Laurent Lessard promet de se tenir debout

Le ministre Laurent Lessard était de passage dans... (Le Soleil, Ian Bussières)

Agrandir

Le ministre Laurent Lessard était de passage dans sa circonscription de Lotbinière-Frontenac, lundi, pour le lancement des travaux de construction d'un complexe santé réalisé grâce à des investissements privés de 12 millions $. M. Lessard a également profité de l'occasion pour rencontrer des partisans et partisanes.

Le Soleil, Ian Bussières

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Thetford Mines) Malgré les appels à la démission lancés par les partis d'opposition, le ministre des Transports, Laurent Lessard, n'a pas l'intention de quitter son poste et promet de se tenir debout dans la tempête.

« Je viens d'une famille qui a appris à se tenir debout même s'il y a du vent», a déclaré le ministre, de passage dans sa circonscription de Lotbinière-Frontenac pour le lancement des travaux de construction d'un complexe santé réalisé grâce à des investissements privés de 12 millions $.

Il faisait ces déclarations sous l'oeil attentif de sa mère, qui réside au Château Bellevue, la toute nouvelle résidence pour retraités située juste à côté du futur Complexe santé Kingsville dont il venait de lancer les travaux. «Reste fort, toi là!» lui a d'ailleurs lancé sa mère.

Loin des projecteurs et de la tempête médiatique à laquelle il fait face depuis une semaine, le ministre n'a pas caché qu'il avait traversé la période la plus difficile depuis son arrivée à l'Assemblée nationale en 2003. 

«C'est une période assez intense. On me fait refaire tous les investissements qui ont été faits dans la région depuis quelques années. La coopérative d'Adstock, le Centre de recherche du Cégep. En général, ce sont des propriétés collectives», a-t-il affirmé. 

Dossiers controversés

Le ministre est revenu sur le dossier de Pyrobiom Énergies, l'entreprise de son ancien collaborateur Yvon Nadeau qui a reçu une subvention gouvernementale de 3 millions $ alors qu'il était encore à son emploi.

«C'est le commissaire à l'éthique qui rendra une décision dans ce dossier. Ce n'est pas le PQ ni les autres oppositions officielles qui le feront. Et je sais qu'il le fera avec diligence. Bien sûr, j'aimerais que ce soit fait rapidement, mais ce que je souhaite surtout, c'est qu'il le fasse le mieux possible.»

Laurent Lessard a répété qu'il croyait que son mandat de revoir le processus d'attribution des contrats au ministère des Transports pouvait avoir quelque chose à voir avec les accusations portées contre lui par les partis d'opposition.

«Ça frappe fort... Honnêtement, je me demande ce qu'il y a dans mon mandat de transformation qui me vaut une fronde aussi importante. Je ne le sais pas. On dirait qu'il y en a qui ne veulent même pas que je me rende devant le commissaire à l'éthique», a-t-il affirmé.

Quant aux 12,7 millions $ versés en subventions pour des habitations communautaires à l'époque où il était ministre des Affaires municipales, Laurent Lessard réfute les allégations voulant que ces sommes aient permis de donner un emploi à sa conjointe dans l'organisme promoteur des projets.

«À Thetford Mines, la coopérative de services à domicile et les sociétés d'habitation n'essaient pas d'inventer des besoins. S'il n'y a pas de besoin, il n'y a pas de projet. Ce n'est pas pour faire travailler la conjointe du député. J'ai trouvé que c'était un raccourci médiatique et qu'il manquait un peu de travail là-dedans», a-t-il affirmé à propos des allégations des médias du groupe Québecor.

Faire son travail

Dans tous les dossiers où il est montré du doigt, le ministre estime d'ailleurs n'avoir fait que son travail de député. «Je me suis posé la question : est-ce que je suis venu en politique pour aider ma région?  Tous ces dossiers sont à peu près proches de la collectivité! Il n'y a pas assez de monde à Thetford Mines pour qu'on ne revoie pas souvent les mêmes personnes. Moi-même, je connais tout le monde», explique-t-il.

«Ils ont pensé frapper sur un individu, ils ont frappé sur une collectivité. Ils ont pensé frapper sur le travail d'une personne, ils ont frappé sur le travail de tout le monde. Ils ont pensé frapper sur le mont Adstock, ils ont essayé de détruire une coopérative dans laquelle plusieurs personnes de la région ont participé», a poursuivi Laurent Lessard.

Le ministre jure d'ailleurs avoir reçu beaucoup de commentaires d'appui et de sympathie au cours des derniers jours à la suite de l'ouragan médiatique dans lequel il a été plongé. «Des gens sont venus me porter des confitures, des lettres, j'ai reçu des e-mails, parfois même de la part de gens que je ne connaissais pas et qui me manifestaient leur appui.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer