Salaire minimum: les libéraux accusés de travailler «en cachette»

La députée Manon Massé et son parti, Québec solidaire,... (Archives La Presse, Édouard Plante-Fréchette)

Agrandir

La députée Manon Massé et son parti, Québec solidaire, font de l'augmentation du salaire minimum à 15$ une priorité cet automne.

Archives La Presse, Édouard Plante-Fréchette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les libéraux, qui ont déjà affirmé que le salaire minimum actuel de 10,75 $ est approprié, ont bloqué mardi une demande du Parti québécois et appuyée par Québec solidaire visant à soumettre l'augmentation du taux minimal à 15 $ au débat public.

La Commission de l'économie et du travail (CET), dont les libéraux sont majoritaires, s'est réunie mardi matin afin de déterminer si l'augmentation du salaire minimum à 15 $ devait faire l'objet de consultations publiques en commission parlementaire. Péquistes et caquistes ont voté en faveur d'un débat public, alors que les libéraux ont voté contre. Québec solidaire (QS) n'y a aucun représentant mais porte ce dossier depuis des mois.

Les libéraux préfèrent faire leurs propres analyses, derrière les portes closes, a justifié le député d'Argenteuil Yves Saint-Denis, membre de la CET. «La ministre [Dominique Vien] est en train de faire le travail en profondeur, de revoir tous les critères qui normalisent le salaire de base», a-t-il affirmé à sa sortie de la réunion.

Le péquiste Sylvain Rochon s'est dit «catastrophé» par le blocus libéral. Son parti et lui auraient aimé poser des questions à des experts en commission parlementaire. «Il y a là un débat intéressant», a-t-il affirmé.

La solidaire Manon Massé a pour sa part attaqué le gouvernement libéral de front à la période des questions. «Pourquoi l'angoisse des riches est toujours plus importante que la détresse des pauvres?» a-t-elle demandé au ministre des Finances, Carlos Leitão. Elle a rappelé que ce dernier a déclaré au mois d'août que les mécanismes d'augmentation du salaire minimum sont «appropriés» et que le taux horaire actuel de 10,75 $ était suffisant.

La Coalition avenir Québec était elle aussi ouverte à l'idée que la CET se penche sur cette question. Le chef François Legault a accusé les libéraux de manquer de transparence et de travailler «en cachette».

La ministre Dominique Vien a rétorqué qu'elle allait tenir compte des positions de l'ensemble des acteurs de la société, même si elle sera la seule à pouvoir mener les travaux. «Tout groupe qui veut me rencontrer pour parler de cette question-là, [sachez que] mon agenda est ouvert.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer