Québec s'oppose à l'aide «déloyale» d'Ottawa à Muskrat Falls

Le chantier de Muskrat Falls.... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Le chantier de Muskrat Falls.

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Québec refuse une nouvelle aide «déloyale» du gouvernement fédéral au projet hydroélectrique de Muskrat Falls, au Labrador, et offre plutôt à Terre-Neuve de travailler le dossier en partenariat.

L'étude par le ministre fédéral des Ressources naturelles, Jim Carr, d'une demande du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador pour augmenter sa garantie de prêt au projet n'est pas vue d'un bon oeil par le gouvernement Couillard.

«Il ne doit pas y avoir de concurrence déloyale», a prévenu le ministre responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes, Jean-Marc Fournier. «Tout financement doit se faire dans un contexte loyal. Nous avons, au Québec, financé nous-mêmes nos infrastructures.»

Le projet de Muskrat Falls a du plomb dans l'aile. D'abord évalué à 6,4 milliards $ en 2012, le projet a connu des dépassements de coûts, qui ont fait bondir la facture à 11,5 milliards $. Une note lourde à porter pour une province de 500 000 habitants dont le budget annuel est de 8,5 milliards $.

Le gouvernement terre-neuvien a déjà bénéficié d'une garantie de prêt d'Ottawa pour 70 % du coût initial du projet. Un soutien qui permettrait d'économiser 1 milliard $ en coût de financement, soit l'équivalent de 1 ¢ par kilowattheure produit.

Le projet de relier une centrale sur le fleuve Churchill au Labrador à la capitale terre-neuvienne St.-John's, puis à la Nouvelle-Écosse grâce à un lien sous-marin de 180 kilomètres, vise à atteindre le marché de la Nouvelle-Angleterre. Une initiative née de l'incapacité de s'entendre avec Hydro-Québec pour l'utilisation de son réseau vers les États-Unis.

«Toute aide donnée qui n'a pas été donnée au Québec vient débalancer», a commenté le ministre Fournier. «Ça, c'est clair.»

Il ne souhaite toutefois pas une judiciarisation du dossier comme cela a été le cas avec la centrale de Churchill Falls, dans laquelle Hydro-Québec est partenaire avec Nalcor Energy. Une discorde devant les tribunaux sur l'entente de 1969 au sujet de l'électricité produite par la centrale et qu'Hydro-Québec se procure à bas prix a cours depuis des décennies.

Dans le contexte où l'économie mondiale doit se débarrasser des énergies fossiles et faire une transition vers l'électricité, M. Fournier est d'avis que les deux provinces ont intérêt à travailler de pair.

«On a déjà dit à Terre-Neuve qu'on peut tourner la page sur la judiciarisation du passé, et convenir d'entamer des discussions pour avoir une entente gagnant-gagnant pour l'avenir», a affirmé M. Fournier.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer