En cas de défaite, Cloutier retournerait à la pratique du droit, croit Drainville

Le candidat à la direction du Parti québécois,... (Jacques Boissinot, La Presse canadienne)

Agrandir

Le candidat à la direction du Parti québécois, Alexandre Cloutier

Jacques Boissinot, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Bernard Drainville ajoute une nouvelle fois son grain de sel dans la course à la direction du Parti québécois (PQ). Selon lui, Alexandre Cloutier «ne se gêne pas» pour dire qu'il retournerait à la pratique du droit en cas de défaite, vendredi soir. Le principal intéressé nie et accuse son ancien adversaire de répandre de fausses rumeurs.

À 24 heures du dévoilement du nouveau chef et alors que les membres péquistes votent, l'ancien député péquiste devenu commentateur politique a profité de sa chronique matinale au FM93, jeudi, pour jeter cet autre pavé dans la mare. «Alexandre Cloutier ne se gêne pas dans les corridors de l'Assemblée nationale pour dire qu'il pourrait bien redevenir avocat», a-t-il lancé en ondes.

Mis au parfum de ces déclarations par les journalistes de la colline parlementaire, M. Cloutier a nié en bloc ce qu'il a qualifié de «fausses rumeurs que certains aiment bien alimenter». «Sous aucune forme, je vais retourner à la profession d'avocat. Je suis là pour rester», a-t-il répliqué. «Je serai solidaire des choix des membres du Parti québécois.»

Alexandre Cloutier n'a pas voulu partir à la chasse aux sorcières, mais a néanmoins manifesté un certain agacement. «Ce qui est certain, c'est que ce sont des rumeurs non fondées. On n'a certainement pas vérifié auprès de mon entourage», a-t-il dit. 

Interrogé à savoir qui aurait intérêt à dire de telles choses à Bernard Drainville, M. Cloutier a préféré appeler les membres du parti à voter. «Je pense qu'à ce stade-ci, il faut rester concentré sur l'essentiel, c'est l'exercice du droit de vote. Je laisse aux autres équipes [impliquées dans la course] les choix éditoriaux.»

«Information sérieuse»

Après avoir pris connaissance de la réaction de M. Cloutier, Bernard Drainville en a rajouté sur le réseau social Twitter. «Quand j'ai une information sérieuse, fondée et d'intérêt public, j'la sors. Je fais ma job. Le reste (le bruit ambiant), je m'en fous», a-t-il écrit. Croisé par Le Soleil à la Tribune de la presse, M. Drainville a préféré ne pas commenter davantage.

Bernard Drainville s'était fait remarquer une première fois à la fin août. Il avait dévoilé des chiffres, qu'il disait avoir obtenus de l'équipe de Véronique Hivon, plaçant Jean-François Lisée et Alexandre Cloutier au coude à coude dans les intentions de vote. Mme Hivon avait abandonné la course quelques jours auparavant. 

«Tout ce que je peux dire, c'est que lorsque mon ami Bernard [Drainville] a laissé entendre qu'il y avait égalité [avec Jean-François Lisée], j'ai pu dire avec beaucoup de conviction que c'était loin de la réalité», avait même déclaré M. Cloutier en entrevue éditoriale au Soleil le 12 septembre. 

Le temps aura finalement souri à Bernard Drainville, la course s'étant resserrée depuis.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer