Affaire Lessard: la confiance de Couillard inébranlable

Philippe Couillard a déclaré que son ministre des Transports,... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Philippe Couillard a déclaré que son ministre des Transports, Laurent Lessard, «conserve toute sa crédibilité».

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pendant que l'opposition officielle continuait d'attaquer l'éthique de Laurent Lessard, jeudi, le premier ministre Philippe Couillard a déclaré depuis l'Islande que son ministre des Transports «conserve toute sa crédibilité».

La confiance de M. Couillard envers le député de Lotbinière-Frontenac demeure inébranlable, malgré toutes les allégations d'apparence de conflits d'intérêts et de favoritisme soulevées par les partis d'opposition ces dernières semaines.

«[Il] conserve toute sa crédibilité et son efficacité. [...] Il est très actif dans notre gouvernement. Il est très actif dans sa région. Pour le reste, le Commissaire à l'éthique se prononcera», a déclaré M. Couillard depuis Reykjavik, où il est en visite pour une mission de trois jours. Le premier ministre a ajouté que son collègue est «un homme politique important» pour son gouvernement. 

«Intervention directe»

Quelques heures avant les déclarations M. Couillard, la députée péquiste Agnès Maltais attaquait de nouveau Laurent Lessard pendant la période de questions à l'Assemblée nationale. 

Elle a accusé le ministre d'être «intervenu directement» pour bloquer la vente de la scierie de Parent alors qu'il était ministre des Forêts, en juillet 2014, au profit de son ami et ancien attaché politique Yvon Nadeau. 

Pour la petite histoire, Kruger avait lancé un appel d'offres pour se départir, entre autres, de la scierie de Parent, en Haute-Mauricie. Produits Forestiers Résolu s'était alors montrée intéressée à l'acquérir, mais le ministère dirigé par M. Lessard s'est opposé à la vente en juillet 2014 après avoir obtenu un avis juridique.  

«Quand Kruger a décidé de lancer un appel international pour vendre ses scieries, le seul qui a répondu, c'était Résolu. Et, Résolu, son plan était de fermer des usines et garder les garanties [d'approvisionnement], ce qui est contraire à la loi», a expliqué Laurent Lessard jeudi. «Si quelqu'un fait une proposition en disant qu'il veut répartir le bois [dans d'autres usines], je vous le dis tout de suite, ça ne fonctionnera pas», avait-il déclaré à l'époque.

La vente des scieries par Kruger a plus tard été accordée à Rémabec, en avril 2015. Puis, au printemps suivant, Rémabec a fait l'acquisition de Pyrobiom Énergies, qui sera chargée de mener le projet à la scierie de Parent.  

Selon Mme Maltais, Pyrobiom avait sollicité une subvention au gouvernement dès 2013 pour la scierie de Parent. «Si Résolu achète l'usine, le projet d'Yvon Nadeau tombe. Le ministre était intervenu directement, publiquement dans la transaction. Il s'en est même vanté publiquement», a-t-elle décoché. 

Avant d'embaucher M. Nadeau en mai 2014 - l'intervention dénoncée survient en juillet -, Laurent Lessard affirme avoir demandé un avis du commissaire à l'éthique, notamment parce que ce dernier était pdg chez Pyrobiom. M. Lessard assure avoir suivi toutes les directives. 

Mme Maltais pense le contraire. «C'est clair, il s'en est mêlé. Oui, je l'accuse d'avoir contrevenu aux directives du commissaire à l'éthique et je l'accuse de s'être mêlé du dossier.» Avec La Presse canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer