SIQ: des contrats au «grand argentier» libéral Marc Bibeau

La SIQ a octroyé des contrats sans appels... (Archives La Presse)

Agrandir

La SIQ a octroyé des contrats sans appels d'offres totalisant plus de 1,7 million$ à l'entreprise Les centres d'achats Beauward, présidée «par le plus important collecteur de fonds du Parti libéral», Marc Bibeau.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Depuis la diffusion de l'émission Enquête, l'affaire de la Société immobilière du Québec rebondit tous les jours à l'Assemblée nationale. La Coalition avenir Québec a révélé, mercredi, que la SIQ, devenue entre-temps la Société québécoise des infrastructures, a octroyé des contrats sans appel d'offres totalisant plus de 1,7 million $ à l'entreprise Les centres d'achats Beauward, présidée «par le plus important collecteur de fonds du Parti libéral», Marc Bibeau.

Ces contrats ont été accordés pour des réaménagements de locaux dans lesquels des organismes gouvernementaux sont locataires. L'entreprise Les centres d'achats Beauward possède de nombreux édifices commerciaux.

En 2011, par exemple, un contrat d'une valeur de 570 000 $ lui a été accordé pour une «relocalisation» de bureaux du ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale par la Société immobilière du Québec - direction de l'Estrie et de la Montérégie. Le plus récent contrat du genre s'élève à 40 000 $. Il date du printemps dernier. Il a été octroyé par la Société québécoise des infrastructures, qui a succédé à la SIQ.

Le chef caquiste, François Legault, n'a pas manqué de souligner que certains de ces contrats octroyés sans appel d'offres ont été «donnés» en 2015 et 2016, non pas sous Jean Charest, donc, mais sous l'actuel gouvernement libéral dirigé par Philippe Couillard.

«Il n'y a pas seulement les collecteurs de fonds libéraux Franco Fava et Charles Rondeau qui ont fait de l'argent avec les transactions de la SIQ, qui est devenue la SQI, a fait valoir M. Legault. Dans le cas de Marc Bibeau, il ne s'agit pas de vieilles histoires : en ce moment même, des fonds publics sont versés aux entreprises de ce grand argentier libéral.»

Il estime que le ministre des Finances et président du Conseil du trésor, Carlos Leitão, doit ordonner la vérification de tous les contrats accordés par la Société immobilière du Québec et par la Société québécoise des infrastructures aux entreprises de Marc Bibeau - l'homme «qui a reçu une visite de l'UPAC dans ses bureaux de Schockbeton», a aussi tenu à rappeler le chef de la CAQ.

Carlos Leitão surpris

Carlos Leitão a appris l'existence de ces contrats au moment où M. Legault en a parlé, mercredi matin. Il s'en est d'abord remis à l'enquête confiée la semaine dernière à la vérificatrice générale du Québec, Guylaine Leclerc. Il a assuré qu'elle sera la plus large possible et menée de la façon dont Mme Leclerc l'entend. «Son mandat peut être aussi large et aussi complet qu'elle souhaite qu'il soit», a-t-il dit.

Le ministre des Finances et président du Conseil du trésor a par la suite indiqué que son gouvernement «s'est engagé à regarder tous les baux et tous les contrats signés par la SQI avec des entreprises privées dans tous les domaines. Ce travail-là se fait. Ce travail-là va se poursuivre. S'il y a des contrats qui ne sont pas corrects, des recours sont possibles pour aller récupérer» toute somme qui devrait l'être, a-t-il promis.

M. Legault n'a pas parlé de fraudes, mais simplement établi publiquement l'existence de ces contrats.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer