Lisée s'inquiète pour la «légitimité» du chef

L'aspirant-chef Jean-François Lisée propose au Parti québécois que, lors... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

L'aspirant-chef Jean-François Lisée propose au Parti québécois que, lors du dévoilement des résultats, il soit possible de savoir quel pourcentage de militants avait placé le nom de tel ou tel candidat comme deuxième ou troisième choix.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le prochain chef du Parti québécois (PQ) gagnera en légitimité s'il peut démontrer la «profondeur» de ses appuis même chez ceux pour qui il n'était pas le premier choix, estime Jean-François Lisée.

Comme la course est serrée, plusieurs se demandent si le prochain chef ne risque pas d'être affaibli par une majorité obtenue uniquement lors d'un deuxième ou d'un troisième tour. Une inquiétude partagée par l'aspirant-chef et député de Rosemont.

«Gagner à quatre candidats, c'est plus compliqué qu'avec deux principalement en avance», affirme M. Lisée.

Il propose donc au PQ que, lors du dévoilement des résultats, il soit possible de savoir quel pourcentage de militants avait placé le nom de tel ou tel candidat comme deuxième ou troisième choix.

«Si le chef a 53 %, mais qu'il est le deuxième choix d'un autre 30 %, ça démontre la profondeur de son appui, plaide M. Lisée. [...] Je pense que ça va aider à la légitimité du chef qui sera choisi.»

En 2015, Pierre Karl Péladeau a obtenu une majorité de 57,6 % dès le premier tour. En 2006, André Boisclair a récolté ses 53,7 % d'appuis dès le premier tour. Cette fois, les sondages indiquent qu'il faudra possiblement trois tours pour faire un gagnant.

Au PQ, le porte-parole Yanick Grégoire dit avoir pris note de la suggestion de M. Lisée. Mais, à l'heure actuelle, il n'est pas prévu de procéder de cette façon. Seuls les résultats à titre de premier choix doivent être dévoilés pour chaque tour. Le prochain chef devrait être connu dès 21h10, vendredi.

«On n'a pas encore consulté sur cette idée, indique M. Grégoire. On va laisser les gens discuter pour voir de ce qui sera convenu.»

Même s'il soutient ne pas faire de bilan, le candidat a fait tout comme, mardi. Selon lui, son association entre le prédicateur Adil Charkaoui et la campagne d'Alexandre Cloutier a eu un impact «extrêmement mineur» sur la campagne. Il croit que son approche prudente vers un référendum victorieux lui a valu des appuis tout au long de la course de cinq mois.

Il convient que l'abandon forcé de sa collègue Véronique Hivon a changé la dynamique de la course. Ce forfait a «libéré un certain nombre de gens» qui ont pu réfléchir aux propositions sans «la précipitation des premiers jours», estime M. Lisée. «Massivement, les appuis de Véronique sont venus vers moi», ajoute-t-il.

De son côté, l'aspirante-chef Martine Ouellet maintient que l'approche référendaire de ses concurrents est «dommageable» et qu'ils ont «abdiqué en la capacité» du PQ à réaliser l'indépendance.

Mme Ouellet assure qu'elle se ralliera au prochain chef, mais qu'elle n'entend pas renoncer à ses convictions. Elle refuse d'écarter la possibilité qu'elle suggère au prochain congrès national que le PQ s'engage à tenir un référendum dans un premier mandat. «C'est une question hypothétique», répète-t-elle.

Le PQ s'est prémuni contre les plaisantins

Le Parti québécois (PQ) estime que son système de votation empêchera les plaisantins de fausser les résultats du scrutin de la chefferie.

Le vote des membres du PQ pour leur futur chef débute mercredi, à 8h. Les péquistes pourront inscrire leur choix par téléphone ou par Internet 24 heures sur 24 jusqu'à vendredi, 17h. Ils ont reçu un dépliant pour expliquer la marche à suivre et obtenir un numéro d'identification personnel (NIP).

Dans tous les cas, les votants doivent inscrire leur numéro de carte de membre ainsi que leur NIP pour faire leur choix, explique Yanick Grégoire, porte-parole au PQ.

«Est-ce que tous les systèmes sont 100 % infaillibles? La réponse est non, prévient M. Grégoire. Mais on a mis en place tous les mécanismes à notre disposition et on a pris les précautions nécessaires.»

Aux dernières nouvelles, le nom de tous les électeurs inscrits apparaît aussi sur la liste électorale du Québec, indique M. Grégoire. Tous ceux qui n'y apparaissent pas, par exemple les membres de 16 ou 17 ans, ont été contactés par téléphone pour s'assurer de leur authenticité. La carte de membre ou le NIP n'ont pas été délivrés si la personne n'a pu être jointe et son identité confirmée.

L'animateur Jean-René Dufort s'est fait une spécialité de démontrer les faiblesses des systèmes des partis au fil des ans. En 2005, lors de la chefferie péquiste, il avait fait voter une plante verte, un chiwawa prénommé «Pixelle Daoust» et une fillette de trois ans.

À l'automne 2009, Infoman est aussi parvenu à faire voter un défunt dictateur gabonais, Omar Bongo, au scrutin du chef de l'Action démocratique du Québec (ADQ). Le nouveau chef Gilles Taillon n'avait donc remporté la course que par une seule voie légitime devant le député de La Peltrie, Éric Caire.

Lors de l'élection de Pierre Karl Péladeau à la tête du PQ, en 2015, aucun faux vote ne semble s'être immiscé dans le processus de votation.

L'équipe d'Infoman a assuré au Soleil, mardi, qu'elle n'a pas cherché à déjouer le système de votation mis en place par le PQ.

Les services juridiques du PQ accompagnent le processus et une firme indépendante gère le système de votation. «Tous ceux qui travaillent au système de vote ont signé des ententes et ont été assermentés pour respecter la neutralité du processus», affirme M. Grégoire.

Il y a très exactement 73 236 membres qui ont droit de vote au scrutin péquiste. Le taux de participation sera rendu public le soir du dévoilement. En 2015, 73 % des membres ont exercé leur droit de vote, contre 76 % en 2005.

Le public est admis à la soirée du dévoilement, au Centre de congrès et d'expositions de Lévis. Le service de sécurité interne du PQ oeuvre en collaboration avec le Service de police de Lévis et la Sûreté du Québec pour assurer la sécurité de l'événement. «On a fait nos devoirs et on s'assure que tout va se passer dans le bon ordre», affirme M. Grégoire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer