Pas une hausse des appareils de loterie vidéo, assure Leitão

Loto-Québec ne haussera pas le plafond fixé à... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Loto-Québec ne haussera pas le plafond fixé à près de 12 000 appareils de loterie vidéo accessibles au Québec.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Même s'il n'y a plus de limite au nombre d'appareils de loterie vidéo (ALV) qu'un bar peut détenir, il n'y aura pas plus de machines en circulation au Québec, assure le ministre Carlos Leitão.

L'adoption du projet de loi 74 au printemps dernier a mis fin à la limite de cinq ALV par permis. Malgré cela, Loto-Québec ne haussera pas le plafond fixé à près de 12 000 ALV accessibles au Québec, a indiqué le ministre des Finances, mardi. 

«Non seulement on s'est engagé à ne pas hausser le seuil, mais aussi à examiner la possibilité de le réduire», a dit M. Leitão, qui évoque le chiffre de 10 000.

La nouvelle loi permet à un bar d'obtenir plus d'appareils, mais les mêmes critères socio-économiques liés à leur emplacement s'appliqueront, poursuit le ministre. Il ne croit donc pas à une plus grande concentration dans les secteurs plus défavorisés. Si un bar obtient un ALV de plus, ce sera parce qu'un autre du secteur en aura perdu un. 

«Pas des boyscouts»

Le ministre convient que les ALV ont un impact très négatif en matière de santé publique. Mais l'État doit en conserver la gestion, croit-il. «Il ne faut pas être des boyscouts non plus, a-t-il déclaré. Il faut regarder la réalité. Si l'État ne prend pas un rôle proactif dans la gestion des machines, elles vont se multiplier un peu partout.»

Les ALV procurent quelque 680 millions $ à Loto-Québec par année, a indiqué le ministre. Et la société d'État retourne au gouvernement environ 1 milliard $ en dividendes. «Est-ce que l'État peut se priver de 1 milliard $? demande M. Leitão. On peut avoir le débat. Si l'État se prive de 1 milliard $ de revenus, qu'est-ce qu'on coupe?»

Les oppositions n'ont pas ménagé le ministre sur la question des ALV. Le péquiste Jean-François Lisée a affirmé que M. Leitão est plus prompt à augmenter le nombre d'ALV dans un bar qu'à discuter d'une hausse du salaire minimum. «On est pressé d'aller chercher des sous chez ceux qui font moins que 15 $ de l'heure [...] dans les bars où les gens dépensent de l'argent qu'ils n'ont pas dans ces maudites machines», a lancé M. Lisée. 

Le leader parlementaire caquiste François Bonnardel a accusé le gouvernement «d'exploiter la misère humaine».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer