Souveraineté : O'Leary joue avec le feu, avertit Joël Godin

Selon le député de Portneuf-Jacques-Cartier, Joël Godin, les... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Selon le député de Portneuf-Jacques-Cartier, Joël Godin, les souverainistes doivent se frotter les mains de satisfaction en voyant la candidature de Kevin O'Leary faire des vagues.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Si l'homme d'affaires anglophone Kevin O'Leary est élu à la tête du Parti conservateur du Canada, cela «ravivera la flamme souverainiste», prédit le député de Portneuf-Jacques-Cartier, Joël Godin.

Selon lui, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, et l'équipe du Bloc québécois doivent présentement se frotter les mains de satisfaction en voyant la candidature de M. O'Leary faire des vagues. «On va raviver l'étincelle et ce n'est pas nécessaire! On a beaucoup d'autres priorités à gérer au Canada. Pendant que je vous parle, il y a l'intronisation de M. Trump et beaucoup d'autres préoccupations régionales. Ça ne nous fait pas avancer en termes de société», fait valoir l'élu conservateur.    

S'il n'a pas encore choisi son camp dans la course à la chefferie, une chose est certaine : Kevin O'Leary est le seul qui est complètement rayé de sa liste. «La seule personne que je peux dire que je n'appuie pas, c'est M. O'Leary et c'est par le fait français», a expliqué M. Godin au Soleil, se disant profondément choqué par son attitude vis-à-vis des francophones du pays. «Il faut respecter le bilinguisme», martèle-t-il.

Invitation déclinée

Comme ses 12 collègues du caucus québécois, le député de Portneuf-Jacques-Cartier a été invité la semaine dernière par l'ex-dragon à prendre part à un dîner à Boucherville visant à mesurer ses appuis. Mais au contraire des trois députés qui ont parcouru la 20 pour casser la croûte avec Kevin O'Leary, Joël Godin a décliné l'invitation. Et pas question de répondre oui «par politesse» comme certains l'ont prétendu. «La politesse, c'est de ne pas lui faire perdre son temps ni le mien», fait-il remarquer. 

Au lendemain de ce dîner, le candidat saskatchewanais Andrew Scheer annonçait que M. Rayes, Pierre Paul-Hus (Charlesbourg-Haute-Saint-Charles), Luc Berthold (Mégantic-L'Érable) et Sylvie Boucher (Beauport-Côte-de-Beaupré-Île d'Orléans-Charlevoix) se rangeaient derrière lui. Steven Blaney compte sur l'appui du sénateur Jean-Claude Dagenais, tandis que Maxime Bernier a l'appui de Jacques Gourde et de Alupa Clarke (Beauport-Limoilou). Le chef adjoint du parti, Denis Lebel, reste neutre tout comme Bernard Généreux (Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup) pour l'instant. Gérard Deltell (Louis-Saint-Laurent) et Joël Godin continuent d'alimenter le mystère.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer