Épuisée, Françoise David tire sa révérence

Françoise David étreint son mari, François Larose, après... (La Presse Canadienne, Ryan Remiorz)

Agrandir

Françoise David étreint son mari, François Larose, après avoir annoncé qu'elle quittait la vie politique, mercredi, à Montréal.

La Presse Canadienne, Ryan Remiorz

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Figure de proue de Québec solidaire, Françoise David tire un trait sur la vie politique parce qu'elle n'a plus la force de soutenir son rythme effréné.

La députée de Gouin a confirmé jeudi matin qu'elle quitte immédiatement son poste, avant la fin de son mandat, et qu'elle ne réclamera pas d'allocation de transition. 

«Je prends ma retraite», a déclaré la co-porte-parole sortante de Québec solidaire (QS). Elle n'ira pas au bout du mandat parce qu'elle «n'en a plus la force». 

Depuis l'automne dernier, Mme David constate que sa santé physique est «moins bonne», qu'elle s'épuise très rapidement et récupère plus lentement. Elle dit partir avant de sombrer dans l'épuisement professionnel. Une décision «inévitable», selon elle. 

«L'intensité du travail politique d'une députée solidaire, le stress inhérent à la vie politique à l'Assemblée nationale, l'atmosphère souvent agressive qui y règne, la multiplicité des positions à défendre quotidiennement dans un tourbillon médiatique, les déplacements incessants... Je n'y arrive plus», a confessé Mme David. 

Elle dit partir sans regret et avec sérénité. Mme David estime avoir rempli sa tâche avec «diligence et empathie». Elle entend continuer à s'impliquer, mais différemment. Elle reste pleine d'espoir en Québec solidaire pour la suite des choses. Mme David demeurera membre de QS et promet de continuer à s'impliquer dans le débat public.

S'il n'en tient qu'à elle, il y aurait encore un candidat solidaire dans Gouin pour la remplacer, plutôt qu'un candidat souverainiste issu d'une convergence avec le Parti québécois et Option nationale. Quant à la possibilité que l'ex-leader étudiant Gabriel Nadeau-Dubois lui succède, elle suggère de lui poser directement la question. En vacances à l'extérieur du pays, il n'a pas été possible de lui parler, jeudi. 

«Nous vivons une période politique trouble, morose et guerrière, a constaté Mme David. Les inégalités augmentent en flèche et l'intolérance trouve un terreau fertile dans les populations du monde. Plus que jamais, le Québec a besoin d'un projet politique qui s'attaque aux injustices sociales et fiscales, débusque les corrompus et les fraudeurs, propose un vivre-ensemble qui s'appuie sur des valeurs communes et respecte les différences.» 

Élue en 2012

Mme David a fondé le mouvement politique Option citoyenne, en 2004, et a présidé à la fusion de celui-ci avec l'Union des forces progressistes pour créer, en 2006, Québec solidaire. Elle a rejoint Amir Khadir à l'Assemblée nationale à titre de députée de Gouin en 2012, après deux tentatives infructueuses en 2007 et en 2008. 

La députée solidaire s'est fait une grande fierté de l'adoption l'été dernier de son projet de loi qui modifie le Code civil afin de protéger les droits des locataires aînés. Sa soeur, Hélène David, ministre libérale de l'Enseignement supérieur, deviendra la seule représentante de la famille au Parlement. 

Françoise David a été pendant sept ans à la tête de la Fédération des femmes du Québec. À ce titre, elle a été une figure de proue et une organisatrice de la marche des femmes Du pain et des roses, en 1995. Elle a milité au sein d'un groupe marxiste-léniniste à la fin des années 70.

Gaudreault voit du bon dans la retraite de David

Un couac s'est fait entendre à travers le concert d'éloges à l'endroit de Françoise David, jeudi, alors que le député péquiste Sylvain Gaudreault a vu dans sa retraite un signe positif pour la convergence des forces souverainistes. Appelé à commenter le départ, le député Gaudreault y a vu une opportunité pour le mouvement souverainiste. «Considérant le rôle qu'elle occupe au sein de Québec solidaire, je souhaite que, pour la suite des choses, ça va provoquer un rebrassage qui va peut-être permettre davantage d'envisager une convergence entre les forces progressistes et souverainistes», a déclaré M. Gaudreault. 

Un point de vue qui n'est pas partagé par son chef, Jean-­François Lisée, pour qui Mme David a été l'une des «artisanes» du rapprochement entre le Parti québécois et Québec solidaire. Mais il n'a pas voulu s'avancer sur la possibilité de laisser la voie libre au prochain candidat solidaire dans Gouin. La journée doit être dédiée à rendre hommage à Mme David, a-t-il justifié. 

«Cette femme a dans sa moëlle épinière le besoin de faire avancer le bien commun avec un désintéressement total, a déclaré le chef péquiste. [...] François David fait partie de celles qui doivent susciter des vocations. La politique ça peut être très beau, ça peut donner de beaux résultats, et Françoise incarne ça.» 

Humanité et dévouement

Sur Twitter, le premier ministre Philippe Couillard l'a remercié pour son «humanité» et son «dévouement». «Vous êtes une femme de talent et de coeur, a-t-il écrit. Une voix importante pour le Québec.» Le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, en parle comme d'une «grande dame de la politique». 

Par voie de communiqué, le chef caquiste François Legault a insisté sur son respect envers Mme David. «Son départ créera un vide à l'Assemblée nationale. J'appréciais son intégrité, sa courtoisie, sa bonne humeur. Nous perdons une femme de grande valeur.»

Labeaume salue Françoise David, «une grande dame»

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a témoigné jeudi de l'estime qu'il porte à la députée solidaire Françoise David venant tout juste d'annoncer sa retraite.

«Je voudrais lui rendre hommage. C'est une femme pour laquelle j'ai énormément d'estime. Elle a relevé le niveau du débat politique. Elle avait la capacité d'expliquer le progressisme. C'est une dame très honorable, je voudrais la saluer bien bas et lui souhaiter une excellente retraite. Je veux dire aussi : bien que je ne partageais pas toutes les idées de son parti, c'est une grande dame. Elle a toute mon affection et mon estime bien que je ne la connaissais pas vraiment», a-t-il déclaré avant que les journalistes aient le temps de lui poser la question. Annie Morin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer