Scandale de la SIQ: la vérificatrice générale élargira son mandat

Le 500 René-Lévesque à Montréal est au coeur... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

Le 500 René-Lévesque à Montréal est au coeur de la controverse sur les immeubles vendus par la Société immobilière du Québec (SIQ).

Photo Ivanoh Demers, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La vérificatrice générale Guylaine Leclerc laisse entendre qu'elle s'aventurera au-delà de la période fixée par Québec pour son enquête sur la SIQ afin de jeter un oeil aux pratiques récentes de l'organisation.

La semaine dernière, le gouvernement Couillard a voté en faveur d'une motion qui demandait à la VG de se pencher sur les transactions de la Société immobilière du Québec (SIQ) entre 2003 et 2012. La fraude alléguée liée à la vente de trois immeubles de la SIQ en 2007 à des conditions très favorables aux acheteurs et impliquant quatre proches du Parti libéral du Québec (PLQ) soulève la controverse depuis le début du mois.

Une période contemporaine

«C'est notre propre choix de déterminer si nous allons extensionner la période, a déclaré mercredi Mme Leclerc, lors du dépôt de son rapport annuel. Si on souhaite que nos travaux soient utiles, il est préférable que nous examinions une période contemporaine pour pouvoir faire des recommandations adéquates et améliorer la gouvernance.»

Les enquêteurs de la VG ont aussi la liberté de fouiller tous les types de transactions qui ont été effectuées pendant la période étudiée. «On pourra élargir le mandat», réitère Mme Leclerc. Pour le moment, le bureau de la VG n'a pas encore arrêté la définition exacte de son enquête. «On a eu le mandat la semaine dernière et nous sommes en train de monter les équipes», a affirmé Mme Leclerc.

Depuis quelques jours, la Coalition avenir Québec (CAQ) évoque différents contrats de gré à gré octroyés au cours des dernières années par la SIQ, devenue la Société québécoise des infrastructures (SQI), à des entreprises appartenant à un acteur de la fraude alléguée. 

La motion est assez large et demandera beaucoup de travail, indique la VG. Elle indique être en discussion avec l'Assemblée nationale, dont relève le bureau du VG, pour une amélioration de ressources dévolues à son organisation à un «certain niveau». «Nous sommes en perpétuel échange avec les parlementaires et c'est une de leurs préoccupations, chaque année, de s'assurer que l'on est équipé adéquatement. On leur fait part de certaines préoccupations et on échange avec eux de façon régulière.»

Mme Leclerc note que le recrutement de professionnels expérimentés n'est pas évident pour son organisation en raison de la compétitivité des salaires dans l'entreprise privée et les sociétés d'État.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer