Faut qu'on se parle victime de son succès

Jean-Martin Aussant observe ce qui se déroule à... (Le Soleil, Alice Chiche)

Agrandir

Jean-Martin Aussant observe ce qui se déroule à la table de Sol Zanetti, son successeur à titre de chef d'Option nationale. M. Aussant a insisté mardi sur le caractère non partisan de l'événement.

Le Soleil, Alice Chiche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'initiative Faut qu'on se parle est victime de son succès. Deux semaines après son lancement, le nombre de demandes d'assemblées de cuisine dépasse largement les prévisions, si bien que l'organisation n'a pas les moyens financiers, pour l'instant, de toutes les honorer.

Gabriel Nadeau-Dubois et sa bande étaient de passage au Musée de la civilisation, mardi soir, pour la première de 10 consultations publiques prévues à travers la province ces trois prochains mois.

L'activité de Québec a fait salle comble. Quelque 375 personnes se sont déplacées pour proposer leurs idées mais aussi poser des questions aux personnalités prenant part à la tournée. Outre M. Nadeau-Dubois, Jean-Martin Aussant, Maïté Labrecque-Saganash, Will Prosper, Claire Bolduc et Aurélie Lanctôt formaient la délégation «de progressistes» présente dans la capitale.

En plus d'être une tournée de consultations publiques comme celle de mardi soir, Faut qu'on se parle est aussi une série d'assemblées de cuisine. Les citoyens sont donc invités à accueillir certains membres du regroupement non partisan pour échanger et discuter «du Québec de demain». Et les demandes ont carrément explosé.

Devant la foule réunie à Québec, Gabriel Nadeau-Dubois a admis que Faut qu'on se parle, à l'heure actuelle, n'avait pas les ressources financières pour se rendre partout dans la province. «On a besoin de vos dons. On a plus de 240 demandes d'assemblées de cuisine partout au Québec. On en a une à Kuujjuaq, à Natashquan, aux Îles-de-la-Madeleine. On veut aller partout, mais en ce moment, on n'a pas les moyens pour les faire», a-t-il affirmé.

En entrevue au Soleil peu avant la soirée, l'ancien leader étudiant confirmait que la demande dépassait «toutes les prévisions». «Il en rentre plus d'une dizaine à chaque jour», a-t-il précisé. «C'est une réponse beaucoup plus enthousiaste que ce qu'on pensait.»

Aux quatre coins du Québec

L'organisation a déjà pris et prendra des moyens pour combler les attentes aux quatre coins du Québec. Si elle ne peut se déplacer physiquement, ce qui est une priorité, une délégation pourrait utiliser les technologies pour échanger avec les personnes en régions très éloignées. Un membre de l'organisation a confirmé que le voyage à Natashquan, sur la Côte-Nord, était déjà budgété. Mais celui dans le Nord-du-Québec nécessitera une campagne de sociofinancement. Faut qu'on se parle dépend du financement uniquement citoyen et refuse tout don provenant d'organisations privées, des syndicats ou de toute autre entité qui nuirait «à notre liberté de parole».

Du point de vue des ressources humaines, Faut qu'on se parle a par ailleurs fait appel à de nouvelles personnalités. Le quintette original était formé de M. Nadeau-Dubois, Jean-Martin Aussant, Claire Bolduc, Maïtée Labrecque-Saganash et Alain Vadeboncoeur. Se sont ajoutés mardi Véronique Côté, Aurélie Lanctôt, Karel Mayrand et Will Prosper. «On s'est dit : "Ajoutons des gens au groupe pour nous permettre d'aller voir tout le monde"», a expliqué M. Nadeau-Dubois.

Ces ajouts permettent également au groupe de répondre aux critiques qui ont été formulées après le lancement de l'initiative. «On a reconnu que notre groupe manquait de diversité à certains égards.»

Concernant la soirée de mardi, les citoyens de Québec, de tous âges mais pour la majorité de gauche ou de centre-gauche, ont choisi de discuter du climat, de la démocratie et l'éducation en priorité. Pas moins de 669 idées citoyennes ont été soumises lors des échanges.

Comme pour l'ensemble des consultations publiques et des assemblées de cuisine, ces informations permettront à Faut qu'on se parle de dresser un rapport quelque part cet hiver. L'organisation espère rendre publics les bilans de chacune des consultations.

Les membres de Faut qu'on se parle

Gabriel Nadeau-Dubois

Auteur et militant. Ancien porte parole lors de la grève étudiante de 2012 avec la CLASSE

Jean-Martin Aussant

Ancien chef d'Option nationale et directeur général du Chantier de l'économie sociale

Maïtée Labrecque-Saganash

Militante crie et étudiante en sciences politiques

Aurélie Lanctôt

Essayiste et militante féministe

Karel Mayrand

Présentement directeur de la Fondation David Suzuki. Auteur et écologiste

Claire Bolduc

Agronome et ancienne présidente de Solidarité rurale

Will Prosper

Documentariste, journaliste et militant des droits civiques et de la personne

Véronique Côté

Comédienne, auteure et metteure en scène

Alain Vadeboncoeur 

Urgentologue, enseignant, auteur, blogueur et chroniqueur médical

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer