Cloutier dit que la SQ lui a demandé de l'informer de ses déplacements

Alexandre Cloutier dit avoir reçu de nombreuses insultes... (Archives La Presse)

Agrandir

Alexandre Cloutier dit avoir reçu de nombreuses insultes violentes après que son rival à la direction du Parti québécois, Jean-François Lisée, eut supposé des liens entre lui et Adil Charkaoui.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphane Blais
La Presse Canadienne
Montréal

La course à la chefferie du Parti québécois a pris une tournure inattendue, samedi : le candidat Alexandre Cloutier affirme que la Sûreté du Québec lui a demandé de l'informer de tous ses déplacements, en plus d'avoir instauré une «vigie sur les médias sociaux».

Des mesures qui auraient été prises dans la foulée des réactions à la déclaration de son rival Jean-François Lisée, qui a laissé entendre sur les réseaux sociaux, vendredi, que le prédicateur controversé Adil Charkaoui avait donné son «appui public» à Alexandre Coutier.

La Sûreté du Québec, jointe par La Presse canadienne, n'a pas voulu confirmer ni infirmer ces informations.

Jean-François Lisée faisait référence à ce message écrit sur la page Facebook du Collectif québécois contre l'islamophobie, dirigé par Adil Charkaoui : «Cloutier plaide pour l'ouverture et le renouveau alors que Lisée s'enfonce dans un débat identitaire et dans l'héritage de la charte islamophobe de Drainville.»

Vendredi, le député de Rosemont a écrit sur sa page Facebook : «Adil Charkaoui appuyant publiquement Alex, c'était prévu?»

Après la publication de ce message, le député de Lac-Saint-Jean dit avoir reçu de nombreuses insultes violentes et des propos haineux, ce qui aurait amené la Sûreté du Québec à réagir, selon lui.

Sur sa page Facebook, l'équipe d'Alexandre Cloutier a qualifié les propos de Jean-François Lisée d'inacceptables.

«M. Cloutier n'a jamais été en contact, de près ou de loin, avec M. Charkaoui et n'a jamais reçu son appui. Toute insinuation à cet effet est inacceptable de la part d'un candidat à la direction d'une grande formation politique comme le Parti québécois.»

Vendredi soir, Jean-François Lisée a tenu à préciser sa pensée sur les réseaux sociaux : «Je vois que certains prennent cette publication au premier degré. Oui, Charkaoui a dit du bien d'Alexandre. Mais il s'agit de fleurs qu'Alexandre n'a ni sollicitées ni souhaitées, bien évidemment.»

La porte-parole de Jean-François Lisée a refusé que le candidat accorde une entrevue téléphonique à La Presse canadienne, samedi, ajoutant que M. Lisée était toutefois disponible pour répondre aux questions des journalistes qui l'accompagnent dans ses déplacements.

Lors d'un point de presse en après-midi, Alexandre Cloutier a déclaré que M. Lisée a finalement retiré son message, sans toutefois présenter ses excuses.

«J'ai appelé Jean-François Lisée personnellement hier soir, pour lui demander de retirer ses messages, chose qu'il a refusé de faire. Ce matin, j'ai réitéré ma demande, et il a finalement accepté de le faire.»

Appel au calme

Alors que la course à la direction du Parti québécois devient de plus en plus acrimonieuse, le chef intérimaire de la formation, Sylvain Gaudreault, a senti le besoin, vendredi, de lancer un appel «au calme, à la sérénité et à l'unité».

Dans un message publié sur son compte Twitter et sur sa page Facebook, Sylvain Gaudreault rappelle que la course au leadership est «un moment extraordinaire d'échange d'idées», mais qu'elle doit se dérouler «dans le respect et dans un esprit de collégialité».

De son côté, la candidate Martine Ouellet accuse ses adversaires Alexandre Cloutier et Jean-François Lisée de démagogie.

En entrevue avec La Presse canadienne, samedi, elle a déploré la tournure prise par la course à chefferie.

Selon elle, la façon dont M. Cloutier et M. Lisée débattent de laïcité est irresponsable et occulte le véritable enjeu de cette course, qui est l'indépendance du Québec, croit-elle.

Mme Ouellet, qui souhaite un référendum dès un premier mandat, estime que ses rivaux dans la course «sont loin de la volonté des membres du Parti québécois».

«Le débat de la laïcité est tellement important qu'on se doit de le faire de façon sereine et non pour marquer des points dans une course à la chefferie, et non plus pour occulter le dossier central qui est celui de l'indépendance du Québec, parce que c'est exactement la même stratégie perdante de 2014 que je vois de la part de mes deux collègues Alexandre et Jean-François, a-t-elle lancé. C'est un peu hallucinant.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer