Projet de loi sur la neutralité religieuse: Lisée réajuste le tir

À l'instar de la Coalition avenir Québec, les... (Archives AP)

Agrandir

À l'instar de la Coalition avenir Québec, les péquistes réclament la suppression des exceptions concernant l'interdiction du visage couvert dans la prestation et la réception des services publics. Un article du projet de loi permettrait de contourner trop facilement la règle du «visage découvert», selon eux.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les députés du Parti québécois pourraient finalement voter contre le projet de loi sur la neutralité religieuse du gouvernement Couillard, à moins que celui-ci accepte en tout ou en partie une série d'amendements.

C'est un pas de côté pour Jean-François Lisée. Durant la course à la direction du Parti québécois, le candidat Lisée s'était montré disposé à appuyer le projet de loi 62 - pas parce qu'il le jugeait suffisant, mais parce qu'il pouvait à tout le moins constituer un premier pas, selon lui. Le chef péquiste ne voit pas les choses de la même manière aujourd'hui.

À ses côtés, jeudi, la porte-parole de son parti en matière de laïcité, Agnès Maltais, a présenté huit amendements au projet de loi porté par la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée.

Le principe de laïcité

Parmi ceux-ci, citons l'inscription du principe de laïcité dans la Charte québécoise des droits et libertés de la personne, l'assujettissement des municipalités à la future loi - ce avec quoi le gouvernement s'est dit d'accord -, ainsi que l'interdiction du port «de signes de conviction», y compris religieux, pour les personnes en position d'autorité (policiers, juges, procureurs et gardiens de prison) comme le recommandait la commission Bouchard-Taylor.

On sait cependant depuis longtemps que le gouvernement ne retiendra pas cette dernière suggestion, également formulée par Québec solidaire et la Coalition avenir Québec. Le Parti libéral a déjà vécu une crise interne sur cette question.

À l'instar de la Coalition avenir Québec, les péquistes réclament en outre la suppression des exceptions concernant l'interdiction du visage couvert dans la prestation et la réception des services publics. Un article du projet de loi permettrait de contourner trop facilement la règle du «visage découvert», selon eux.

Ils demandent aussi l'interdiction du tchador dans la fonction publique québécoise au nom de l'égalité entre les hommes et les femmes. Une autre avenue que ne retiendra vraisemblablement pas le gouvernement.

Les députés libéraux

Avec ses amendements, le Parti québécois cherche entre autres à éveiller un vent d'opposition au sein du caucus libéral. «On a élaboré huit amendements qui, à notre avis, devraient faire l'affaire non seulement de nos députés, de ceux de la CAQ, de ceux de Québec solidaire, mais probablement de l'essentiel des députés libéraux», a indiqué M. Lisée.

Chose certaine, il ne doute pas que «l'immense majorité des Québécois de toutes les origines seront d'accord» avec ces amendements.

En fin de compte, le Parti québécois votera-t-il pour ou contre le projet de loi 62 s'il reste à peu près tel quel? «On verra à mesure que ça avance. Peut-être y aura-t-il des contrepropositions du gouvernement qui nous sembleront acceptables ou négociables, on verra.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer