L'ancien ministre Jim Prentice périt dans un accident d'avion

Jim Prentice en mai 2015... (Archives La Presse canadienne)

Agrandir

Jim Prentice en mai 2015

Archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Kelowna

L'ancien premier ministre de l'Alberta et ministre fédéral Jim Prentice a péri dans un accident d'avion en Colombie-Britannique.

Des sources gouvernementales ont confirmé que M. Prentice se trouvait à bord de l'appareil qui s'est écrasé peu de temps après le décollage de l'aéroport de Kelowna, jeudi soir.

Selon le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST), les quatre personnes se trouvant à bord du Havilland DHC-2 Beaver sont mortes.

L'écrasement est survenu au nord d'Anahim Lake, vers 22h30. L'appareil se dirigeait vers l'aéroport de Springbank, près de Calgary, en Alberta.

L'épave a été retrouvée tôt vendredi au nord-est de Winfield, à environ 18 kilomètres au nord de Kelowna.

Le BST, qui a envoyé des enquêteurs sur place, a précisé en fin de journée que le site de l'accident démontrait «une force d'impact élevée attribuable à une descente verticale». L'appareil n'avait émis aucun appel ou signal d'urgence.

L'organisme fédéral a chargé son inspectrice Beverly Harvey d'enquêter sur l'événement.

Après avoir quitté la scène politique fédérale où il avait été plusieurs fois ministre dans le gouvernement conservateur de Stephen Harper, Jim Prentice avait rejoint le secteur privé, devenant vice-président du conseil d'administration de la banque CIBC.

En 2014, il remporta dès le premier tour du scrutin la course à la direction du Parti conservateur de l'Alberta, devenant ainsi le premier ministre de la province. Il quitta ses fonctions de chef après avoir essuyé un cinglant revers lors des élections générales de 2015.

Sur la scène fédérale, M. Prentice a été ministre des Affaires autochtones et du Nord de 2006 à 2007, ministre de l'Industrie de 2007 à 2008, et ministre de l'Environnement de 2008 à 2010.

La famille de Jim Prentice a mis en ligne une déclaration vendredi.

Elle indique avoir aussi perdu un autre membre de la famille dans l'accident: Ken Gellatly, le beau-père de l'une des trois filles de Jim Prentice, «un autre homme très extraordinaire».

«Les mots ne peuvent exprimer le choc profond et le déchirement que nous avons ressentis lorsque nous avons appris que notre père, mari et grand-père adoré, Jim, est mort dans cet événement tragique.»

«De perdre deux membres de la famille en même temps est incroyablement douloureux», ajoute la famille.

Condoléances des politiciens

Le premier ministre libéral Justin Trudeau a rappelé que l'homme avait défendu haut et fort les intérêts de l'Alberta et de tous les Canadiens.

«Jim était un homme qui mettait ses plus profondes convictions au service de tout ce qu'il faisait, que ce soit en droit, en affaires ou en politique».

«Il était très respecté et aimé à la Chambre des communes par les représentants de tous les partis parce qu'il avait une approche intelligente, honnête et directe dans tout ce qu'il faisait», a aussi dit M. Trudeau qui a précisé avoir aimé travailler avec lui, affirmant que l'ex-politicien va lui manquer.

Rona Ambrose, la chef intérimaire du Parti conservateur du Canada, a déclaré que «la grande famille conservatrice est dévastée aujourd'hui».

«C'est une immense perte pour le pays. Il était un leader politique hautement respecté et un homme d'affaires, mais nous savons qu'il était avant tout fier d'être un père et un grand-père», a-t-elle ajouté.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, avait rencontré M. Prentice à quelques reprises, notamment lors de sa visite au Québec en 2014.

«Jim Prentice était un homme de conviction qui avait à coeur de servir au mieux la population qu'il a représentée aussi bien sur la scène politique albertaine que canadienne. Ce terrible accident est venu faucher la vie d'un homme en pleine possession de ses moyens et dont la brillante carrière devait se poursuivre de longues années encore [...] Nous ne pouvons que déplorer sa disparition prématurée.»

L'ancien premier ministre conservateur Stephen Harper dit avoir été choqué et attristé d'apprendre le décès de son ex-ministre.

«Jim était un homme dévoué à sa famille, un ami, un leader et avant tout un fier Canadien. Son héritage perdurera à travers sa famille et les décennies qu'il a dédiées au service de la population.»

La députée Lisa Raitt a été ministre avec Jim Prentice dans le gouvernement Harper.

«Je vais me souvenir de Jim Prentice comme l'un des hommes dévoués au service public parmi les plus aimables et les plus respectés, dont l'humilité faisait encore plus ressortir son intellect. Repose en paix», a-t-elle écrit sur Twitter.

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) Thomas Mulcair, a eu ces mots pour l'homme qu'il a côtoyé au Parlement canadien.

«M. Prentice a servi le Canada et l'Alberta avec honneur et respect, d'abord comme député fédéral et ministre du cabinet fédéral, puis comme premier ministre de l'Alberta. Il était admiré pour sa passion pour la politique et son engagement profond envers le service public. Son absence sera durement ressentie.»

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, a dit qu'il avait apprécié travailler avec M. Prentice, à la fois lorsqu'il était ministre fédéral et comme premier ministre de l'Alberta.

«C'est une profonde perte pour tout le Canada», a-t-il dit.

Naheed Nenshi se rappelle que Jim Prentice est venu le rencontrer lorsqu'il est devenu maire de Calgary - tout au début de son mandat.

«Il m'a aidé à naviguer à travers ces premières semaines difficiles. Même après qu'il eut quitté la politique fédérale, il était resté une partie importante de cette ville et était toujours prêt à aider de quelque façon que ce soit.»

ACCIDENT D'AVION EN COLOMBIE-BRITANNIQUE

Figure importante du conservatisme

Jim Prentice aura profondément marqué le mouvement conservateur moderne au terme de sa longue carrière politique.

L'homme de 60 ans, qui a été ministre au gouvernement fédéral avant d'être premier ministre de l'Alberta, avait quitté le monde politique il y a plus d'un an après avoir subi une défaite cuisante contre les néo-démocrates de Rachel Notley aux élections générales de mai 2015.

Avant son passage en politique provinciale, M. Prentice a géré de nombreux ministères dans le gouvernement conservateur de Stephen Harper, dont celui de l'Environnement et de l'Industrie.

Il aura passé la majorité de sa vie adulte en politique, autant dans les coulisses qu'à l'avant de la scène.

Né le 20 juillet 1956, à South Porcupine, dans le nord-est de l'Ontario, M. Prentice a passé ses étés à travailler dans des mines de charbon pendant qu'il faisait ses études en droit.

«J'ai toujours dit que j'ai fait mon éducation là-bas. J'ai appris le travail d'équipe, j'ai appris le respect envers les autres. J'ai appris le fait que la personne la plus intelligente dans la salle n'est souvent pas la personne qu'on pense être la plus intelligente», a-t-il confié en entrevue en 2014.

«Tout le monde peut contribuer et tout le monde doit faire partie de la solution», a-t-il ajouté.

Passion pour le hockey

Cinquante ans avant cela, Jim Prentice ne voulait que jouer au hockey.

Son père, Eric, travaillait dans une mine d'or, mais il a aussi été un ancien joueur professionnel de hockey. Eric Prentice, à 17 ans, était le plus jeune joueur à être embauché par les Maple Leafs de Toronto. Il aura joué cinq matchs pour les Leafs pendant sa carrière.

Alors que l'industrie de l'or éprouvait des difficultés, Eric Prentice a déménagé sa famille à Grande Cache, en Alberta, où il a travaillé dans une nouvelle mine de charbon.

Jim Prentice, pour sa part, a dû mettre un terme à sa carrière prometteuse dans la ligue junior de hockey en raison d'une blessure grave au genou. Il s'est ensuite consacré à ses études et il est devenu avocat en droit foncier et immobilier.

Premiers pas en politique

Mais au même moment, il faisait ses premiers pas en politique. Dès l'âge de 20 ans, il a travaillé pour les conservateurs fédéraux et provinciaux. Mis à part en 1986, lorsqu'il avait tenté sans succès de se faire élire au niveau provincial, il a passé le plus clair de son temps dans les coulisses en tant qu'organisateur.

En fait, à ce moment, il s'était entendu avec sa femme Karen pour ne pas trop s'impliquer en politique jusqu'à ce que leurs enfants soient assez vieux.

Lorsqu'il a finalement choisi de faire le saut pour se représenter en 2002, le mouvement conservateur était en ruines alors qu'il était divisé entre le Parti conservateur et l'Alliance canadienne. M. Prentice a fait la promotion de l'union de la droite et, en 2002, il a laissé toute la place au chef de l'Alliance canadienne, Stephen Harper, pour qu'il se présente sans opposition.

En 2004, à 47 ans, il a enfin été élu dans une circonscription de Calgary. Deux ans plus tard, le gouvernement conservateur de Stephen Harper était élu minoritaire, ce qui a permis à M. Prentice d'entrer au cabinet.

Un vote déterminant

Mais son moment déterminant a été, selon ses dires, en 2005, lorsque le gouvernement libéral a tenu un vote libre sur le mariage gai. La pression pour voter contre était intense, mais M. Prentice a décidé de voter en faveur de la loi «parce qu'il croyait aux droits des individus».

«Il y a une nécessité d'assurer l'équilibre et de protéger les droits de tous», avait-il expliqué.

Les électeurs de sa circonscription n'étaient toutefois pas du même avis - il a reçu plusieurs lettres de plaintes et certains de ses employés locaux ont démissionné. Certains avaient même prédit que sa carrière politique était finie.

En 2011, il a quitté la politique fédérale pour accepter un poste de direction à la Banque CIBC.

Quatre ans plus tard, il revenait sur la scène provinciale pour se présenter dans la course à la direction du Parti progressiste-conservateur. Il a été élu chef et désigné, du coup, premier ministre de l'Alberta.

Accablé par les scandales de l'ancienne première ministre Alison Redford et miné par le désir de changement de l'électorat, le Parti progressiste-conservateur a essuyé une défaite cinglante en 2015.

Jim Prentice avait remporté sa circonscription, mais il avait annoncé le soir des élections qu'il en avait fini avec la vie publique.

«En tant que chef du parti, j'accepte la responsabilité du résultat de ce soir. J'accepte également la responsabilité des décisions qui ont mené à cette soirée», avait-il dit.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer