Chefferie du Parti conservateur: une course à 13 candidats

Deepak Obhrai, Kellie Leitch et Rick Peterson... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Deepak Obhrai, Kellie Leitch et Rick Peterson

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) 2e de 2 / Qui sont les 13 candidats qui se bousculent au portillon pour succéder à Stephen Harper à la tête du Parti conservateur du Canada (PPC)? À la veille du débat francophone qui se tiendra à Québec, Le Soleil vous présente aujourd'hui la suite d'un bref portrait des 11 hommes et 2 femmes qui se croient capables de déloger le premier ministre Justin Trudeau en 2019. Et puisque l'événement aura lieu dans la capitale nationale, l'occasion était trop belle pour ne pas leur poser des questions en français sur la Belle Province. Voici leurs réponses. 

Deepak Obhrai

66 ans | Député de Calgary Forest Lawn (Alberta) depuis 1997 (réformiste, allianciste, puis conservateur). A occupé divers postes de secrétaire parlementaire.

Deepak Obhrai... (La Presse canadienne, Liam Richards) - image 2.0

Agrandir

Deepak Obhrai

La Presse canadienne, Liam Richards

Q Pourquoi voulez-vous être à la tête du Parti conservateur du Canada (PPC)? 

R Pour promouvoir la diversité, l'inclusivité, le respect pour notre identité canadienne et le conservatisme fiscal. 

Q Si vous êtes élu chef, quelle serait votre priorité pour le Québec? 

R Mes politiques sont destinées à toutes les provinces. 

Q Quel Québécois vous inspire le plus? 

R J'écoute Céline Dion. Elle représente très bien le Québec. (Réponse fournie en anglais.)

Q Que représente pour vous la ville de Québec? 

R L'histoire du Canada commence à Québec. Mais quand je suis venu à Québec, je suis allé sur les plaines d'Abraham, j'ai su comment le Canada a été construit et habité par les premiers immigrants venant de la France et j'ai passé le plus clair de mon temps à visiter les musées, les plaines d'Abraham. Et je me suis arrêté sur les Plaines et j'ai regardé au bas de la rivière et je me suis dit : «Wow, c'est un endroit historique».

Kellie Leitch

46 ans | Députée de Simcoe-Grey (Ontario) depuis 2011, ex-ministre du Travail et de la Condition féminine

Kellie Leitch... (La Presse canadienne, Liam Richards) - image 4.0

Agrandir

Kellie Leitch

La Presse canadienne, Liam Richards

Q Pourquoi voulez-vous être à la tête du Parti conservateur du Canada (PPC)?

R Je pense que je vais battre Trudeau en 2019 avec trois choix : la politique avec le gros bon sens, une meilleure organisation et des communications efficaces. Pour moi, des politiques de bon sens qui touchent la majorité des Canadiens sont par exemple le filtrage des immigrants par des valeurs canadiennes avec des entrevues face à face. 

Q Si vous êtes élue chef, quelle serait votre priorité pour le Québec? 

R La priorité pour les membres du Québec est le renouvellement du parti au Québec. Je vais changer le parti, décentraliser le parti et je veux ouvrir un bureau à Montréal et un bureau à Québec parce que les membres ont besoin de l'interaction avec leurs chefs et les députés. Pour moi, le PCC doit investir dans les bénévoles et les militants au Québec et le parti doit aider les associations au Québec pour ramasser les fonds et recruter des nouveaux bénévoles. 

Q Quel Québécois vous inspire le plus? 

R Céline Dion. Pour moi, Céline elle est incroyable, elle représente les Canadiens dans le monde. 

Q Que représente pour vous la ville de Québec? 

R Québec est le centre de la francophonie en Amérique du Nord. J'ai choisi Québec pour ma formation en français parce que la ville est très francophone, mais aussi très québécoise. Et la culture et la langue au Québec sont très importantes pour le nouveau chef du Parti conservateur et pour le premier ministre au Canada.

Rick Peterson

61 ans | Homme d'affaires de la Colombie-Britannique

Rick Peterson... (La Presse canadienne, Andrew Vaughan) - image 6.0

Agrandir

Rick Peterson

La Presse canadienne, Andrew Vaughan

Q Pourquoi voulez-vous être à la tête du Parti conservateur du Canada (PPC)?

R J'ai une expérience politique et d'affaire. Je pense que l'électorat dit clairement au Parti conservateur qu'il a besoin d'un nouveau brand, d'un nouveau message et quelqu'un de nouveau à la tête du parti. Et je suis le seul candidat dans la course qui est une nouvelle tête dans le parti. 

Q Si vous êtes élu chef, quelle serait votre priorité pour le Québec? 

R Un gouvernement conservateur sans une forte représentation du Québec ne peut pas vraiment être un gouvernement qui reflète le Canada entièrement. Donc ma priorité pour le Québec est, premièrement, de renforcer la base des militants des conservateurs au Québec, avoir la politique et les candidats nécessaires pour qu'on puisse répondre aux besoins et aux désirs des Québécois et des Québécoises. Le Québec, c'est une de mes très, très grandes priorités, je suis dans ce concours, car je crois être le candidat préféré des Québécois et aux Québécoises. 

Q Quel Québécois vous inspire le plus? 

R En tant qu'ancien joueur de hockey professionnel, Jean Béliveau pour ses qualités de leadership. 

Q Que représente pour vous la ville de Québec? 

R La chaleur des gens. Je trouve vraiment que la ville de Québec, c'est une chaleur humaine qui est réelle et qui est très réconfortante et qui définit ce que j'adore du Québec, c'est à dire l'authenticité et surtout une réalité du Québec. Quand je suis à Québec, je sens vraiment que je suis dans le Québec profond et j'adore ça.

Chris Alexander

48 ans | Député d'Ajax-Pickering (Ontario) entre 2011 et 2015, ex-ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration

Chris Alexander... (La Presse canadienne, Andrew Vaughan) - image 8.0

Agrandir

Chris Alexander

La Presse canadienne, Andrew Vaughan

Q Pourquoi voulez-vous être à la tête du Parti conservateur du Canada (PPC)?

R Parce que je vois un potentiel énorme, sans pair dans le monde chez notre pays qui mérite d'être libéré. Je ne vois aucun autre outil à l'échelle nationale fédérale pour le libérer que le PCC et même si j'étais fier de suivre à d'autres étapes de ma carrière d'autres dirigeants, cette fois-ci je considère que j'ai l'expérience, la vision et l'esprit d'équipe qu'il faut pour que notre parti reprenne le pouvoir et déverrouille le potentiel du Canada pour une nouvelle époque.  

Q Si vous êtes élu chef, quelle serait votre priorité pour le Québec? 

R C'est la création d'emplois et ça va passer par un accès aux nouveaux marchés. On a quadruplé nos exportations aux États-Unis pendant trois décennies et il faut essayer de faire de même en Europe et en Asie et le Québec sait exporter. Le Québec comprend l'importance de ces marchés internationaux pour la création d'emplois. Moi, je me présenterai comme le vendeur en chef dans tout ce qui est excellent, attirant aux yeux des clients internationaux en termes de marchandise, service, expertise.  

Q Quel Québécois vous inspire le plus? 

R Si j'ai à me limiter à une personne, ce serait Richard Desjardins. J'étais en train d'écouter ses chansons très récemment et je pense que ça me touche très profondément.  

Q Que représente pour vous la ville de Québec?

R La beauté, c'est un joyau du patrimoine mondial et c'est une ville absolument sans pair ni au Canada ni ailleurs, mais c'est aussi le berceau de notre civilisation canadienne et de nos institutions d'État. C'était la capitale de la Nouvelle-France, la capitale de la province du Québec avant la Confédération. C'est là où les débats de la Confédération ont eu lieu et c'est aussi l'endroit où s'est fondé le Parti conservateur qui a fait la Confédération [...] Donc il y a énormément de raisons pour apprécier le rôle clé et absolument central que la ville de Québec a joué dans notre histoire.

Andrew Saxton

52 ans | Député de North Vancouver (Colombie-Britannique) entre 2008 et 2015. A occupé divers postes de secrétaire parlementaire.

Andrew Saxton... (La Presse canadienne, Liam Richards) - image 10.0

Agrandir

Andrew Saxton

La Presse canadienne, Liam Richards

Q Pourquoi voulez-vous être à la tête du Parti conservateur du Canada (PPC)?

R J'adore le Canada et j'ai des soucis avec la direction que le pays prend maintenant comme le creusement du déficit. Le Canada est bien connu pour être un pays où si vous travaillez dur, vous pouvez, d'où vous venez, peu importe votre nom ou ce qu'ont fait vos parents, vous pouvez atteindre une sécurité financière pour votre famille et pour vos enfants. Ça s'appelle le rêve canadien. Et ça devient de plus en plus dur d'atteindre le rêve canadien quand le gouvernement canadien prend de plus en plus d'argent de votre poche pour les impôts et pour les taxes. 

Q Si vous êtes élu chef, quelle serait votre priorité pour le Québec? 

R Je veux protéger la culture du Québec, je veux protéger la langue française. Le Québec est très important pour le Canada et je vais faire ce que je peux pour améliorer l'économie au Québec et pour créer des emplois au Québec. 

Q Quel Québécois vous inspire le plus? 

R Maurice «Rocket» Richard. Je joue au hockey moi-même et j'adore le hockey. 

Q Que représente pour vous la ville de Québec? 

R La ville de Québec est une des plus âgées en Amérique du Nord, c'est très culturel et très artistique. Et puis, j'adore l'architecture; en fait, c'est une pièce de l'Europe en Amérique du Nord.

Pierre Lemieux

53 ans | Député de Glengarry-Prescott-Russell (Ontario) entre 2006 et 2015. A occupé divers postes de secrétaire parlementaire.

Pierre Lemieux... (La Presse canadienne, Andrew Vaughan) - image 12.0

Agrandir

Pierre Lemieux

La Presse canadienne, Andrew Vaughan

Q Pourquoi voulez-vous être à la tête du Parti conservateur du Canada (PPC)?

R Je pose ma candidature parce que j'ai la conviction que sous ma direction, nous pouvons défaire les libéraux en 2019. Les Canadiens et les membres du PCC aimeraient avoir un leader qui comprend la valeur du service. Et j'ai dédié ma vie au service des autres comme par exemple j'étais dans les Forces armées pendant 20 ans et aussi, j'ai été député pendant 10 ans donc une autre forme de service à notre pays entre 2016 et 2015. Et comme père et comme époux pendant 30 ans, je sers ma famille. Aussi, je suis bilingue et je pense qu'il est essentiel d'être bilingue pour communiquer avec les Canadiens en français et en anglais. Je présente un plan basé sur trois piliers : la démocratie, la famille et la sécurité. 

Q Si vous êtes élu chef, quelle serait votre priorité pour le Québec? 

R J'aimerais juste souligner que mon comté était juste à côté du Québec entre Ottawa et Montréal et qu'il comporte la plus grande population des francophones dans un comté hors Québec. Alors il faut travailler en étroite collaboration avec les Québécois et avec les francophones qui demeurent hors du Québec. Le Québec avance quand il y a une économie forte et quand il y a des emplois [...]. Alors il faut comprendre les enjeux importants aux Québécois. 

Q Quel Québécois vous inspire le plus? 

R Notre premier gouverneur général, George Vanier, qui vient de Québec. Il a bien représenté le Canada, mais aussi la province de Québec. Alors j'ai beaucoup d'estime pour M. Vanier. Et aussi, il est un ancien militaire. Il a bien servi notre pays, il était très respecté. 

Q Que représente pour vous la ville de Québec? 

R Il y a beaucoup d'histoire et aussi les racines de notre pays se trouvent à Québec. C'est une belle ville et l'histoire y est très importante puisqu'elle touche notre pays.

NOTE IMPORTANTE DE LA RÉDACTION

* Les réponses des candidats qui s'expriment difficilement en français ont été retravaillées de façon à faciliter la compréhension et à ne pas altérer le sens de leurs propos.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer