Cloutier change de cap: oui aux débats!

L'aspirant-chef péquiste Alexandre Cloutier change de stratégie et... (Photothèque Le Droit, Patrick Woodbury)

Agrandir

L'aspirant-chef péquiste Alexandre Cloutier change de stratégie et accepte maintenant de prendre part à plus de débats.

Photothèque Le Droit, Patrick Woodbury

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'aspirant-chef péquiste Alexandre Cloutier change de stratégie et accepte maintenant de prendre part à plus de débats. Il se plie ainsi à une demande de ses adversaires qu'il imputait la veille à leur peur de perdre.

Les choses bougent dans la course à la direction du Parti québécois (PQ). Mercredi, le camp Cloutier a justifié son refus de participer à des débats autres que ceux organisés par le parti par un agenda chargé et les règles de la course. Ses adversaires ont déploré cette approche.

«Je comprends que certains souhaitent modifier les règles durant la course, alors on va s'ajuster», a corrigé M. Cloutier, jeudi. «On va participer à tous les débats, soyez-en assuré.»

Une invitation reçue mercredi soir pour un débat au Saguenay organisé par le groupe OUI-Québec le 18 septembre a été acceptée par les quatre aspirants. Même si cela tombe le jour de l'assemblée d'investiture du prochain candidat péquiste dans Marie-Victorin.

Pour peu que tous les candidats participent et que des règles équitables encadrent les échanges, M. Cloutier jure qu'il sera présent. «Partout dans les régions, que ce soit en Mauricie, en Gaspésie, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ils en veulent, des débats, il va y en avoir, des débats», a lancé M. Cloutier.

Le candidat n'y voit pas un «changement de stratégie pour deux cennes». Mais il est prêt à «tasser» tous les engagements pris dans l'horaire pour participer aux débats parallèles.

«Jean-François Lisée veut remettre aux calendes grecques l'indépendance du Québec, Martine [Ouellet], c'est la baguette magique, moi, j'arrive avec une approche documentée et rationnelle, a lancé M. Cloutier. Les débats vont permettre de nous éclairer sur là où on veut aller.»

Il refuse de s'avancer sur les chiffres diffusés mercredi par son ex-adversaire de la course à la chefferie, Bernard Drainville, sur un coude-à-coude avec Jean-François Lisée. «Aujourd'hui, dans les médias, il y a trois candidats qui disent qu'ils sont premiers», a lancé M. Cloutier.

Les trois autres candidats se réjouissent du changement de cap de M. Cloutier. M. Lisée se dit heureux que la course entre dans une «nouvelle phase» où l'idée d'un couronnement est «derrière nous».

«Je ne suis pas dans la tête d'Alexandre», a commenté M. Lisée concernant le changement de cap de M. Cloutier. «Il lit la situation politique comme vous.» Il dit sentir une adhésion de plus en plus grande à sa campagne.

Martine Ouellet constate que M. Cloutier a «changé sa chemise de bord parce qu'il ne sait pas exactement où il s'en va». Mais elle salue la nouvelle direction.

Pour Paul St-Pierre Plamondon, qui a critiqué le manque de neutralité de l'establishment péquiste dans la course, les débats seront l'occasion «d'enfin avoir accès aux membres». «La course, ce sont quatre candidats qui sont de bons débatteurs, donc il n'y a aucune raison de limiter le débat et les échanges d'idées.»

Le bloc des non-alignés

Les cinq députés qui appuyaient la candidature de Véronique Hivon ont parlé de l'opération séduction dont ils sont présentement la cible. Ils envisagent de donner leur appui en bloc au candidat qui fera le plus de place aux idées défendues par Mme Hivon, particulièrement la «politique autrement», mais pourraient aussi demeurer neutres ou choisir des camps différents.

«On se fait cruiser et on aime ça», a lancé la députée Carole Poirier. «Qui n'aime pas ça?» La décision des députés sera prise avant le débat du 11 septembre à Sherbrooke.

En chambre, le PQ veut mettre l'accent sur quatre thèmes principaux au cours de la prochaine session : le nationalisme économique, l'immigration, la santé et l'éducation.

Le chef intérimaire Sylvain Gaudreault a indiqué que le PQ espère entendre l'ex-ministre des Finances Raymond Bachand en commission parlementaire dans le dossier RONA.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer