Affaire Lessard: des incohérences dans le CV d'Yvon Nadeau

Encore mardi, de nouvelles révélations sont venues s'ajouter... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Encore mardi, de nouvelles révélations sont venues s'ajouter à «l'affaire Lessard».

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Yvon Nadeau et la direction d'Innoltek ne s'entendent par sur les dates ni les fonctions qu'il a occupées au sein de l'entreprise alors que ce dernier était attaché politique au bureau de Laurent Lessard, en 2014-2015. Des incohérences qui font de nouveau sourciller à l'Assemblée nationale.

Taxés «d'acharnement» contre l'actuel ministre des Transports par les libéraux la semaine dernière, les partis d'opposition se font à tout le moins insistants et veulent des réponses. Encore mardi, et c'est le cas chaque jour que siègent les parlementaires depuis deux semaines, de nouvelles révélations sont venues s'ajouter à «l'affaire Lessard». 

La péquiste Agnès Maltais a soulevé en chambre des contradictions entre le curriculum vitae présenté par Yvon Nadeau sur le réseau social LinkedIn et un communiqué daté du 3 octobre diffusé par Innoltek. 

Différences

M. Nadeau a écrit sur sa page qu'il a été directeur au développement des affaires et finances de cette entreprise basée à Thetford Mines de novembre 2013 à avril 2014, soit jusqu'au mois précédent son embauche au cabinet de Laurent Lessard, en mai. Or Innoltek affirme que M. Nadeau a plutôt été directeur général de novembre 2013 à novembre 2014, ce qui signifie qu'il a conservé son poste pour quelques mois pendant son implication politique, a conclu Mme Maltais.

«Était-il tellement mal à l'aise avec sa situation qu'il a traficoté son CV?» a demandé la députée de Taschereau, qui a dit se ranger derrière la version d'Innoltek. «Je me fie à Innoltek, qui dit : "Nous voulons rétablir les faits, nous faisons le point sur les allégations." J'ai cru l'entreprise.»

Le communiqué d'Innoltek révèle par ailleurs que M. Nadeau était actionnaire de l'entreprise lorsqu'il était employé du ministre. Selon Cogeco Nouvelles, cette participation s'élevait à 16 % en 2014.

Le cas Yvon Nadeau fait actuellement l'objet d'une enquête du Commissaire à l'éthique. Avant de revenir en 2014-2015, M. Nadeau a été employé du bureau de circonscription de M. Lessard de 2003 à 2013.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer