Lisée et l'extrême-droite: Couillard persiste et signe

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard... (La Presse canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard

La Presse canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Philippe Couillard ne regrette «absolument pas» son association entre Jean-François Lisée et des «partis populistes d'Europe» qui relève à son sens de «l'évidence».

Depuis l'Islande, la fin de semaine dernière, le premier ministre a jeté un regard acerbe sur la campagne du nouveau chef choisi par une majorité des membres du Parti québécois (PQ). Il a notamment parlé de l'émergence «d'un mouvement foncièrement négatif pour l'humanité».

«J'ai délibérément dit ce que j'ai dit, et je le maintiens, a assumé M. Couillard, mercredi. C'est incroyable les dérapages qu'il y a eus pendant la campagne au leadership.»

Le premier ministre réfère notamment au débat souhaité par M. Lisée sur l'interdiction sur la burqa dans l'espace public, notamment parce qu'il s'agit d'un vêtement qui peut dissimuler une mitraillette, selon ses dires. Il a aussi rappelé «l'amalgame» fait entre la campagne d'Alexandre Cloutier et le prédicateur Adil Charkaoui.

«Je remarque que les déclarations que nous avons entendues pendant la campagne sont franchement inquiétantes», a réitéré M. Couillard.

Le premier ministre accueille comme une «bonne nouvelle» la volonté émise par M. Lisée de «rééquilibrer» sa position dans le dossier identitaire. Mais la comparaison avec les partis populistes européens, connus pour leur rejet de l'immigration, dont certains fraient avec l'extrême droite, était valable, d'après lui.

«Je l'ai dit parce que je sais très bien que M. Lisée va vouloir passer à autre chose et ne plus parler de ça, a dit M. Couillard. Je pense qu'on ne peut pas passer sous silence certains arguments développés pendant cette campagne.»

Il s'est plu à rappeler les critiques émises à l'endroit de M. Lisée par des députés péquistes pendant la campagne.

«Lune de miel courte»

Mardi, le nouveau chef péquiste a déploré l'attaque du premier ministre et l'a taxé «d'intolérance» au débat démocratique. Il n'a pas réagi directement, mercredi. M. Lisée a poursuivi ses rencontres avec les membres de son aile parlementaire pour distribuer les responsabilités de chacun dans une perspective d'efficacité et de bonne entente. Au PQ, certains suggèrent que les attaques de M. Couillard facilitent le ralliement derrière le nouveau chef malgré les cicatrices laissées par la course.

Mercredi, le ministre des Transports, Laurent Lessard, a prédit que la «lune de miel sera courte» pour le nouveau chef. Il promet des «débats serrés» en Chambre. «Il y a deux ou trois Jean-François Lisée, a noté M. Lessard. On verra lequel se présentera à Québec. Il a écrit beaucoup. Ça nous donne pas mal de bagages pour le questionner.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer