Charkaoui a «dit du bien» de Cloutier, nuance Lisée

Alexandre Cloutier et Jean-François Lisée... (photo Michel Tremblay, archives Le Quotidien)

Agrandir

Alexandre Cloutier et Jean-François Lisée

photo Michel Tremblay, archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le prédicateur Adil Charkaoui n'a pas appuyé Alexandre Cloutier, nuance Jean-François Lisée, mais il en a «dit du bien».

En point de presse, mardi, M. Lisée a admis que le prédicateur soupçonné d'avoir radicalisé des jeunes n'appuie pas son concurrent dans la course.

Mais il ne s'excusera de l'avoir affirmé pas parce qu'on  «peut débattre du mot "appui"». Deux lectures du vocable peuvent être faites, selon lui.

«Peut-être qu'aux États-Unis, on aurait dit un endorsement ou comme on dit que le Washington Post appuie Hillary Clinton, même s'il n'est pas membre du parti démocrate, J'ai compris que c'était un sens général où ce n'est pas un appui, mais il a dit du bien de. Si c'était à refaire, je dirais :"Il a dit du bien de". Mais si c'était à refaire, je pense qu'on ne referait pas la journée, de part et d'autre.»

Vendredi, il a publié sur sa page Facebook un message qui parlait de «Adil Charkaoui appuyant publiquement Alex», en référence à un gazouillis du Collectif québécois contre l'islamophobie. À la suite de la remarque de M. Lisée, M. Cloutier a reçu bon nombre de menaces et la Sûreté du Québec a resserré la surveillance autour de lui. M. Lisée a fini par retirer sa publication par «amitié et préoccupation pour sa sécurité».

Il juge quand même que la publication du Collectif favorable à M. Cloutier méritait d'être exposée dans le débat public. «Moi, je suis pour le droit au savoir, a affirmé M. Lisée. C'est un fait qui existait depuis deux jours. Moi, j'ai attiré l'attention sur ce fait. (...) Maintenant, il y a des gens qui ne voulaient pas savoir ce fait. Moi, je suis un ancien journaliste et je pense qu'il est important de connaître les faits. Ensuite, les gens en feront ce qu'ils voudront.»

Vendredi, les remarques de sa collègue Agnès Maltais, membre du clan Cloutier, sur l'opportunisme politique de sa position identitaire, a fait ressortir son côté «bagarreur», a souligné M. Lisée.

«J'ai un côté intello, un côté givré, un côté bagarreur et un côté rassembleur», a expliqué M. Lisée.

«Le bagarreur va être présent contre Philippe Couillard et François Legault, et je veux que le rassembleur soit très présent d'ici la fin de la campagne», a dit M. Lisée.

«Je pense que c'est une situation exceptionnelle, je doute qu'elle se reproduise», a-t-il ajouté.

Le candidat à la chefferie a officiellement présenté son nouvel appui, le député Pascal Bérubé, et annoncé que plusieurs associations de circonscriptions se rangent dans son camp.

«Je sens que l'avance organisationnelle qu'avait Alexandre au début de la course avec douze (maintenant 13) députés, avec des organisateurs chevronnés, je pense qu'on est maintenant à égalité sur la capacité organisationnelle», s'est réjoui M. Lisée.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer