Lisée à l'assaut de la CAQ

Jean-François Lisée imagine déjà pour les élections générales... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Jean-François Lisée imagine déjà pour les élections générales de 2018 une lutte entre le PQ et la CAQ pour remplacer des libéraux «disqualifiés» par leur bilan.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Une fois le «stress référendaire» évacué, Jean-François Lisée croit que les libéraux seront disqualifiés par leur bilan et que le Parti québécois (PQ) se battra contre la Coalition avenir Québec (CAQ) pour le pouvoir en 2018.

En entrevue éditoriale au Soleil, l'aspirant chef et député de Rosemont a plaidé pour une convergence des partis indépendantistes, même s'il repousse à un deuxième mandat la tenue d'un référendum.

«Je dis, pour 2018, ce qui m'intéresse, c'est les électeurs de la CAQ, a déclaré M. Lisée. François [Legault] veut être premier ministre, et c'est sa dernière chance. Il ne fera pas d'alliance avec personne. Ça va être la CAQ et le PQ.»

La nécessité de «chasser Couillard» devrait amener à tout le moins Québec solidaire à voir son intérêt dans les propositions «très progressistes» qu'il veut mettre de l'avant.

«D'après moi, a dit M. Lisée, si les membres me choisissent comme chef, en 2018, la première semaine de campagne, ça va être à propos du niveau d'incompétence du gouvernement Couillard. Le reste, quelle est la meilleure équipe de remplacement, la CAQ ou le PQ? Je vois ça comme ça.»

Sa position en matière de laïcité, qui consiste à suggérer aux employés de l'État de ne pas afficher leurs croyances sans pour autant les contraindre, n'a pas été élaborée dans l'optique de plaire aux caquistes, a-t-il assuré. «C'est un effet secondaire», dit-il par contre.

Sa réflexion sur la question identitaire est amorcée depuis des années, plaide-t-il. «Ce n'est pas comme François Legault que ça n'intéressait pas du tout et que, tout à coup, ça l'intéresse beaucoup, a lancé M. Lisée. Moi, ça m'a toujours intéressé.»

Son approche «graduelle» énonce une préférence étatique pour la neutralité, mais pourrait entraîner l'adoption de politique dans des organismes publics qui s'appliqueraient sur les nouvelles embauches uniquement.

«J'étais d'accord avec le principe de la charte, mais j'étais complètement opposé à des sanctions ou des renvois, a expliqué M. Lisée. C'était mon grand combat que j'ai mené et j'avais la majorité du conseil des ministres derrière moi. Le fait que beaucoup d'électeurs soient d'accord avec moi, ça montre que je suis en phase avec l'opinion majoritaire.»

Outre l'interdiction de signes religieux pour les personnes en autorité, M. Lisée propose une «discussion» sur «l'impact» pour les enfants dans les garderies et à l'école primaire «d'avoir devant soi une figure d'autorité qui porte un symbole».

«Si on n'engage pas le dialogue, il n'y a rien qui va bouger, a affirmé M. Lisée. Les gens les plus actifs en ce moment, ce sont les radicaux.»

N'empêche que des critiques lui rappellent qu'il disait après la déconfiture électorale du printemps 2014 que la charte avait «empoisonné» le débat et qu'il ne fallait pas «revenir là-dessus». Après avoir défendu son approche qui, selon lui, ne nuira pas au PQ auprès des communautés culturelles, M. Lisée manifeste son envie de changer de sujet. «Est-ce qu'on va parler d'autre chose? demande-t-il. Vous savez qu'on peut parler des médecins, des PME...»

Engagement «en béton»

Il est clair pour l'ancien conseiller de Jacques Parizeau que les Québécois n'éliront pas le PQ s'il promet un référendum lors de la campagne de 2018. Mais son propre engagement à tenir une consultation dans un second mandat, «c'est en béton». M. Parizeau a toujours refusé de reporter l'échéance pour éviter une démobilisation. «Je veux mettre dans le programme du PQ qu'il demandera en octobre 2022 le mandat de réaliser l'indépendance, promet M. Lisée. Ça, ça demeurera quoi qu'il arrive. Sauf peut-être une invasion extraterrestre.»

Après son fameux «heille!» et ses accusations de «démagogie» à l'endroit d'Alexandre Cloutier, M. Lisée le remercie maintenant d'avoir déterré certaines de ses anciennes idées. Une hausse de la taxe de Bienvenue pour freiner l'étalement urbain ou la privatisation d'une partie d'Hydro-Québec pour financer la santé et l'éducation, par exemple. Mieux vaut que les cartouches aient déjà été tirées avant les élections de 2018, croit-il.

«Alex m'a rendu service, a affirmé M. Lisée. Après le premier débat, je lui ai demandé s'il en avait plusieurs comme ça. Il m'a dit : "Oui, c'est mieux que moi, je les sorte plutôt que les libéraux." J'ai dit : "T'as raison." [...] On aura déjà eu la discussion.»

Le député de Rosemont se dit «mauvais juge» pour évaluer le succès de ses efforts pour casser son image d'intellectuel un peu hautain. «Les gens me disent : "Reste toi-même", a-t-il confié. Et "moi-même", ce n'est pas l'image que j'avais. J'ai travaillé avec M. Parizeau, j'ai travaillé à l'hôtel et l'épicerie de mon père, j'ai balayé de la poussière d'amiante, j'ai écrit des livres, j'ai habité Washington. Moi-même, c'est tout ça. Il y a des gens qui ont l'air à aimer ça. Parce que, comme disait Mark Twain: "Soyez vous-même, toutes les autres personnes sont déjà prises."»

La citation est en fait celle d'un autre écrivain, Oscar Wilde, mais M. Lisée l'a déjà confessé après le premier débat à l'Université de Montréal : «Je suis imparfait, vous ne saviez pas ça?»

Porte ouverte au troisième lien

Élu à la tête du PQ, Jean-François Lisée rencontrerait chaque semaine des acteurs de la Capitale-Nationale pour connaître les priorités de la région. Il en découlerait une proposition pour les élections de 2018. «Il ne faut pas fermer la porte au troisième lien, affirme-t-il. Si ça pouvait s'autofinancer sur 40 ans grâce à un péage? Moi, je dirais : "Qu'est-ce que la région de Québec demande au gouvernement du Québec?" Si vous avez un consensus et que vous voulez mettre ça en haut de la liste, pourquoi est-ce que le gouvernement du Québec refuserait de le faire? C'est ça ma réponse.» 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer