PQ: Hivon se retire de la course pour cause de santé

L'infection virale aiguë comparée à une labyrinthite, qui... (Archives La Presse)

Agrandir

L'infection virale aiguë comparée à une labyrinthite, qui a forcé Véronique Hivon à prendre une pause il y a 10 jours, la force maintenant à retirer sa candidature.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'aggravation de son état de santé force Véronique Hivon à abandonner sa campagne à la chefferie et son rêve de diriger le Parti québécois (PQ).

L'infection virale aiguë comparée à une labyrinthite et qui a forcé la députée de Joliette à prendre une pause il y a 10 jours la contraint maintenant à retirer sa candidature.

«C'est fortement contrariée qu'elle se voit obligée de se retirer de la course à la direction du PQ», a fait savoir l'attachée de presse de Mme Hivon, Pascale Sévigny. L'infection affecte l'ouïe de la députée qui court le risque de séquelles. Une «directive stricte» de son médecin la contraint à une période de repos supplémentaire d'au moins quatre semaines. Une parenthèse incompatible avec la dernière étape de la course qui se terminera le 7 octobre.

Une situation «vraiment frustrante» pour la candidate qui doit laisser passer la parade pour une seconde fois. Mme Hivon a expliqué, lors du lancement de sa campagne, s'être ralliée à Alexandre Cloutier lors de la course de 2015 en raison de démarches d'adoption internationale déjà entreprises.

Celle qui était parvenue à se rallier l'appui de cinq députés du caucus du PQ n'a aucune intention d'afficher une préférence envers l'un ou l'autre des quatre candidats qui demeurent. Elle restera elle-même neutre et laisse aux membres de son équipe toute la latitude pour se gouverner selon leur convenance.

Les autres aspirants-chefs ont tous exprimé leurs souhaits de prompt rétablissement à Mme Hivon. Tous s'entendent pour dire que son absence se fera sentir.

Alexandre Cloutier s'attriste que son «amie» soit contrainte à l'abandon. Il loue sa capacité à entrer en contact avec les Québécois.

«Je suis persuadé que ce ne sont pas des moments faciles, souligne M. Cloutier. On met vraiment tout son coeur sur la table pendant une course au leadership. Quand on ne réussit pas à aller jusqu'au bout pour des raisons de santé, c'est particulièrement déchirant.»

Il entend continuer à porter les idées que M. Hivon a prônées en matière de réforme du système de justice, de prévention en santé et d'indépendance à l'égard du pétrole.

Politicienne appréciée

Véronique Hivon se distinguait des autres candidats par son ton, son énergie et sa façon de voir les choses, estime l'aspirant-chef Jean-François Lisée, qui se dit «secoué» par la nouvelle.

Il croit qu'elle aurait été celle qui aurait attiré le plus d'attention au cours des débats à venir en septembre dans le contexte de la course. «Sa personnalité transparaît dans ses propositions, et c'est surtout ça qui fait d'elle une politicienne exceptionnelle», a affirmé M. Lisée.

Le retrait de Mme Hivon fait de Martine Ouellet la seule femme à briguer la chefferie du PQ.

Elle a tenu à féliciter Mme Hivon pour la campagne qu'elle a menée.

«Véronique est une femme qui fait de la politique pour le monde, a souligné Mme Ouellet. Il y a chez elle une grande volonté de faire de la politique autrement.»

Le candidat Paul St-Pierre Plamondon a remercié Mme Hivon pour son «engagement à rebâtir un lien de confiance entre les gens et la sphère politique».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer