Zambito, conférencier

Lino Zambito a lancé en novembre le livre... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Lino Zambito a lancé en novembre le livre Le témoin et souhaite maintenant «éduquer la population» en racontant son histoire.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Le Théâtre Rialto de Montréal et l'Impérial de Québec présenteront un spectacle particulier les 25 et 28 avril prochains alors que l'entrepreneur déchu Lino Zambito, coupable de fraude, d'abus de confiance, de corruption et d'intimidation, montera sur les planches pour présenter une conférence lors de laquelle il traitera de collusion, de corruption et des dessous de la commission Charbonneau.

Au bout du fil, l'ancien propriétaire de l'entreprise de construction Infrabec indique que c'est le lancement en novembre de son livre Le témoin, dans lequel il aborde les mêmes sujets, qui l'a incité à amener son histoire sur la scène. «Les gens m'approchent et sont intrigués, ils veulent en savoir plus sur les affaires de corruption et de collusion et sur ce qui s'est passé à la commission Charbonneau. J'ai aussi fait une présentation devant les membres de la Ligue d'action civique avec le journaliste André Cédilot et j'ai vraiment aimé l'expérience», explique-t-il.

«C'est comme ça que j'ai eu l'idée de mettre ça sur pied. Je commence avec deux conférences et, s'il y a de la demande, j'en ferai d'autres. Je souhaite éduquer la population en racontant mon expérience, comment je suis tombé dans les affaires de corruption et de collusion», poursuit Lino Zambito, qui a monté son projet en compagnie de deux personnes plutôt associées au monde de la musique : Michael Roy, gérant de Michèle Richard et Richard Abel, et le producteur de spectacles Pierre Marchand, ancien grand manitou de la chaîne télé MusiquePlus.

«Je les ai rencontrés quand j'ai décidé d'écrire mon livre. Michael est devenu mon agent et au fil de mes démarches pour trouver un éditeur, j'ai été mis en contact avec Pierre, qui organise maintenant mes conférences», raconte-t-il, jurant sans rire qu'il n'a pas l'intention de se mettre à chanter sur scène. Il souhaite cependant avoir une interaction avec le public lors de ses conférences où il abordera aussi son parcours personnel. Ainsi, il conservera chaque soir une portion du spectacle pour répondre aux questions des spectateurs.

Lino Zambito estime n'avoir jamais pu donner sa version des faits ni mettre en lumière des éléments importants qu'il craignait de voir noyés dans le cadre de son témoignage à la commission Charbonneau et souhaite maintenant dévoiler ce qu'il estime être «sa vérité», soit la part de vérité qui selon lui est demeurée cachée, dans les conférences qu'il présentera à Montréal et à Québec.

«Oui, j'ai fait partie de ce système, je l'ai assumé, je l'ai avoué et je suis en train de purger ma peine. Mais aujourd'hui, j'ai décidé de mettre mes énergies pour que le système change. Mon but est d'éveiller Monsieur et Madame Tout-le-monde, de secouer la population, de montrer qu'il est possible de se prendre en main et que si on s'implique, si on talonne nos politiciens, si on les suit de près, c'est possible de faire une différence.» Les thèmes de la collusion, de l'inaction du gouvernement et des corps policiers durant de trop longues années, de l'apport, des limites et des recommandations de la commission Charbonneau ainsi que les actions à prendre pour minimiser la collusion et la corruption seront ainsi abordés par l'ex-entrepreneur.

Dispensé de couvre-feu

Toujours soumis, selon les conditions de sa peine, à un couvre-feu entre 22h et 6h le matin jusqu'en novembre, Lino Zambito pourra profiter d'une dispense lors de la présentation de ses conférences. «Quand c'est pour le travail, comme pour mon passage au Salon du livre, je peux en faire la demande et je ne suis pas soumis au couvre-feu ces soirs-là», assure-t-il.

Quant aux 240 heures de travaux communautaires qui lui avaient été imposées, il les a complétées depuis le mois de septembre. «Je les ai réalisées en m'impliquant dans une ligue civile de football de la région de Laurentides-­Lanaudière. Je donnais un coup de main aux entraîneurs et à l'organisation», a déclaré celui dont deux des fils évoluent dans des ligues de football élite.

Par ailleurs, Lino Zambito affirme qu'il n'est pas nécessairement surpris des élans de sympathie qu'il reçoit depuis ses passages à l'émission Tout le monde en parle et le lancement de son livre. «J'ai joué franc jeu. Avant [dans le dossier de la corruption et de la collusion], on mettait l'accent seulement sur les entrepreneurs. Moi, j'ai décidé de parler aussi des ingénieurs et des politiciens qui mènent ce système et la population a compris ce que je voulais démontrer. C'est certain qu'il y en a qui vont toujours me traiter de crosseur, mais en ayant vécu ça de l'intérieur, je suis bien placé pour contribuer à changer ce système», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer