Trump, référant à leur déclaration commune et aux propos qu'ils ont tenus lors de la conférence de presse subséquente à leur entretien.

Préoccupations économiques

De leur côté, les conservateurs ont fait peu de cas de la question du controversé décret présidentiel.

Ce sont surtout des préoccupations d'ordre économique qui tenaillent la leader intérimaire de la formation, Rona Ambrose. Car selon elle, les politiques fiscales libérales auront pour effet de permettre au président Trump de venir «voler des emplois au Canada» avec plus de facilité.

«Écoutez, s'il continue à hausser les taxes [...] nous allons avoir davantage de difficulté à retenir les gens au pays et créer des emplois au Canada. Pendant ce temps, M. Trump a promis de baisser drastiquement les taxes», a affirmé Mme Ambrose.

Partager

À lire aussi

  • Pierre Asselin | Pas de nouvelles, bonne nouvelles

    Pierre Asselin

    Pas de nouvelles, bonne nouvelles

    ÉDITORIAL / La visite du premier ministre canadien Justin Trudeau à Washington n'a rien produit de concret. En d'autres mots, elle s'est déroulée... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer