Couillard réitère sa confiance envers le ministre Lessard

Le ministre des Transports du Québec, Laurent Lessard,... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le ministre des Transports du Québec, Laurent Lessard, a été la cible de l'oppostion mardi.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «Il ne savait rien sur RONA, il ne sait rien sur Pyrobiom. Le premier ministre commence à ressembler à Gérald Tremblay : "Je le sais pas, je veux pas le savoir".»

La critique de l'opposition officielle en matière d'éthique et d'intégrité, Agnès Maltais, ne s'explique pas comment Philippe Couillard peut affirmer qu'il ne connaît pas tous les faits concernant l'enquête du Commissaire à l'éthique sur le ministre des Transports Laurent Lessard.

«Faites-moi croire qu'un premier ministre ne s'inquiète pas d'une situation étudiée par le commissaire à l'éthique», a ironisé la députée péquiste mercredi. «Est-ce qu'il a un chef de cabinet? Est-ce que M. Jean-Louis Dufresne existe? Il ne savait rien sur RONA, il ne sait rien sur Pyrobiom. Le premier ministre commence à ressembler à Gérald Tremblay», a-t-elle tonné, faisant référence à l'ancien maire de Montréal, taxé à l'époque d'aveuglement volontaire sur la collusion dans la métropole.

Mme Maltais réagissait aux propos tenus par le premier ministre à sa sortie du caucus libéral, où il a réitéré sa pleine confiance en son ministre, soupçonné de conflit d'intérêts ou de favoritisme par l'opposition.

«J'ai entière confiance en M. Lessard. [...] La raison pour laquelle l'opposition fait autant de bruit autour de lui, c'est parce qu'ils réalisent que c'est un excellent ministre des Transports, a déclaré M. Couillard. Vous ne connaissez pas les faits, je ne les connais pas non plus», a-t-il ensuite lancé.

Laurent Lessard est plongé dans la tourmente depuis qu'ont émané des informations selon lesquelles un ex-employé de son bureau de circonscription, Yvon Nadeau, a sollicité une subvention du gouvernement alors qu'il était toujours en poste au bureau de M. Lessard.

M. Nadeau a travaillé pour le ministre de 2003 à 2013, puis de 2014 à 2015. Il a obtenu ladite subvention de 3 millions $ du ministère des Ressources naturelles en juillet dernier en tant que président de l'entreprise Pyrobiom. C'est ce premier cas qui est en analyse par le Commissaire à l'éthique.

Agnès Maltais en ajoute depuis deux jours et talonne le ministre Lessard concernant un autre cas impliquant le même conseiller. Il s'agit d'une subvention de 1 million $, dit-elle, obtenue en 2008 par la Coopérative du mont Adstock, près de Thetford Mines.

L'aide financière aurait été décrochée grâce à l'intervention de M. Nadeau, alors membre du C. A. de la coop. L'opposition cherche à savoir si M. Nadeau, qui a par la suite été gestionnaire de chalets au pied de la montagne, a bénéficié du redressement de la station de ski.

Pris par surprise la veille par Mme Maltais, Laurent Lessard était de nouveau sur la défensive, mercredi. L'air ébranlé, il a admis être «nerveux» et qu'il était déstabilisé par la situation. «Ce n'est pas à tous les jours qu'on a à défendre son intégrité. Après 13 ans et demi à l'Assemblée nationale, c'est la première fois que ça m'arrive», a-t-il dit.

M. Lessard a rencontré le commissaire à l'éthique en matinée. «J'ai offert ma collaboration», a-t-il assuré. Il a demandé à ce que soient rendues publiques les directives qu'il a demandées et appliquées lorsque M. Nadeau est revenu travailler pour lui en 2014-2015. «Ce qu'il m'a indiqué, c'est qu'il ne pouvait pas rendre publique la directive étant donné qu'il y avait une demande d'enquête. Je m'en remets à ça.»

Démission réclamée

Le député de Québec solidaire, Amir Khadir, a affirmé mercredi que le ministre Lessard n'avait plus «l'autorité morale» pour assumer ses fonctions de ministre des Transports. Il a dit souhaiter que ce dernier prenne ses responsabilités et se retire le temps de faire la lumière sur ces questions. Le Parti québécois (PQ) n'est pas allé aussi loin. Agnès Maltais croit cependant que les allégations prennent plus d'importance puisque M. Lessard était «supposé faire le ménage» au ministère des Transports.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer