Laïcité: Couillard refuse de comparer le Québec à la France

Le premier ministre français, Manuel Valls, a commencé sa... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le premier ministre français, Manuel Valls, a commencé sa journée vendredi par une promenade dans les rues du Vieux-Québec avec Philippe Couillard - on les voit ici sur la terrasse Dufferin.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

Le modèle de laïcité privilégié par la France est aux antipodes de ce que prône le premier ministre Philippe Couillard pour le Québec, mais il tient à s'abstenir de toute critique envers l'approche retenue dans l'Hexagone.

La France a ses débats et le Québec a les siens, a commenté vendredi le premier ministre Couillard, en conférence de presse conjointe, au Salon rouge de l'Assemblée nationale, avec le premier ministre de France, Manuel Valls, en visite officielle au Canada et au Québec depuis mercredi.

Les contextes historiques, sociaux et géopolitiques vécus en France et au Québec sont «totalement différents», selon M. Couillard, et toute comparaison entre les deux situations serait inappropriée. «Ce serait abusif de le faire», a-t-il commenté.

Sur le même ton diplomatique, le premier ministre Valls a indiqué qu'il fallait respecter la différence entre les sociétés québécoise et française sur les questions identitaires.

Au-delà des divergences dans l'approche pour traiter ces questions identitaires, M. Valls, se qualifiant de féministe, a insisté sur ce qui unissait la France et le Québec, plaidant pour le partage de valeurs communes comme la promotion de l'égalité entre hommes et femmes.

«Il y a quelque chose de beaucoup plus fort que les différences» entre la France et le Québec, a-t-il dit, «c'est le partage de valeurs communes, c'est l'idée que nous nous faisons de la place de la femme dans nos sociétés». Et c'est aussi l'affirmation «que l'islam est compatible avec nos démocraties et avec nos valeurs».

M. Valls a maintes fois affirmé que le burkini et le voile intégral étaient à ses yeux des outils politiques et des symboles d'asservissement des femmes. La France a banni la burqa de l'espace public.

M. Couillard juge plutôt que l'État n'a pas à intervenir dans la tenue vestimentaire des femmes.

M. Valls parle aussi de la nécessité de mieux contrôler l'immigration, tandis que M. Couillard dénonce les chefs des partis d'opposition lorsqu'ils préconisent d'abaisser les seuils d'immigration, un geste de fermeture et de repli sur soi, selon lui.

En Islande, samedi dernier, M. Couillard a dit que le chef péquiste Jean-François Lisée prônait un nationalisme d'assiégés et tenait un discours digne des partis populistes européens d'extrême droite. Dans le passé, il a jugé que le chef caquiste François Legault soufflait sur les braises de l'intolérance, en s'interrogeant sur les seuils d'immigration acceptables.

Il a dit vendredi qu'il continuerait à critiquer les partis d'opposition, exprimant sa satisfaction après avoir entendu M. Lisée souhaiter «rééquilibrer» ses positions sur les questions identitaires.

Tradition amorcée en 1977

M. Valls était à Québec dans la cadre des 19es rencontres annuelles alternées des premiers ministres français et québécois, une tradition amorcée en 1977 sous René Lévesque.

Comme il avait fait la veille, il a réaffirmé son soutien à l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, qu'il souhaite voir ratifié prochainement.

Il s'est montré optimiste, malgré les réticences de certains, dont la région de la Wallonie en Belgique. «Avec persuasion, nous allons convaincre nos amis Wallons», a-t-il dit, se montrant ouvert à des ajustements aux clauses interprétatives pour obtenir l'appui de toutes les parties en cause, sans pour autant toucher à l'accord comme tel.

La visite a donné l'occasion aux deux chefs de gouvernement de signer une série d'ententes de collaboration Québec-France, incluant celles favorisant une plus grande mobilité de la main-d'oeuvre par la reconnaissance des diplômes. On a aussi rendu officielle la création de l'Institut maritime France-Québec situé à Rimouski.

M. Valls, qui avait commencé sa journée par une promenade dans les rues du Vieux-Québec avec M. Couillard, s'est aussi entretenu avec le nouveau chef de l'opposition officielle, Jean-François Lisée.

Selon ce dernier, M. Valls a servi un camouflet au premier ministre Couillard sur la laïcité de l'État, en affirmant que toute comparaison entre ses positions et les positions populistes lui étaient «insupportables».

En point de presse, il a dit espérer que M. Couillard ne fera pas l'erreur «de comparer des propositions légitimes à des mouvements populistes».

M. Lisée a cependant omis de dire que M. Valls avait pris soin de dire qu'il s'attendait à ce qu'on respecte ses positions sur la laïcité, en lien avec l'histoire de la France, et «c'est le cas évidemment avec Philippe Couillard».

M. Valls s'est aussi rendu au nouveau Pavillon Pierre-Lassonde du Musée national des beaux-arts, notamment pour admirer la collection d'art inuit.

Entouré de nombreux représentants de médias de son pays, le premier ministre français a quitté le Québec et le Canada en après-midi pour une visite aux îles françaises de Saint-Pierre et Miquelon.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer