Les conservateurs apprennent que l'indépendance n'est plus d'actualité

Le député de Louis-Saint-Laurent, Gérard Deltell (ici aux... (La Presse canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le député de Louis-Saint-Laurent, Gérard Deltell (ici aux côtés de Rona Ambrose), ajoute que ses collègues ont été étonnés d'apprendre que le «grand débat politique au Québec ce n'est plus de savoir si t'es souverainiste ou séparatiste mais c'est de savoir où tu te situes par rapport à l'intervention de l'état.»

La Presse canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les députés et sénateurs conservateurs du reste du Canada ont appris, lors du caucus de leur parti qui se tenait à Québec, que les ressortissants de la Belle Province sont identiques aux autres Canadiens. Et que la question de l'accession à l'indépendance n'est plus d'actualité.

Le caucus conservateur prenait fin vendredi après-midi après deux jours de travaux visant à préparer la rentrée parlementaire à Ottawa. Si l'économie, l'éthique et les critiques à l'égard du premier ministre Justin Trudeau ont occupé l'essentiel des discussions, l'actualité politique au Québec a également été abordée lors d'une présentation des auteurs du livre Le coeur des Québécois. De 1976 à aujourd'hui soit l'ex-adéquiste Marie Grégoire, l'analyste Youri Rivest et le professeur de l'Université Laval, Éric Montigny. 

Le chef intérimaire du Parti conservateur du Canada, Rona Ambrose, a dit avoir découvert grâce à ces derniers que «les priorités des Québécois sont les mêmes que partout au pays» surtout en ce qui a trait à l'économie et que «les attitudes sur la souveraineté sur l'indépendance du Québec changent depuis dix». 

Le député de Louis-Saint-Laurent, Gérard Deltell ajoute que ses collègues ont été étonnés d'apprendre que le «grand débat politique au Québec ce n'est plus de savoir si t'es souverainiste ou séparatiste, mais c'est de savoir où tu te situes par rapport à l'intervention de l'état.»

«Je pense qu'ils ont vu que le Québec est vraiment différent du reste du Canada sur certains sujets, c'est important pour nous politiciens de la province. On est pareil sur le point de vue économique, mais différents sur le point de vue culturel, linguistique, environnemental. Mais oui, sur le plan économique on se ressemble et c'est ce qui fait la beauté du Canada», a pour sa part conclu le député de Beauce, Maxime Bernier, qui est également l'un des 14 candidats dans la course à la direction du parti.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer