Affaire Paradis: le bureau de Couillard a laissé circuler la mauvaise version

Le bureau du premier ministre a alors renvoyé... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le bureau du premier ministre a alors renvoyé toutes les questions au cabinet du ministre de l'Agriculture, qui a expliqué que M. Paradis était au repos en raison d'une commotion cérébrale à la suite d'une chute à cheval. Les faits n'ont été corrigés que vendredi matin, à l'effet que l'ex-ministre fait plutôt l'objet d'une enquête policière.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le bureau de Philippe Couillard a sciemment laissé circuler pendant 24 heures une mauvaise version des raisons pour lesquelles Pierre Paradis a été relevé de ses fonctions ministérielles. Un «manque de transparence» décrié par l'opposition.

Mercredi, un communiqué a annoncé que les responsabilités de l'Agriculture devaient être transférées au ministre Laurent Lessard, sans explication sur le retrait de M. Paradis. Le bureau du premier ministre a alors renvoyé toutes les questions au cabinet du ministre de l'Agriculture. Là, on a expliqué aux médias que M. Paradis avait fait une commotion cérébrale en faisant de l'équitation, ce qui s'est effectivement produit. 

«Je veux être bien clair, la raison pour laquelle on lui a demandé de se retirer dans un premier temps du conseil des ministres, ce n'est pas pour cette raison-là [la commotion], a affirmé M. Couillard, vendredi. C'est qu'on avait reçu une lettre de la personne qui désire être entendue.» 

Pendant 24 heures, la version de la commotion a circulé sans que le bureau du premier ministre la rectifie. Selon M. Couillard, comme elle émanait du cabinet de M. Paradis, c'était à lui de la corriger.  

La décision de suspendre M. Paradis a été prise après la réception de la lettre, le 24 janvier, signée par une ex-employée du cabinet, qui a porté plainte à la police pour des gestes de nature sexuelle. 

Le cabinet du premier ministre a d'abord été prévenu le 19 janvier par la Sûreté du Québec (SQ) qu'une plainte concernant M. Paradis avait été déposée. La lettre de la plaignante est parvenue au cabinet de M. Couillard le 24 janvier. Le lendemain, M. Paradis s'est vu retirer ses responsabilités, mais demeurait ministre, et la version de la chute à cheval a été donnée. Il n'a été exclu du conseil des ministre s et du caucus libéral qu'en soirée jeudi, une fois que la SQ a confirmé au bureau de M. Couillard qu'une enquête allait être menée. 

Le premier ministre Couillard estime avoir «agi rapidement» une fois que les informations ont été rendues disponibles. Il s'est dit «attristé [...] avant tout pour la victime», tout en soulignant que M. Paradis n'est accusé de rien et a droit à la présomption d'innocence.

Maltais «ébranlée» 

Au Parti québécois, la députée Agnès Maltais s'est dite «fortement ébranlée» par la situation et a souligné le «courage» de celle qui a dénoncé son ancien patron. Elle s'interroge sur la gestion de cette affaire par le gouvernement libéral. 

«Pourquoi le premier ministre n'a-t-il pas voulu dire dès le départ ce qui se passait? demande-t-elle. Il y a eu une espèce de valse-hésitation dans les réponses. Pourquoi il n'a pas simplement dit la vérité?»

Le député caquiste Simon Jolin-Barrette juge que le chef du gouvernement avait la responsabilité de rétablir les faits. «À partir du moment où il y a une rumeur et que vous avez l'information à l'effet qu'elle est fausse, vous devez rectifier la situation», a affirmé le député caquiste. «Le rôle d'un premier ministre, c'est d'être transparent. Ce n'est pas la première fois qu'il y a une certaine opacité dans les décisions du bureau du premier ministre.»

La députée solidaire Manon Massé a appris la nouvelle avec «consternation». «Espérons que nous n'assisterons pas à une banalisation de la culture du viol alors même qu'elle se manifesterait dans les plus hautes officines de la maison du peuple», a-t-elle fait valoir.

Paradis à l'hôpital

Pierre Paradis a été conduit en ambulance vendredi après-midi dans un centre hospitalier de Montréal en lien avec la commotion cérébrale qu'il a subie. «Ce qu'on nous dit, c'est que c'est du sérieux», indique Louisette Hébert, du bureau de circonscription du député, dans Brome-Missisquoi. «Ce n'est pas une question de vie ou de mort, mais c'est du sérieux. Assez pour le transférer en ambulance.»

M. Paradis a passé la nuit de jeudi à vendredi à l'hôpital Brome-Missisquoi-Perkins. Mais il a dû être transféré parce qu'il n'y avait pas l'équipement nécessaire pour passer différents tests, a expliqué Mme Hébert.

Le fil des événements

  • 19 janvier : La SQ signale au bureau du premier ministre qu'une plainte concernant M. Paradis a été déposée. La police ne peut toutefois en révéler le motif. 
  • 24 janvier : Le chef de cabinet du premier ministre reçoit une lettre de l'ex-employée du bureau de M. Paradis qui expose la nature de sa plainte. 
  • 25 janvier : En après-midi, un communiqué laconique annonce Pierre Paradis est dépouillé de ses responsabilités ministérielles «temporairement». Il demeure ministre. Le bureau du premier ministre renvoie toute question au cabinet de l'Agriculture, qui soutient la thèse de la commotion cérébrale et de la chute à cheval. Elle est largement diffusée en soirée et le lendemain. 
  • 26 janvier / Fin d'après-midi : En mêlée de presse, M. Couillard renvoie à nouveau les journalistes aux explications fournies par le cabinet de M. Paradis la veille. 
  • 26 janvier / 20h : Un communiqué indique que M. Couillard a été informé en début de soirée que M. Paradis fait l'objet d'une enquête policière. Il annonce que ce dernier ne fait plus partie du conseil des ministres ni du caucus libéral. 
  • 27 janvier : Le premier ministre affirme que la commotion cérébrale n'est pas la raison pour laquelle M. Paradis s'est vu retirer ses fonctions le 25 janvier. La lettre de la plaignante était la cause. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer