«Rambo» Gauthier se lance en politique

Bernard «Rambo» Gauthier... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Bernard «Rambo» Gauthier

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Fanny Lévesque</p>

(Sept-Îles) Il laissait planer le doute depuis quelque temps, mais le saut en politique de Bernard «Rambo» Gauthier sera confirmé mardi à Québec. Le leader syndical de la Côte-Nord sera nommé chef du parti Citoyens au pouvoir, encore appelé le parti Sans parti - Citoyens constituants.

Joint au téléphone, le principal intéressé a indiqué qu'il n'accordera pas d'entrevue avant l'annonce officielle prévue pour le 6 décembre. C'est que le parti politique a expédié à certains médias un communiqué sous embargo confirmant la nomination de Bernard Gauthier, mais rapidement l'information a coulé dans les médias sociaux. 

«Pas l'choix de dire quelques choses», a finalement écrit le représentant syndical sur sa page Facebook, suivie par 5000 abonnés. «Jusqu'à [mardi], je ne ferai aucun commentaire sur quand, comment et pourquoi [...] Merci beaucoup de bien vouloir comprendre que ce n'était pas prévu de se dérouler ainsi. P.-S. : Probablement une erreur de jeunesse!» a-t-il ajouté à la publication qui continuait de recevoir jeudi des dizaines de commentaires d'appui à sa décision. 

Un peu plus tard, le coloré leader connu à travers la province notamment depuis son passage devant la commission Charbonneau y est allé d'une autre publication, plus engagée cette fois. «On va pouvoir sortir la vermine et redonner au peuple ce qui lui appartient! Qui n'ose rien n'arrivera jamais à rien. Pensons à nos enfants et à les leurs!» 

Le parti Sans parti - Citoyens constituants a rappelé Le Soleil, mais n'a pas non plus voulu commenter. Sur le site du Directeur général des élections du Québec, on apprend que le poste de chef est vacant depuis le 23 novembre. La formation se décrit comme une solution de rechange aux partis politiques en pouvoir «qui ne travaillent que dans l'intérêt des nantis». 

La semaine dernière, Le Soleil révélait que le représentant syndical de la section locale 791 de l'Union des opérateurs de machinerie lourde sur la Côte-Nord «songeait très sérieusement» à se lancer en politique, inspiré notamment par «le réveil» de la population qui comme lui, «en a assez de l'establishment».  

La FTQ-Construction pas au courant 

Le directeur général de la FTQ-Construction, Yves Ouellet, auquel est affilié la section locale 791, a confirmé ne pas avoir été directement mis au courant du choix de Bernard Gauthier, rappelant que les représentants syndicaux ont «une vie privée».

«Il [le représentant] peut en faire ce qu'il en veut. C'est sûr que si quelqu'un pense qu'en se lançant en politique, il peut aider la population et les travailleurs, syndiqués ou non, on encourage le monde à le faire», a expliqué M. Ouellet. «On n'est pas pour, on n'est pas contre, on n'a pas à s'immiscer dans la vie privée de nos représentants.» Avec La Presse canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer