Le statisticien en chef du Canada claque la porte

Wayne Smith estime que l'indépendance de Statistique Canada... (La Presse canadienne, Sean Kilpatrick)

Agrandir

Wayne Smith estime que l'indépendance de Statistique Canada serait compromise alors que les libéraux s'étaient justement engagés à renforcer la muraille entre le politique et le scientifique.

La Presse canadienne, Sean Kilpatrick

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le statisticien en chef du Canada a démissionné, vendredi, parce que l'indépendance de Statistique Canada serait compromise alors que les libéraux s'étaient justement engagés à renforcer cette muraille entre le politique et le scientifique.

Dans un courriel transmis au Conseil national de la statistique, Wayne Smith affirme que le gouvernement précédent avait déjà mis en péril l'indépendance de Statistique Canada en l'obligeant à se joindre à Services Partagés Canada pour l'approvisionnement en services informatiques.

Or, M. Smith soutient que Services partagés Canada, ou toute personne qui peut influer sur ses décisions, détient effectivement un droit de veto sur plusieurs activités de l'agence nationale de la statistique en matière de collecte, de traitement, de stockage, d'analyse et de diffusion des données officielles. Services partagés Canada, soutient-il, peut en effet refuser de fournir certains services essentiels aux activités de Statistique Canada, ce qui compromet son indépendance.

«Comme vous le savez tous, je crois que cette perte d'indépendance et de contrôle n'est pas seulement appréhendée mais bien réelle déjà aujourd'hui, où la livraison des programmes de Statistique Canada est de plus en plus entravée en raison de l'approvisionnement perturbateur, inefficace, lent et hors de prix des services d'infrastructure informatique de Services Partagés Canada», écrit M. Smith à ses collègues du Conseil national de la statistique, qui conseille le statisticien en chef.

«J'ai fait tout mon possible pour remédier à cette situation, mais sans effet. Je ne peux pas prêter mon concours à des initiatives du gouvernement qui prétendront protéger l'indépendance de Statistique Canada quand, en réalité, cette indépendance n'a jamais été aussi compromise.»

«Je ne veux pas, non plus, présider sur la déchéance progressive de ce qui est encore - mais qui dans ces circonstances ne peut plus demeurer - un bureau de classe mondiale, chef de file en matière de statistiques officielles. Donc je démissionne, afin d'attirer l'attention du public sur cette situation.»

Ce désaccord entourant les technologies de l'information s'inscrit dans les efforts plus larges de M. Smith pour empêcher les considérations politiques de nuire au travail de Statistique Canada, comme la décision du précédent gouvernement conservateur d'abolir le questionnaire détaillé obligatoire du recensement. Cette décision avait d'ailleurs mené en juillet 2010 à la démission du prédécesseur de M. Smith, Munir Sheikh.

Projet de loi à venir

Lors de la campagne électorale, l'an dernier, les libéraux avaient promis de laisser à Statistique Canada plus d'indépendance face aux interventions du gouvernement; ils doivent déposer cet automne un projet de loi en ce sens. Tout de suite après son élection, en octobre, le gouvernement Trudeau avait par ailleurs rétabli le questionnaire détaillé du recensement.

Dans un communiqué laconique, le premier ministre remercie M. Smith «pour son service à la population canadienne au cours des 35 dernières années», sans toutefois commenter sur le fond la démission du statisticien en chef.

Le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, responsable de Statistique Canada, indique pour sa part que son gouvernement travaille «étroitement avec Statistique Canada pour renforcer l'indépendance de cette institution éminente», sans commenter non plus les craintes de M. Smith.

Le gouvernement a nommé un ancien statisticien en chef adjoint, Anil Arora, pour remplacer Wayne Smith. À l'emploi de Statistique Canada de 2000 à 2010, M. Arora a été ensuite sous-ministre adjoint aux Ressources naturelles puis à Santé Canada.

Le Nouveau Parti démocratique a qualifié la démission du statisticien en chef de «troublante». Le porte-parole du parti en matière de services publics, Erin Weir, a rappelé que les libéraux avaient promis «noir sur blanc de rétablir l'indépendance de Statistique Canada».

«Le gouvernement doit immédiatement enquêter sur toutes les préoccupations soulevées au sujet de Services partagés Canada», a-t-il affirmé dans un communiqué.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer