Lisée triomphe et devient chef

Alexandre Cloutier a félicité son adversaire Jean-François Lisée... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Alexandre Cloutier a félicité son adversaire Jean-François Lisée pour sa victoire.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La poussée irrésistible de Jean-François Lisée lui a permis de franchir le premier le fil d'arrivée de la course à la direction du Parti québécois (PQ), avec 50,63 % des voix, dès le deuxième tour. Une déconvenue pour Alexandre Cloutier, considéré comme le meneur pendant de longs mois.

Au terme d'une soirée chargée d'émotions, le président du PQ, Raymond Archambault, a fait l'annonce des résultats vers 21h40, devant plusieurs centaines de sympathisants, au Centre de congrès et d'expositions de Lévis.

Le premier tour a forcé le retrait du candidat Paul St-Pierre Plamondon qui était dernier avec 6,84 % des voix. Déjà, M. Lisée avait amassé 47 % du total des votes et était au seuil de la victoire. Alexandre Cloutier n'avait alors récolté que 29,66 %, et Martine Ouellet, 16,46 %.

Comme prévu par la formule préférentielle, le deuxième choix de tous ceux qui ont voté pour M. St-Pierre Plamondon a été redistribué aux autres candidats. Le député de Rosemont n'en avait pas besoin de plus. L'annonce du résultat a été accueillie par les vivats des pro-Lisée.

«Ce soir, c'est notre victoire à tous», a lancé M. Lisée, a qui rapidement tendu la main aux autres candidats.

«Après un bon match où on a donné le maximum, les joueurs vont prendre un verre ensemble pour célébrer ce qu'ils ont en commun, a déclaré M. Lisée. [...] Notre parti sort revigoré de cette campagne, avec une énergie nouvelle. On ne pouvait demander une meilleure répétition pour la victoire d'octobre 2018. Les jours du gouvernement Couillard sont comptés.»

Main tendue

Dans son long discours de victoire, le nouveau chef a offert à Alexandre Cloutier de mettre en place les huit chantiers de travail de préparation à la souveraineté qu'il a proposés pendant la campagne. 

M. Lisée a aussi eu de bons mots pour Mme Ouellet et invité Paul St-Pierre Plamondon, la «révélation de l'année en politique québécoise», à garder la place qu'il s'est faite au PQ.

«Nous avons la mission de nous rassembler immédiatement dans l'après-course, a dit M. Lisée. [...] Aujourd'hui, comme Jacques Parizeau, je veux être le chef du rassemblement.»

Le nouveau chef a fait de l'oeil aux électeurs libéraux déçus de la performance du gouvernement Couillard. «Il n'y a pas de honte à avoir honte d'un gouvernement honteux», leur a-t-il signifié. Le Parti libéral du Québec (PLQ) est un grand parti de l'histoire du Québec, mais pas en ce moment, a dit M. Lisée. «Si vous souhaitez que le PLQ redevienne un grand parti, il n'y a qu'un remède, un long séjour dans l'opposition. Une longue cure de désintoxication éthique.»

Jean-François Lisée n'a pas manqué de faire la cour à Québec solidaire en rappelant que, «malgré toutes nos divergences, il est primordial que Philippe Couillard ne soit plus premier ministre du Québec». «Trouvons ensemble le moyen d'additionner nos forces lors de l'élection de 2018», a dit M. Lisée. «Nous pouvons regarder ensemble la carte électorale et voir comment on peut faire élire davantage de députés progressistes et souverainistes et envoyer à la retraite un maximum de députés fédéralistes de droite», a proposé le nouveau chef péquiste.

Un deuxième tour pour la première fois

Quelque 73 000 membres du PQ avaient droit de voter à cette élection. Le taux de participation a été de 75,09 % pour le scrutin qui s'est étiré du 5 au 7 octobre. Un résultat comparable aux courses de 2015 et de 2005.

Il s'agit, par contre, de la première fois, dans le cadre d'une course à la direction du PQ, que le chef ne parvient pas à décrocher sa majorité dès le premier tour. Autant Pierre Karl Péladeau (57,6 %), André Boisclair (53,68 %) que Pierre Marc Johnson (58,7 %) l'ont réussi. Pendant la course, le candidat Jean-François Lisée a suggéré que la «légitimité» du chef serait renforcée par le dévoilement de tous les deuxièmes choix récoltés. Cette proposition n'a pas été retenue, vendredi.

À 58 ans, le député de Rosemont devient le neuvième chef du parti souverainiste et le chef de l'opposition officielle à l'Assemblée nationale.

Parti de loin dans les sondages, négligé, Jean-François Lisée a rattrapé l'écart qui le séparait d'Alexandre Cloutier jusqu'à le dépasser, vendredi. L'abandon forcé de la députée Véronique Hivon a bouleversé l'échiquier et permis à Jean-François Lisée d'entreprendre sa remontée spectaculaire.

La défaite a donc été cinglante pour le député de Lac-Saint-Jean. Il a dit sortir la «tête haute et sans l'ombre d'un regret» et qu'il entend respecter le mandat que les électeurs lui ont confié. Il n'a pas voulu s'avancer sa présence à la prochaine élection. «Sur le fond, je suis extrêmement fier de la campagne que je viens de faire, a dit M. Cloutier. J'ai refusé de la faire juste pour plaire, par calcul, de prendre des raccourcis, de dire aux membres du PQ ce qu'ils auraient voulu entendre.»

Il a refusé d'analyser l'impact de l'affaire Charkaoui sur sa campagne. Un mauvais moment qui appartient maintenant au passé, a-t-il simplement indiqué. M. Cloutier a toutefois reconnu qu'il aurait pu réagir avec plus de virulence à certaines attaques. Il ne l'a pas fait en raison de sa position de meneur.

La députée de Vachon, Martine Ouellet, la seule à avoir proposé la tenue d'un référendum dans un premier mandat, n'a pas caché sa déception par rapport au résultat. «C'est certain que je suis déçue parce que, vous savez, je pense qu'on peut faire l'indépendance dans le prochain mandat, a-t-elle réagi. Le choix qui a été fait n'est pas celui-là. Moi, je suis déçue qu'on retarde le temps qu'on devienne indépendant. Dans chaque décision du Canada, le Québec recule. Mais il y a un choix qui a été fait aujourd'hui et je m'y rallie.»

Le nouveau venu au PQ, Paul St-Pierre Plamondon s'est dit très fier d'atteindre près de 7 % de la faveur des militants. Il a noté qu'il s'agit du double du résultat du dernier sondage. Il parle d'un résultat «convaincant» pour le chef Lisée. Malgré les accrochages, les candidats s'entendaient sur 90 % des sujets, a-t-il noté. «C'était aux membres de trancher et ils ont tranché, a-t-il déclaré. J'ai trouvé le discours de Jean-François rassembleur et étoffé. Ça me donne le goût de rester. Il a offert des mains tendues envers toutes les personnes dont on a besoin au PQ et au Québec.»

Live Blog Le PQ choisit son chef
Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer