Le ministre Moreau revient de loin

Toujours amaigri mais en bonne forme, M. Moreau a... (La Presse, Olivier Jean)

Agrandir

Toujours amaigri mais en bonne forme, M. Moreau a confié dans une entrevue diffusée dimanche à Radio-Canada qu'il avait perdu 40 livres au cours des trois premières semaines de son hospitalisation amorcée à la fin février.

La Presse, Olivier Jean

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après 10 mois d'absence en raison d'une infection atypique, dont au système nerveux, Pierre Moreau reprendra ses activités parlementaires «dans quelques semaines», a annoncé dimanche le cabinet du premier ministre. Incapable de marcher et amaigri au pire de la maladie, il sera malgré tout capable d'assumer ses fonctions à 100 %, selon ses médecins.

Jusque-là titulaire des Affaires municipales, Pierre Moreau devait être assermenté publiquement comme ministre de l'Éducation lors d'un remaniement ministériel, le 28 janvier dernier. Mais, victime d'un malaise en coulisses en attendant son tour, il a été nommé à son nouveau poste en privé, dans un piètre état.

Mal en point et notamment pris en charge par le ministre Gaétan Barrette et le premier ministre Philippe Couillard - deux médecins -, il a été contraint de s'étendre au sol avant d'être transporté en ambulance vers un centre hospitalier. Il y est resté pendant trois jours pour subir une batterie de tests. 

Un mois après cet épisode, alors que M. Moreau était toujours victime de maux de tête et de symptômes de plus en plus persistants, le premier ministre s'est résigné à le remplacer de façon permanente. Les médecins craignaient alors que le député de Châteauguay ne soit atteint d'un cancer. L'élu, considéré comme un pilier du Parti libéral du Québec, a été nommé ministre délégué aux Finances, poste qu'il occupe toujours, dans l'attente de son éventuel retour, à ce moment bien incertain. 

Dans un communiqué publié conjointement par le cabinet du premier ministre et le CHU de Québec, dimanche, on apprend que le revenant a finalement été foudroyé par une infection multisystémique, dont une encéphalite et une méningite, qui a durement frappé ses systèmes nerveux et sanguin. La présence d'un cancer a été écartée. 

«J'ai mangé une bonne raclée» 

Toujours amaigri mais en bonne forme, M. Moreau a confié dans une entrevue diffusée dimanche à Radio-Canada qu'il avait perdu 40 livres au cours des trois premières semaines de son hospitalisation amorcée à la fin février. Le séjour en a duré cinq. Il avait «l'impression de descendre dans le fond d'un puits dont on ne connaît pas la profondeur», a-t-il confié à Sébastien Bovet lors d'un entretien enregistré samedi. «J'ai mangé une bonne raclée.» 

Quand il a finalement pu se regarder dans un miroir, il n'avait que «la peau sur les os» et voyait l'image d'un homme qui sortait «d'un camp de concentration», a-t-il poursuivi dans l'entrevue. Son énergie est enfin revenue vers le mois de juin. Il a passé l'été à se reposer, retranché dans ses terres.  

Surpris à quel point le corps humain pouvait se montrer résilient, le politicien s'est rabattu sur ses proches pour passer à travers cette épreuve. Sa femme, Michelle, était constamment à ses côtés. «Après 35 ans, on est des compagnons de vie, et on prend ça pour acquis. On réalise par contre la profondeur de cette relation-là dans ces épreuves-là», a-t-il affirmé, toujours à Radio-Canada. Parmi les réjouissances qui lui auront redonné le moral, M. Moreau, qui aura 59 ans le 12 décembre, est devenu grand-père pendant cet énorme défi. 

Retour à 100 % 

Selon l'attachée de presse du député, celui-ci participera à une première activité dans sa circonscription le 18 décembre. Il doit être de retour à l'Assemblée nationale en janvier et devrait participer à sa première période des questions le 7 février prochain, à l'ouverture de la session parlementaire.

Le premier ministre Philippe Couillard aura tout le loisir de le nommer à toute fonction ministérielle d'ici là. Les médecins de M. Moreau lui ont en effet donné le feu vert pour reprendre ses tâches à 100 %. Le principal intéressé n'a pas hésité à faire un retour dans l'arène. «Je suis allé en politique par passion. [...] Je vais continuer dans ce qui me passionne», a-t-il soutenu à la société d'État.  

La maladie a cependant fait réfléchir M. Moreau, et il changera quelque peu son approche. Sans délaisser sa fougue, il entend peser davantage ses mots contre ses adversaires politiques. «La joute politique et la rapidité font en sorte qu'on oublie cette espèce de respect de l'adversaire. [...] On peut être fougueux sans être mesquin», a-t-il dit en fin d'entrevue avec M. Bovet.

Quelques politiciens ont salué dimanche le retour imminent de M. Moreau.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer