Ottawa réinvestit dans les missions de paix

Un drapeau des Nations Unies flotte au vent... (Archives AFP)

Agrandir

Un drapeau des Nations Unies flotte au vent au Liban sur cette photo de 2006.

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Clément SABOURIN
Agence France-Presse
Montréal

En campagne pour un siège au Conseil de sécurité de l'ONU, le Canada a confirmé vendredi son retour sur la scène internationale en mettant 600 soldats à disposition des opérations de maintien de la paix des Nations unies.

Ottawa va consacrer en outre 450 millions $ sur trois ans pour la prévention et la résolution des conflits.

«Il est temps de sortir de notre isolement pour faire face aux pires défis du monde depuis longtemps», a déclaré le ministre canadien des Affaires étrangères, Stéphane Dion, en faisant l'annonce de cette contribution à l'ONU.

«Le Canada doit être un acteur positif dans le monde», a asséné le premier ministre Justin Trudeau en déplacement au Québec, notant: «C'est une grave responsabilité d'envoyer nos troupes à l'étranger.»

La contribution canadienne «aura un grand impact» et va aider les Nations Unies «à renforcer [leurs] capacités partout dans le monde», a salué le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric. Les missions auxquelles ces soldats seront appelés à participer ne sont pas encore arrêtées, a précisé le ministre de la Défense Harjit Singh Sajjan.

L'Afrique semble toutefois une destination privilégiée pour les Casques bleus canadiens. Le continent noir concentre en effet 9 des 16 missions de maintien de la paix de l'ONU dans le monde, et M. Sajjan vient d'y effectuer une tournée dans cinq pays.

Les Nations nies ont d'ailleurs immédiatement fait part de leur intérêt à voir des hélicoptères canadiens être déployés au Mali, d'où les Pays-Bas vont retirer leurs sept appareils.

«Nous sommes toujours aux premières étapes et il faut que nous puissions établir quels sont les besoins», a relevé le ministre de la Défense.

Voix africaines en jeu

En outre, remarque un diplomate européen, le Canada aura particulièrement besoin des voix africaines pour décrocher un siège au Conseil de sécurité de l'ONU.

Présente à l'annonce, la ministre canadienne du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau, a indiqué qu'elle se rendra bientôt en Afrique. «La population du continent africain va doubler d'ici 2050, ce qui représente des millions de jeunes qu'il faudra éduquer et auxquels il faudra offrir un avenir meilleur, sans quoi ils vont présenter un risque majeur pour leur propre sécurité et pour celle du monde», a-t-elle remarqué.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer