Troisième lien: une étude nécessaire, estime Hamad

«Avant tout, il faut regarder c'est quoi le... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

«Avant tout, il faut regarder c'est quoi le problème dans la région de Québec. Le problème actuellement dans la région de Québec, [...] la Rive-Nord et la Rive-Sud, c'est la congestion», a analysé Sam Hamad, lundi. «Le troisième lien, c'est une des solutions pour le problème de congestion.»

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le simple député Sam Hamad ne ferme pas la porte à un retour au Conseil des ministres. Et il profite d'une sortie médiatique pour avertir que la construction d'un troisième lien entre Québec et Lévis n'est pas pour tout de suite, d'autres études devant être produites avant.

En mêlée de presse, Le Soleil lui a demandé si le projet d'une nouvelle voie entre les deux rives pourrait être lancé rapidement : «Non, il faut faire une étude avant. Un projet de 4,5 milliards, il faut faire une étude plus exhaustive, plus détaillée.»

«Avant tout, il faut regarder c'est quoi le problème dans la région de Québec. Le problème actuellement dans la région de Québec, [...] la Rive-Nord et la Rive-Sud, c'est la congestion, analyse Sam Hamad. Le troisième lien, c'est une des solutions pour le problème de congestion.

«Ce qui nous manque à Québec, c'est une vision globale de la congestion. C'est-à-dire c'est quoi les causes de la congestion? Quels sont les problèmes de congestion sur la Rive-Sud, sur la Rive-Nord? Quel est le volume de circulation? Est-ce que les gens de la Rive-Sud, ceux de Saint-Nicolas, est-ce qu'ils partent vers Lévis ou ils partent vers Québec, etc.? Une fois qu'on aura cette vision, ça va nous permettre de trouver les solutions qui vont répondre.»

Il soutient cependant que son gouvernement demeure actif et cite quelques chantiers routiers terminés ou en cours : Henri-IV, Robert-Bourassa, boulevard Charest, Duplessis...

«Donc, il y a des travaux qui se font. Mais avant de parler de troisième lien, on va faire l'étude.»

Il note au passage que le projet de service rapide par bus (SRB) fait aussi partie de la solution.

Le Saint des Saints

On croirait entendre le ministre des Transports, a souligné Le Soleil. Vous attendez-vous à retourner au Conseil des ministres bientôt? Tout sourire, M. Hamad ne dit pas non... Il insiste toutefois fermement sur la prérogative du chef libéral en cette matière : «Ce n'est pas moi qui décide. [...] C'est la décision du premier ministre.»

Le député de Louis-Hébert connaît les dossiers. Il a occupé le ministère des Transports du 11 août 2010 au 6 septembre 2011. Et l'actuel titulaire du poste, Laurent Lessard, est malmené par l'opposition.

Jusqu'en avril, Sam Hamad était président du Conseil du trésor. Il avait toutefois démissionné tandis qu'il était à son tour la cible d'attaques des partis de l'opposition. Il avait également perdu son titre de ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale.

Son implication dans l'octroi d'un financement à l'entreprise Premier Tech et son ami Marc-Yvan Côté avait soulevé des doutes sur son intégrité. Il s'est toujours défendu.

En juin, le commissaire à l'éthique et à la déontologie de l'Assemblée nationale n'a recommandé aucune sanction. Il a néanmoins évalué que sa conduite avait été contraire aux valeurs de l'Assemblée nationale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer