Aide sociale: certains prestataires pourraient perdre jusqu'à 224$ par mois

La prestation de base pour une personne seule... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La prestation de base pour une personne seule apte au travail est de 623 $ par mois.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'État québécois pourra amputer les prestations d'aide sociale des premiers demandeurs s'ils font défaut au programme Objectif emploi. Les libéraux, bien entendu, mais aussi les caquistes, ont voté en faveur du projet de loi instituant cette nouvelle mécanique.

Les péquistes et les solidaires ont voté contre. Dans un geste rare, on a même vu les députés Françoise David, Amir Khadir et Manon Massé se retourner contre un mur du Salon bleu lors du vote d'adoption. Une façon pour eux de marquer de la manière la plus apparente possible la «honte» qu'ils disent ressentir.

Commentant son «geste de protestation», Françoise David a parlé d'un «jour de honte» et de «dérive autoritaire» du gouvernement Couillard.

Le Parti québécois (PQ) et Québec solidaire (QS) n'acceptent pas les sanctions financières qui tomberont sur les bénéficiaires ne s'inscrivant pas dans un parcours du programme Objectif emploi ou qui manqueront à leurs obligations.

Pendant des mois, le ministre François Blais a insisté sur le fait qu'il fallait offrir un «parcours» aux nouveaux demandeurs d'aide sociale. En s'y inscrivant, ils recevront jusqu'à 260 $ de plus par mois.

Pénalités mesurées

Le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale estime que les pénalités sont mesurées. Selon des chiffres présentés plus tôt cet automne, la pénalité mensuelle sera de 56 $ pour un premier manquement. Pour un deuxième, elle sera de 112 $ et de 224 $ pour un troisième.

La prestation de base pour une personne seule apte au travail est de 623 $ par mois. Après trois manquements, elle tombera donc à 399$.

Pour François Blais, cette loi permettra une meilleure adéquation entre la formation et l'emploi, en plus de favoriser l'intégration sur le marché du travail.

Le ministre fait valoir que la Commission des partenaires du marché du travail, dont les membres viennent des milieux entrepreneurial, syndical, communautaire et gouvernemental, aura désormais «les leviers nécessaires pour définir les besoins en développement des compétences de la main-d'oeuvre».

À la demande du PQ et de QS, les effets du programme Objectif emploi seront passés en revue en commission parlementaire deux ans après sa mise en oeuvre. Cette évaluation serait par la suite effectuée tous les cinq ans, dit-on aujourd'hui.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer