La CAQ, un «Parti libéral» bis, dit Lisée

Le chef péquiste, Jean-François Lisée (à droite), félicite François... (La Presse canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le chef péquiste, Jean-François Lisée (à droite), félicite François Gendron pour ses 40 ans de vie parlementaire.

La Presse canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le chef péquiste, Jean-François Lisée, a renvoyé les libéraux et les caquistes dos à dos en ce 15 novembre 2016, jour du 40e anniversaire de l'élection du premier gouvernement de René Lévesque.

Les caquistes «sont devenus Canadiens, a lancé M. Lisée. Ils sont fiers d'être Canadiens». Pour eux, «il n'est plus question de sortir du Canada à aucun moment». Avec François Legault, «on sera dans le Canada forever».

Pour mieux marteler son message, le chef péquiste a mis en exergue deux éléments ayant émergé de la réunion tenue par la Coalition avenir Québec le week-end dernier, soit le «nationalisme québécois au sein du Canada» et le développement d'une nouvelle Baie-James. «Ça me fait penser à un parti ça... Ça me fait penser au Parti libéral du Québec.»

En point de presse, il a par ailleurs reproché à la CAQ de refuser de soumettre les entreprises de 25 à 50 employés à la Charte de la langue française. «Ça me fait penser à quelqu'un ça... au Parti libéral», a encore ajouté M. Lisée.

À la Coalition avenir Québec, on indique que le chef péquiste s'en prend à elle tout simplement parce qu'il la craint. 

Plus tard en journée, au Salon bleu de l'Assemblée nationale, évoquant l'élection du gouvernement de René Lévesque, le chef péquiste a soutenu que le gouvernement de Philippe Couillard participe au «déclin» du fait français au Québec.

Dans la circonscription du libéral Jean-Marc Fournier, celle de Saint-Laurent, avec la Société Saint-Jean-Baptiste, le Parti québécois a recensé 423 plaintes à propos d'entreprises «dont les sites Web sont à 70 % unilingues anglais ou la vitrine Web est unilingue anglaise».

«Ces plaintes-là vont être reçues, analysées avec diligence par le personnel compétent de l'Office québécois de la langue française et si jamais elles sont justifiées, il y a un suivi très approprié qui va y être accordé», a assuré le ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, Luc Fortin.

Il a précisé que le budget consacré à la protection et à la promotion de la langue française a crû de 11,5 % cette année.

François Gendron

Le 40e anniversaire de l'élection du Parti québécois de René Lévesque est aussi celui où l'Assemblée nationale du Québec a souligné les 40 ans de vie parlementaire du péquiste François Gendron, député d'Abitibi-Ouest.

«Les chefs du Parti québécois passent, les premiers ministres passent, François Gendron reste», a dit Jean-François Lisée.

Le libéral Pierre Paradis a noté que «François est le seul survivant politique de l'élection du 15 novembre 1976». Il s'est dit convaincu «que le natif de Val-Paradis en Abitibi est fier de détenir ce record pancanadien...»

Toujours sur le même ton amusé, le souverainiste Gendron a reconnu que ce record «pancanadien» lui faisait bien plaisir.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer