Jean-François Lisée rabroue son leader parlementaire

Jean-François Lisée estime que le député Pascal Bérubé... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Jean-François Lisée estime que le député Pascal Bérubé n'aurait pas dû s'associer à une publicité télévisée, pour laquelle le commissaire à l'éthique de l'Assemblée nationale avait déjà émis des réserves générales.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Victoriaville

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a rappelé à l'ordre son nouveau leader parlementaire, dimanche, en raison de sa participation à une publicité télévisée de concessionnaires automobiles de sa circonscription.

M. Lisée a estimé que le député Pascal Bérubé n'aurait pas dû s'associer à ce type d'initiative publicitaire, pour laquelle le commissaire à l'éthique de l'Assemblée nationale avait déjà fait des réserves générales.

«J'ai bien vu que Pascal a vanté les bons prix et la qualité du service, a-t-il dit. Je pense qu'il n'aurait pas dû demander son avis au commissaire à l'éthique. Il aurait dû tout simplement ne pas participer à la publicité.»

En concluant une réunion spéciale de son caucus à Victoriaville, M. Lisée a lancé le même message à tous les députés, lors d'une conférence de presse.

«C'est trop proche du commercialisme, a-t-il dit. Si ç'avait été une promotion pour les entreprises de Matane, très générique, ç'aurait été plus acceptable. Je donne un avis amical à tous les députés de se tenir loin de tout ce qui peut être assimilé à une promotion commerciale.»

Plus tôt, en arrivant à la rencontre, M. Bérubé, qui représente Matane-Matapédia, avait reconnu que le commissaire n'avait pas été consulté avant son apparition bénévole dans le message publicitaire d'un regroupement de 10 concessionnaires automobiles de Matane.

Selon le député, sa participation à la publicité télévisée n'était pas en contradiction avec les valeurs de l'Assemblée nationale.

«De bon coeur»

M. Bérubé a assuré que personne dans sa circonscription, pas même des concessionnaires concurrents, n'avait formulé de critique négative envers son initiative.

«Je n'y vois pas de contradiction, a-t-il dit. Je fais mon travail de façon très engagée dans mon comté, l'économie, c'est difficile. Et tout le monde a salué ça, je n'ai pas entendu personne me parler de ça. Je l'ai fait de bon coeur. À tous égards, un député doit être engagé dans sa communauté.»

Dans son rapport d'activité 2015-2016, le commissaire à l'éthique Jacques Saint-Laurent avait abordé la question de la participation des députés à des activités publicitaires.

M. Saint-Laurent avait formulé une mise en garde dans l'utilisation que les députés font de leur influence, et pas seulement dans les médias sociaux.

«Certains risques sont à considérer, a-t-il écrit. Par exemple, quel que soit le média utilisé, même une affiche placée sur son véhicule, un élu ne doit pas accepter d'être utilisé à des fins publicitaires.»

Ces précisions étaient inscrites dans une section de son rapport où le commissaire constatait que le nombre d'avis réclamés par des ministres et des députés avait connu «une diminution très importante».

Dimanche, M. Lisée a expliqué que M. Bérubé avait reçu le message de prendre les dispositions qui s'imposent, concernant la publicité des concessionnaires automobiles.

«Ce n'est pas sa publicité, il ne peut pas la retirer, mais il prend des dispositions pour s'en retirer le plus qu'il le peut», a-t-il dit.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer