Ouellet attaque de front Gaudreault

La candidate à la direction du PQ Martine... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

La candidate à la direction du PQ Martine Ouellet (au centre) jette un coup d'oeil en direction de Sylvain Gaudreault et de Lorraine Richard, lors d'une réunion du caucus péquiste, mardi.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Martine Ouellet taxe son chef intérimaire Sylvain Gaudreault d'ingérence «inacceptable» dans la course à la direction et estime que son droit de parole comme candidate est restreint par l'establishment péquiste.

La députée de Vachon n'a pas apprécié d'avoir été rappelée à l'ordre par M. Gaudreault durant la course, notamment la semaine dernière et parfois devant tout le caucus, après qu'elle se soit prononcée sur certains enjeux d'actualité.

«C'est inacceptable cette ingérence-là dans la course à la chefferie», a-t-elle décoché mardi matin.

Elle s'est entre autres fait reprocher d'avoir réclamé la démission de Gaétan Barrette après ses propos sur l'attentat au Metropolis, ou encore d'avoir qualifié certains collègues de «provincialistes». M. Gaudreault et des membres du caucus n'auraient pas non plus digéré de la voir, le 16 août, aux côtés de la solidaire Manon Massé lors d'une sortie portant sur le projet de loi 106 sur les hydrocarbures.

«Je crois que c'est important que, sur des dossiers aussi importants, des candidats puissent se positionner et c'est ça l'objet d'une course à la chefferie. Et de voir que le chef du PQ essaie de restreindre la liberté de parole... Je crois qu'il devrait parler à mes deux collègues qui ont fait beaucoup plus de tort à l'image du PQ sur les débats... avec pas beaucoup de hauteur des dernières semaines», a-t-elle poursuivi, faisant référence aux échanges entre Alexandre Cloutier et Jean-François Lisée.

Un fossé en train de se creuser

Martine Ouellet a reconnu mardi qu'il se creusait présentement un fossé entre elle et l'establishment du PQ, dont Sylvain Gaudreault. Elle a du même souffle laissé entendre que sa campagne dérangeait particulièrement.

Ce fossé s'est peut-être manifesté par l'absence de Mme Ouellet dans une vidéo promotionnelle diffusée pour la rentrée parlementaire. Elle est la seule candidate élue à ne pas s'y retrouver. Mme Ouellet aurait voulu y affirmer «je suis indépendantiste» plutôt que «je suis Parti québécois». Elle s'est dite «surprise» que la publicité soit diffusée sans qu'elle n'y figure.

Sylvain Gaudreault s'est défendu d'intervenir dans la course. «Je considère que mon travail de chef intérimaire se fait tout à fait correctement. Chaque candidat a le droit de faire ses déclarations en fonction de sa stratégie de campagne», a-t-il dit lors de son point de presse sur la rentrée, accaparée par la sortie de sa collègue. «J'ai [déjà] dit que je ne voulais pas toucher avec le bout de la pointe d'une aiguille à la course au leadership. Alors, je ne veux pas embarquer là-dedans.»

Au cours de la journée, un mystérieux gazouillis est apparu sur le compte Twitter de Mme Ouellet: «Je suis Option nationale». Le message a été effacé dans les minutes suivantes et la députée de Vachon a affirmé que son compte, «bien évidemment, a été piraté». 

Charkaoui «dit du bien» de Cloutier

D'autre part, le candidat Jean-François Lisée a nuancé mardi les liens qu'il a faits la semaine dernière entre le prédicateur Adil Charkaoui et l'aspirant chef Alexandre Cloutier. 

Il ne dit plus que l'imam soupçonné d'avoir radicalisé des jeunes du Collège Maisonneuve appuie M. Cloutier. Mais il ne s'excusera pas parce qu'on «peut débattre du mot "appui"», selon lui. 

«Peut-être qu'aux États-Unis, on aurait dit un "endorsement" ou comme on dit que le Washington Post appuie Hillary Clinton, même s'il n'est pas membre du Parti démocrate, a affirmé M. Lisée. [...] Si c'était à refaire, je dirais: "Il a dit du bien de". Mais si c'était à refaire, je pense qu'on ne referait pas la journée, de part et d'autre.»

Vendredi, M. Lisée a soutenu qu'Adil Charkaoui a appuyé «publiquement Alex», en référence à un gazouillis du Collectif québécois contre l'islamophobie. M. Cloutier a par la suite reçu bon nombre de menaces et la Sûreté du Québec a resserré la surveillance autour de lui. M. Lisée a fini par retirer sa publication. 

Il juge quand même que la publication du Collectif favorable à M. Cloutier mérite de faire partie du débat public. «Moi, je suis pour le droit au savoir, a affirmé M. Lisée. C'est un fait qui existait depuis deux jours. Moi, j'ai attiré l'attention sur ce fait. [...] Maintenant, il y a des gens qui ne voulaient pas savoir ce fait. Moi, je suis un ancien journaliste et je pense qu'il est important de connaître les faits.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer