Parti conservateur: O'Leary accusé de vouloir se sauver du débat français

Selon Andrew Scheer, il est «évident» que Kevin... (Édouard Plante-Fréchette, Archives La Presse)

Agrandir

Selon Andrew Scheer, il est «évident» que Kevin O'Leary veut se lancer dans la course, et il a donc l'«obligation» envers tous les conservateurs francophones «de participer au débat en français».

Édouard Plante-Fréchette, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
Ottawa

Le candidat à la direction du Parti conservateur Andrew Scheer accuse le candidat pressenti Kevin O'Leary de chercher à éviter le débat en français qui aura lieu dans exactement deux semaines.

Dans un communiqué publié mardi, il a exhorté l'homme d'affaires à officialiser sa candidature sans plus tarder afin d'être en mesure de participer à la joute oratoire du 17 janvier, à Québec.

«Si Kevin veut poser sa candidature, le moment est venu de se brancher. Il ne doit pas retarder une telle décision afin d'éviter le débat en français», a tranché Andrew Scheer.

Car selon lui, il est «évident» que la vedette de l'émission «Dragon's Den» veut se lancer dans la course à la succession de Stephen Harper.

Il a donc l'«obligation» envers tous les conservateurs francophones «de participer au débat en français», a soutenu le député bilingue de la Saskatchewan dans sa déclaration écrite.

La maîtrise de la langue de Molière par les candidats à la chefferie est un critère souvent cité comme essentiel par les députés et membres du Parti conservateur.

Or, l'homme d'affaires né à Montréal ne parle pas le français, et il a déjà déclaré qu'il n'avait pas besoin de le parler pour comprendre les Québécois.

Mardi, sur le réseau social Twitter, M. O'Leary n'a pas répondu directement à la demande de celui qui pourrait devenir l'un de ses rivaux.

Il a cependant remercié «Andrew» pour son «soutien» et inclus dans son gazouillis un lien vers le site internet créé avant Noël pour mesurer ses appuis.

La date limite pour s'inscrire dans la course à la chefferie a été fixée au 24 février.

Jusqu'à tout récemment, 14 candidats étaient en lice. Ils sont maintenant 13 avec le retrait de Daniel Lindsay, un radiologiste du Manitoba qui n'avait aucune expérience politique.

Le dernier débat entre les candidats a permis de constater pour la première fois à quel point certains d'entre eux peinent à s'exprimer en français.

Sur l'estrade, Kellie Leitch, Lisa Raitt, Brad Trost et Deepak Obhrai ont fait étalage de leurs lacunes en cette matière.

Le prochain chef du Parti conservateur sera élu le 27 mai.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer