Mise à jour économique: Leitão dénonce un «déséquilibre fiscal»

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, répondant aux... (La Presse canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le ministre des Finances, Carlos Leitao, répondant aux questions de l'opposition, mardi, à l'Assemblée nationale.

La Presse canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, réhabilite l'expression de «déséquilibre fiscal» afin de bien faire comprendre au gouvernement fédéral qu'il doit faire sa juste part pour financer les soins de santé. Au Québec, les dépenses en santé devraient croître «d'à peu près 4 %» par année et non pas de seulement 3 %, comme ce sera le cas l'an prochain avec l'injection des fonds supplémentaires qu'il a annoncée mardi.

Ottawa a davantage de «capacité» fiscale que les provinces en général et que le Québec en particulier, a affirmé le ministre en présentant une mise à jour du Plan économique du Québec.

Carlos Leitão a confirmé des investissements gouvernementaux supplémentaires de 2,2 milliards $ d'ici les trois prochaines années : plus de 230 millions $ cette année et plus de 900 millions $ en 2017-2018, si l'on inclut l'enveloppe qu'il ajoute pour les travaux d'infrastructures.

«Le Québec a retrouvé son intégrité fiscale», s'est félicité le ministre des Finances. «Nous avons redonné au Québec les moyens de faire des choix.»

Selon cette mise à jour économique et financière, les réinvestissements en santé, en éducation et dans le développement des régions atteindront 510 millions $ l'an prochain. Cette somme se ventile ainsi :

  • À compter de 2017-2018, 300 millions $ de plus iront au grand domaine de la santé et des services sociaux. Celui-ci bénéficiera de 100 millions $ de plus dès cette année.
Le gouvernement dit vouloir «augmenter l'offre» dans les soins à domicile. Les besoins demeurent cependant encore immenses, a rappelé plus tôt en journée le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, en appelant Ottawa à ne pas réduire la croissance de ses transferts.

Dans les CHSLD, le gouvernement veut «améliorer les standards d'hébergement et les soins».

  • 110 millions $ de plus seront versés à l'éducation et à l'enseignement supérieur l'an prochain et 35 millions $ cette année.
Ces sommes doivent servir «à la réussite des élèves et des étudiants», ainsi que, précise-t-on, à la formation destinée aux nouveaux immigrants.

  • 100 millions $ seront versés dès cette année «pour l'économie dans les régions du Québec», entre autres pour favoriser le tourisme - notamment à travers le soutien aux différents festivals.
Par ailleurs, 400 millions $ supplémentaires iront aux infrastructures (aux hôpitaux, aux écoles et aux universités, aux infrastructures sportives, au transport en commun et au réseau routier). En tout, Québec prévoit investir un total de 10 milliards $ en 2017-2018 dans les infrastructures.

Des surplus importants

Le grand livre des Comptes publics 2015-2016, portant sur l'année financière terminée le 31 mars dernier, fait état d'un important surplus budgétaire de 2,2 milliards $. Il est dû à des revenus supérieurs à ceux anticipés, explique le ministère des Finances.

Le gouvernement a aussi moins dépensé que prévu. C'est notamment le cas dans le secteur de l'éducation en raison... des journées de grève. Elles lui ont fait épargner 147 millions $.

En plus de ce surplus de 2,2 milliards $, le ministère des Finances a versé 1,4 milliard $ dans le Fonds des générations. Ces mêmes versements s'établiront à 2 milliards $ cette année.

Le ministre des Finances a par ailleurs confirmé que la «taxe santé» sera abolie pour tous les contribuables le 1er janvier prochain. Elle aura complètement disparu des déclarations de revenus au printemps 2018, quelques mois avant les prochaines élections générales.

À terme, l'abolition totale de cette taxe représentera une baisse globale du fardeau fiscal de près de 760 millions $ par année. En tout, calcule le gouvernement, et en incluant d'autres mesures comme le «bouclier fiscal», le fardeau fiscal des particuliers aura été réduit, toujours globalement, d'un milliard de dollars par année.

Des oppositions virulentes

«Les Québécois ne sont pas dupes, a tempêté le péquiste Nicolas Marceau. Ces surplus sont les surplus des "patates en poudre". Ils ont été réalisés sur le dos des plus vulnérables, des aînés, des enfants.»

«Le gouvernement libéral est allé chercher près de 1500 $ dans les poches de chaque famille depuis son élection, dénonce-t-il aussi. Il faudrait maintenant qu'on l'applaudisse pour l'abolition partielle de la taxe santé, qui redonnera 200 $ à chacune d'elles.»

Tout comme Nicolas Marceau, le chef caquiste, François Legault, croit que le gouvernement se livre à des manoeuvres préélectorales. Il se préparerait à baisser les impôts plus significativement lors de l'exercice budgétaire qui précédera le prochain scrutin général.

«Le pyromane vient avec son petit arrosoir», s'est de son côté moqué le solidaire Amir Khadir.

Cette année, les revenus de l'État québécois atteindront 102,3 milliards $ et ses dépenses, 100,2 milliards $. Par rapport aux prévisions, les transferts fédéraux glissent de près de 200 millions $ pour s'établir à 18,9 milliards $.

La dette brute du Québec diminue pour la première fois depuis la fin des années 50, s'est réjoui Carlos Leitão. Elle a fondu de 610 millions $. Elle se situe maintenant à 203,3 milliards $

Ce qu'ils ont dit...

«Le redressement des finances publiques permet au gouvernement de donner un peu d'oxygène à des secteurs névralgiques pour le bien-être de notre avenir collectif, tout en préservant la compétitivité de notre système fiscal.»

- Conseil du patronat du Québec

«L'injection de 100 millions $ annuellement [...] pour soutenir le développement économique régional est une excellente nouvelle. Avec la mondialisation de l'économie, les municipalités sont dorénavant dans un contexte de concurrence bien différent.»

- Union des municipalités du Québec

«Nous devons espérer que ce réalignement du gouvernement marque la fin du régime d'austérité imposé par les libéraux à la population du Québec. [...] Il faut réparer les dégâts»

- Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer