Vente de Rona: Daoust savait

Jacques Daoust (photo) ne voulait pas se mêler... (Archives La Presse)

Agrandir

Jacques Daoust (photo) ne voulait pas se mêler de la vente de RONA, estimant que la décision de liquider ou non l'ensemble des actions de l'entreprise relevait de la société d'État et non de lui, a relaté son ex-chef de cabinet, Pierre Ouellet, jeudi, en commission parlementaire.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jacques Daoust a bien été informé de la vente des actions de RONA par Investissement Québec (IQ) et s'en est lavé les mains, soutient son ex-chef de cabinet, Pierre Ouellet.

Le témoignage attendu de l'ancien bras droit du ministre déchu a pris à contrepied la version défendue par M. Daoust jusque dans sa lettre de démission. M. Ouellet rejette totalement la thèse du chef de cabinet qui «en mène large» et a pris sur lui d'autoriser une transaction de 140 millions $.

D'après lui, l'ex-ministre Daoust a eu vent du désir de vendre le bloc d'actions le jour même où le conseil d'administration d'IQ en a émis la volonté, le 17 novembre 2014. Après quelques vérifications quant à ses propres obligations légales, M. Daoust aurait levé le nez sur le dossier.

«C'est sous leur responsabilité, ils [IQ] vivront avec les conséquences», aurait dit le ministre, selon le souvenir de son chef de cabinet. «Il n'était pas favorable à cette décision-là», raconte M. Ouellet.

Le chef de cabinet soutient qu'il n'a su que jeudi que le C. A. d'IQ prévoyait vendre ses 11 millions d'actions «sous réserve» de l'approbation du ministre. Il assure que lorsqu'il a lui-même envoyé un «OK» dans un échange de courriels avec IQ, il ne croyait pas donner un feu vert. «Pour moi, l'approbation est donnée» par la résolution du conseil d'administration du 17 novembre 2014.

Pourtant, un peu plus tôt dans la journée, celui qui assumait la direction par intérim d'IQ au moment des faits, Yves Lafrance, a assuré avoir parlé à M. Ouellet avant la correspondance. «Celui qui reçoit le courriel savait parfaitement ce qu'il en était», a affirmé M. Lafrance.

M. Ouellet jure n'avoir jamais abordé le sujet avec le cabinet du premier ministre Philippe Couillard avant le 3 juin dernier, à la suite d'un rapport de la vérificatrice générale. Un an et demi après la liquidation des actions. Lors de la vente de RONA à Lowe's, le 3 février, il était trop occupé à «bâtir» un nouveau cabinet aux Transports dans la foulée du remaniement ministériel survenu quelques jours plus tôt, a-t-il avancé.

Quoi qu'il en soit, pour les libéraux, l'affaire semble réglée. Il n'y a pas lieu, selon le député libéral Robert Poëti, d'inviter M. Daoust et le chef de cabinet de M. Couillard à s'expliquer, comme le souhaitent les partis d'opposition.

«Décevant», dit Poëti

M. Daoust a défendu sa version à maintes reprises et, «aujourd'hui, on a son chef de cabinet qui vient nous dire le contraire», a noté M. Poëti. «Moi, je n'ai pas besoin de réentendre M. Daoust, a-t-il continué. C'est décevant, c'est bien certain. On vit des journées comme celle-là. Mais la vérité va toujours gagner. Et quand la vérité gagne, ça nous fait avancer.»

IQ a acheté beaucoup d'actions de RONA en 2012 pour constituer avec d'autres, dont la Caisse de dépôt et placement, une «minorité de blocage». Un rempart contre une prise de contrôle hostile par l'américaine Lowe's et le risque de perdre un siège social important. Or, en 2014, pour IQ, le risque apparaît disparu. Et des gestionnaires jugent que le placement de 156 millions $ dans le quincaillier pèse lourd et représente un risque pour son portefeuille de placement de 2,5 milliards $.

La vente des actions de RONA détenues par IQ a privé Québec de tout levier lorsque Lowe's est revenue avec une offre plus alléchante en 2016. L'ex-président du C. A. Louis Roquet soutient qu'IQ n'aurait pas pu bloquer la transaction tout seul.

Fait étonnant, la vente du bloc d'actions n'était même pas à l'ordre du jour de la réunion du C. A. d'IQ au cours de laquelle elle a été votée.

Le cabinet de Couillard devait savoir, selon les oppositions

Personne dans l'opposition n'achète la thèse que le cabinet du premier ministre a été gardé dans l'ignorance des tenants et aboutissants du dossier de RONA.

Le député péquiste Alain Therrien refuse de croire que le chef de cabinet Pierre Ouellet est resté silencieux, en février, alors que «tout le monde cherchait» les actions d'Investissement Québec.

«Personne au cabinet du premier ministre a pensé à lui demander où étaient ces actions? peste M. Therrien. Lui, il est resté dans son bureau? C'est inconcevable.»

Pour le leader parlementaire caquiste François Bonnardel, le bureau de M. Couillard a caché pendant trois mois les mensonges du ministre Jacques Daoust.

Démission réclamée

Il veut la démission du chef de cabinet du premier ministre, Jean-Louis Dufresne. «C'est une tentative de camouflage, a-t-il lancé. Un cover-up. C'est inacceptable qu'on ait protégé un ministre en sachant très bien qu'il avait menti aux parlementaires et aux Québécois.»

Il aurait été plus simple que le gouvernement accepte la responsabilité de la vente des actions qui, de toute façon, s'inscrit dans son orientation non interventionniste, croit le solidaire Amir Khadir

«C'est très difficile de croire l'histoire qu'on veut nous raconter», a réagi le député de Mercier. «Je ne peux pas croire que le bureau du premier ministre n'était pas au courant. On nous demande d'accepter des explications abracadabrantes. C'est tellement grossier, tout ça.»

Partager

À lire aussi

  • Gilbert Lavoie | <i>Minable petit «</i>cover up<i>»</i>

    Gilbert Lavoie

    Minable petit «cover up»

    CHRONIQUE / Jacques Daoust n'a pas «autorisé» la vente des actions d'Investissement Québec (IQ) dans RONA, mais il en a été «informé» par son chef de... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer