Martine Ouellet: Lisée peu enclin au cumul de fonctions

Jean-François Lisée a livré le fonds de sa... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Jean-François Lisée a livré le fonds de sa pensée, lundi, à la suite de l'officialisation de la candidature de Martine Ouellet à la chefferie bloquiste. «Personnellement, je privilégie l'hypothèse du non-cumul», a-t-il déclaré.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, n'est pas entiché à l'idée que Martine Ouellet conserve son siège à l'Assemblée nationale si elle devient chef du Bloc québécois.

Après avoir refusé de se prononcer depuis des semaines, le chef péquiste a livré le fond de sa pensée, lundi, à la suite de l'officialisation de la candidature de Mme Ouellet à la chefferie bloquiste.

«Personnellement, je privilégie l'hypothèse du non-cumul, a déclaré M. Lisée. En regardant les avantages et les inconvénients, je pense qu'il serait préférable qu'elle ne siège pas à l'Assemblée nationale tout en étant chef du Bloc. Je crois qu'il est tout à fait possible au BQ de trouver une façon de financer un salaire adéquat pour Martine en attendant l'élection de 2019.»

Dans la balance des inconvénients, Mme Ouellet, qui s'est retirée du caucus péquiste pour siéger comme indépendante, fait valoir les coûts d'une élection complémentaire dans sa circonscription de Vachon. Elle juge aussi qu'un siège dans la capitale nationale lui offre une bonne tribune pour mettre les projecteurs sur les points de discorde entre Québec et Ottawa. 

Quoi qu'il en soit, le chef du Parti québécois gardera ses reproches pour lui si Mme Ouellet est «désignée chef du Bloc, ce qui semble être une probabilité». «Le chef du PQ ne critiquera pas publiquement le chef du BQ et vice-versa, a déclaré M. Lisée, et donc lorsqu'elle prendra sa décision, je ne la critiquerai pas.» 

Samedi, les délégués du BQ ont décidé des règles de la chefferie et de la date pour le dévoilement du nouveau chef, le 22 avril. Trois députés bloquistes appuient déjà la candidature de Mme Ouellet, elle qui n'était pas parvenue à en obtenir un seul au caucus péquiste lors des deux dernières courses.

«Pas à une surprise près»

Le premier ministre libéral Philippe Couillard trouve aussi un caractère particulier à la situation. «De voir qu'on envisage d'utiliser les budgets de l'Assemblée nationale pour financer une activité politique sur la scène fédérale... a-t-il laissé tomber. Je ne m'attendais pas à ça du PQ. On n'est pas à une surprise près.»

Le député caquiste François Bonnardel s'est désolé sur les réseaux sociaux pour les électeurs de Vachon qui se retrouveront avec «une députée à temps partiel». 

De son côté, la députée solidaire Manon Massé a invité Mme Ouellet à s'interroger «en son âme et conscience» sur l'option qu'elle envisage. «Pour nous, cette double fonction à deux paliers de gouvernement différents est problématique, a-t-elle indiqué. [...] Être député indépendant, je peux vous garantir que ça demande un temps plein.»

Le chef du PQ a noté que le député solidaire Amir Khadir, à titre de médecin qui continue à pratiquer, cumule lui aussi les emplois. «Je ne travaille qu'une demi-journée aux deux semaines, a répliqué M. Khadir. Sur une année, ça fait 12 jours, plus trois semaines de garde pendant mes vacances d'été. Ce n'est pas exactement le même emploi du temps que d'assumer une double fonction de chef de parti et de député à l'Assemblée nationale.»




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer